• «L’entraide et la solidarité»
  • Jano Couacaud plonge dans le grand bleu
  • Foot en Afrique : Nos arbitres sur le front
  • AfriEDX, la start-up qui monte et gagne
  • VS Home : histoire d’amour et de maison
  • Moka’mwad : À la découverte d’un collectif citoyen
  • Sailendrasing Heeralaul meurt électrocuté lors d’une partie de pêche
  • Goûte à Tout : Une émission «siro disik»
  • Zwe nou lamizik veut «Kraze»
  • Jay Bhunjun Memorial Challenge Cup : AS Malherbes fait un malheur

Congrès du MMM : Les Mauves veulent faire chavirer le n°4

Cathy Bon et Nadège Chaton

Pour faire oublier Pradeep Jeeha et les démissions au sein de la régionale, la bande à Paul Bérenger part à l’assaut de Port-Louis/Montagne-Longue…

Mission séduction lor baz. Bat lizie pour faire battre le cœur. Au MMM, l’objet de toutes les convoitises – pour les prochains jours –, c’est la circonscription Port-Louis/Montagne-Longue (la n°4). C’est au sein de cette région, qui comprend Crève-Cœur ou encore Chitrakoot, que se tiendra le premier congrès de relance de la «nouvelle» équipe dirigeante du MMM. Dont l’objectif proclamé est de rassembler pour les prochaines élections. Le but officieux est de reconquérir cette région – avant de s’attaquer à d’autres – dont de nombreux membres de la régionale ont démissionné dans le sillage de l’expulsion de Pradeep Jeeha (voir hors-texte). Alors, pour l’instant, on tente de motiver les gens à se déplacer pour le grand rendez-vous. Il est prévu pour le mercredi 29 août à Sainte-Croix (un choix en rien anodin). Et au niveau du MMM, on assure : «Pa bizin koz boukou. Zot ava trouve ki kantite dimounn deplase…»

 

Les démissions sont balayées d’un revers de main. La perte des diehards tels que Swadesh Babajee, ancien président de cette régionale, ou encore Khalil Bengah, qui a représenté la circonscription au comité central, est qualifiée de non-event. Néanmoins, dans le cœur des démissionnaires : de l’amertume, bien sûr, mais aussi le désir d’aller de l’avant au sein de La plateforme pour le renouveau du MMM, menée par Steve Obeegadoo, Pradeep Jeeha, Vinay Sobrun et Françoise Labelle. Et c’est ce nouveau mouvement qui ferait battre le cœur des habitants de la région, selon les démissionnaires (qui occupent le terrain). Toutefois, au MMM, on refuse de laisser la nouvelle bande gagner du terrain. D’où l’importance de cette sortie au n°4, afin d’asseoir sa popularité… ou de constater l’ampleur des dégâts.

 

Pour l’instant, cependant, à Port-Louis/Montagne-Longue, le grand rendez-vous du MMM ne semble pas être la priorité des habitants. Un petit tour dans la région pour tâter le pouls… qui ne bat pas très fort. Pourtant, il y en a eu des discussions entamées. Parmi, une avec Dev Jeeavoo, 57 ans, qui dit ne pas «tro swiv lapolitik» : «Je n’ai pas le temps.» Ce propriétaire d’une boutique habite à Crève-Cœur depuis sa naissance. Si dans le passé, il a eu des affinités, il estime que, de nos jours, il faut mars avek chaque gouvernement qui se succède. Néanmoins, pour lui, la politique est une question intime : «Dimounn res silansie, leker dir lot.» Les gens, estime-t-il, s’intéressent à ce qu’on peut faire pour eux. Dans sa localité, d’ailleurs, il manque des drains et un centre social…

 

À Montagne-Longue, Rohit Seeruttun, 71 ans, ira bien au meeting du MMM s’il tombe sur des affiches : «Il faut écouter ce que tout le monde a à dire ; apre nou tir nou prop lopinion.» Dans le village, dit-il, il y a un début d’ambiance de pré-campagne électorale. Un rien dans l’air qui change tout. Mais le fait de parler politique le gêne un peu (il s’inquiète que ses propos soient déformés). Le sujet est sensible et rares sont ceux qui veulent s’exprimer ouvertement. Kamini Kalachand, de Terre-Rouge, qui rentre du travail en ce début d’après-midi, dira, elle, qu’elle ne suit pas la chose politique. Comme beaucoup d’autres personnes interrogées. À l’instar de Darren Padaruth, qui nettoie sa voiture chez lui, au boundary entre Chitrakoot et Vallée-des-Prêtres : «Je ne suis aucun parti, moi. Ça ne sert à rien.»

 

À Sainte-Croix, autre ambiance. «An politik, mo get seki get mwa», lance Cathy Bon, devant sa tabagie Père-Laval. Pour l’instant, estime-t-elle, personne ne s’occupe de Sainte-Croix : «Enn zardin zanfan pena isi.» Sa copine, qui ne voudra pas dire son nom, avoue, elle, qu’elle suivra Paul Bérenger jusqu’au bout. C’est une histoire de famille : «Li bon, li pa bon, pa grav sa. Enn kestion labitid. Ou kone kan ou ena enn lamitie pou enn dimounn…» Pour un habitué de la petite boutique, si les démissionnaires ont claqué la porte, il doit bien y avoir une raison. «Si zot inn ale savedir parti la pa ti bon.» Toutefois, rien ne détournera Nadège Chaton, la mère de Cathy Bon, de son amour pour les Mauves. Et lors du meeting, Paul Bérenger devrait pouvoir compter sur elle. Pour ça, inutile de se lancer dans une mission séduction. Elle est déjà charmée.

 

Des démissions…

 

Il y a quelques mois, dans le sillage de l’expulsion de Pradeep Jeeha, Port-Louis/Montagne-Longue (la circonscription de l’ancien bras-droit de Paul Bérenger) dit son agacement au travers d’une conférence de presse. La sanction ne se fait pas attendre : les membres mis en cause sont suspendus pour une durée indéterminée. Ils démissionneront quelques semaines plus tard.

 

… et des congrès

 

Après Port-Louis/Montagne-Longue, direction Curepipe-Midlands (la circonscription de Steve Obeegadoo), le 30 août.