• Robin et Jenita Ramlagan périssent dans un accident à Mare d’Albert | Ronny Ramlagan : «Li bien difisil pou aksepte lamor mo frer ek mo belser»
  • Street Dancer 3D : Born to dance
  • Cela fait neuf ans que son épouse Michaela a été assassinée | John McAreavey : «Pourquoi devrais-je cesser de me battre pour la justice ?»
  • 20 ans après la mort de l’ex-Mr Mauritius par balles | La mère de Rajen Sabapathee : «Je n’arrive toujours pas à faire mon deuil»
  • Cyclone : au rythme de l’imprévisible Diane…
  • Nouvelle souche du coronavirus : les Mauriciens en Chine à l’heure des précautions
  • On s’était dit rendez-vous dans quatre ans !
  • À qui la faute ?
  • FA Cup- 4e tour : du beau monde à la fête ce soir
  • Horoscope Chinois 2020 - signe du Rat

San Soogundha : Derrière les barreaux d’Alkatraz

Une nouvelle prison ?  Un nouveau lieu pour faire la fête ? San Soogundha, le maître des lieux, se lance dans une  nouvelle aventure.

Une nouvelle adresse pour faire la fête. 13 ans après avoir perdu son cocktail bar Maï Taï dans l’explosion de Grand-Bay Store, cet homme d’affaires ouvre un nouveau commerce. Rencontre…

Une petite incursion dans l’histoire. Pour l’occasion, San Soogundha s’improvise guide d’un jour. Son actualité oblige, il propose une incursion entre les murs… d’Alkatraz. Impossible de ne pas penser à tous les mythes qui entourent cet endroit célèbre rien qu’à l’évocation de son nom. Destination : San Francisco. À quelques centaines de mètres de la côte est perchée The Rock, cette mystérieuse île rocailleuse qui a abrité durant 30 ans le très connu centre pénitentiaire fédéral. 

 

C’est là-bas que les criminels les plus dangereux des États-Unis étaient enfermés, dont le fameux Al Capone. D’après la légende, il était humainement impossible de s’évader d’Alcatraz. Jusqu’à 1962, année où Frank Morris et les frères Anglin réussirent l’exploit et quittèrent l’île sur un radeau. On ne les revit plus jamais. Tout cela – et aussi l’histoire de notre Alcatraz mauricien aux Casernes centrales – a beaucoup inspiré San Soogundha et son partenaire en affaires Herman Kosse. Ils ont décidé d’ouvrir leur Alkatraz (avec un k)… à Grand-Baie. 

 

 

Derrière de grandes portes barricadées, les deux hommes ont imaginé une boîte de nuit pas comme les autres. Dès l’entrée, tout rappelle une prison. «Voilà plus d’une année qu’on travaille sur le projet. On a pensé à ce concept et on a tenu à le reproduire dans chaque détail de la déco», confie San Soogundha, au four et au moulin pour la grande ouverture prévue pour vendredi prochain, le 27 janvier, à partir de 23 heures.  

 

Tout en se laissant porter par cette nouvelle aventure, il lui est difficile de ne pas repenser aux autres projets dans lesquels il a été impliqué ces dernières années. Quand il se plonge dans ses souvenirs, il se revoit dans l’ambiance du Maï Taï, son resto pub à Grand-Baie, où il a commencé sa carrière de businessman. Et à jamais attaché à ces souvenirs, un triste 25 juillet 2004, quand tout s’est arrêté, dans ce qui est resté dans les mémoires comme «l’explosion de Grand-Baie», quand le Grand-Bay Store avait été réduit en un amas de béton : «Je me dis que s’il n’y avait pas eu l’explosion, je serais encore à bosser au Maï Taï…» Là-bas, c’était une ambiance mais aussi un emplacement de choix : «C’était devenu un rendez-vous incontournable à Grand-Baie.» 

 

Si Maï Taï est un chapitre important de sa vie, un chapitre qu’il n’oubliera jamais, c’est aussi parce que, le soir de l’explosion, deux de ses clients ont perdu la vie : Jean-François Lew Yee Teen, 26 ans, et Emmy Ng Yeung, 24 ans, un jeune couple. Deux amis et clients fidèles qui étaient dans son bar au moment de la déflagration.

 

Après, il a fallu rebondir, remonter la pente… Et c’est à Flic-en-Flac, au Buddha Beach, que San s’est remis en selle. Après trois ans, l’homme d’affaires devait refaire son come-back dans le Nord, à Cœur-de-Ville, puis encore une fois dans le nouveau Grand-Bay Store, devenu Grand-Bay Plaza, avec son restaurant Le Planteur

 

Dans une semaine, il commencera une nouvelle histoire avec son dernier bébé : «Alkatrazse veut un lieu où les clubbers pourront apprécier de la bonne musique. Certes, le club reprend le décor d’une prison. Il y aura trois bars, dont un à l’extérieur, à l’entrée, de même qu’une scène, une piste de danse et des espaces aménagés pour favoriser de bons moments entre amis.» Tout cela, le temps d’un passage entre les murs d’Alkatraz