• PTr : quand le leadership de Navin Ramgoolam fait débat
  • Triple décès dans un accident | Varsha : «Je n’arrive pas à croire que trois membres de ma famille soient morts»
  • Bibi Nessant Madaree, victime d’un «hit and run» fatal à Phoenix | Ali : «Je lance un appel à témoin pour retrouver le motard qui a tué ma mère»
  • Bulletins retrouvés et contestations : La confusion s’intensifie
  • La somme des doutes…
  • Dr Sleep : Ewan McGregor a le «Shining»
  • Hippisme 34e journée | Opera Royal : message reçu 5 sur 5 !
  • Marjaavaan : Bad boy in love
  • Duke of York Cup | White River : l’épilogue
  • Au Casela : A l’épreuve de l’e-bike safari

En spectacle le vendredi 20 septembre | Christiane Obydol de Zouk Machine : «Je suis fière d’avoir continué»

Elle donne rendez-vous aux Mauriciens pour un show qui s’annonce très dansant. Christiane Obydol de Zouk Machine sera en spectacle le vendredi 20 septembre au Shotz, à Flic-en-Flac. La chanteuse nous parle de son état d’esprit, de l’histoire du groupe et fait un coucou à ses fans.

Comment vous sentez-vous à quelques jours de votre spectacle à Maurice ?

 

Je suis contente de venir dans cette belle île. Je me prépare, je répète car je suis très heureuse à l’idée de venir chanter pour le public mauricien parce que je n’y viens pas souvent et que c’est loin.

 

Vous avez déjà fait une scène chez nous. Quels souvenirs gardez-vous du public mauricien ?

 

J’ai, en effet, déjà fait une scène à Maurice. Ça doit dater de sept ans peut-être. Je me souviens avoir reçu un super accueil. Franchement, les Mauriciens sont des personnes très accueillantes. C’est un plaisir de venir vous voir.

 

Vos chansons, comme le titre Maldon, ont traversé le temps. Y a-t-il un secret pour durer dans ce mi-lieu ?

 

Je ne sais pas s’il y a un secret. Il n’y a pas de potion magique. Je ne pense pas, sinon tout le monde aurait duré. La preuve, c’est que le groupe Zouk Machine s’est cassé plusieurs fois. J’ai quand même tenu les rênes avec tous les problèmes que ça m’a coûté. Je pense qu’il faut avoir la tête sur les épau-les, avoir une vision de l’avenir. Il faut essayer de se projeter pour pouvoir avancer et ne pas tomber.

 

Qu’est-ce qui vous a donné la force de vous accrocher ?

 

Je me suis accrochée un peu plus que les autres parce que Zouk Machine, c’est quand même un peu une histoire de famille. Ma mère était le manager depuis le départ. Mon frère Guy Houllier et mon beau-frère Yves Honoré ont monté le groupe et sont les auteurs compositeurs. Quand les filles ont voulu arrêter, ce que je peux comprendre, surtout pour Dominique qui, après 20 ans, a décidé de changer de vie, je me suis posée la question : comme c’est un patrimoine musical familial, est-ce que je devais tout jeter à la poubelle ou me lancer en solo. Je me suis dit finalement que j’allais garder le nom du groupe et faire vivre encore et encore nos titres en continuant à les propulser dans le monde entier.

 

Justement, ça fait quoi de voir que vos titres continuent de faire danser ?

 

Je suis fière d’avoir continué. Quand je me suis dit que j’allais continuer toute seule, j’avoue que je me lancais dans l’inconnu. Je me suis dit, soit ça passe, soit ça casse, mais au moins, j’aurais tenté. Aujourd’hui, je me rends compte qu’il y a un renouveau des chansons des années 80. Les gens veu-lent les réécouter et je tombe en plein dedans puisque je fais la tournée Années 80 avec d’autres ar-tistes français très connus comme Lio, François Feldman, Partenaire particulier ou encore Pedro Cas-tano, le chanteur de La macarena, entre autres. J’attaque aussi bientôt la tournée Années 90 en oc-tobre jusqu’à décembre avec Laam, Larusso, Benny B et Black Box. Je me rends compte que cette époque revient dans l’actualité. Cette vague musicale revient et heureusement pour moi, j’ai tenu bon. Du coup, je suis demandée un peu partout.

 

Comment décririez-vous les années 80 et 90 ?

 

C’était une période faste pour les artistes. Je crois que c’était celle où les artistes étaient soutenus par les maisons de disques et les gens autour d’eux qui leur permettaient d’avoir une carrière. Aujourd’hui, après trois ans, on ne sait pas si on sera encore là.

 

Que proposerez-vous aux Mauriciens le vendredi 20 septembre ?

 

Je vais leur proposer des chansons qu’ils connaissent. On va partir du début de Zouk Machine jusqu’à aujourd’hui. Je vais proposer les mêmes versions des chansons, sauf que je suis la seule à chanter.

 

Avez-vous justement quelques mots pour vos fans mauriciens ?

 

J’espère que vous viendrez à la soirée avec l’esprit totalement libre parce qu’on va partir complète-ment dans le zouk. J’espère qu’on va chanter ensemble. Je vais les faire danser et on va danser en-semble. Et bien évidemment, on va chanter.

 

Un petit mot en créole ?

 

Tou korek…

 


 

Infos pratiques

 

Qui ne connaît pas Maldon, Sa ké cho ou encore DJ. Entre 1990 et 1995, il fallait compter sur la bande de Zouk Machine dont les musiques ont traversé le temps. Sur une initiative d’All Access Events, en collaboration avec la direction du Shotz, les sons du groupe résonneront bientôt chez nous en live. La date :  le 20 septembre. Le lieu : le Shotz à Flic-en-Flac. L’heure : à partir de 22 heures. Retouvez tous les tubes du célèbre groupe lors d’une soirée très spéciale. Aussi à l’affiche : les DJ Nick Farell et Brixx. Les tickets seront en vente à la porte à Rs 400 et sont aussi disponibles au Shotz, chez Asha’s et O Beach, et sur marideal.mu. Pour plus d’infos, renseignez-vous au 5927 2674 (WhatsApp). Vous savez ce qu’il vous reste à faire si vous voulez embarquer à bord de la Zouk Ma-chine.