• Accidents fatals : Sept autres familles plongées dans le deuil
  • Antoine Chetty, libéré : Ma vie en prison
  • Affaire Medpoint au Privy Council : Présences «embarrassantes» dans la salle d’audience
  • En spectacle le 26 janvier | Jamel Debbouze : «J’ai hâte de retrouver le public mauricien»
  • Ethique, intégrité, dignité…
  • Thaipoosam Cavadee : Face à l’épreuve du sacrifice
  • Fred Chesneau, le «Globe Cooker», à la table d’une famille mauricienne
  • Tir à l’arc : Wasim Yacoob s’en est allé
  • Kisasa, un restaurant atypique au coeur de Port-Louis
  • À Grand-Baie : Beedeea, 63 ans, meurt dans des circonstances troublantes

Les émotions abstraites de Lutfiyah Nanhuck

Des tableaux immersifs guidés par un pinceau sensible…

Un peu comme une super-héroïne. Le matin, elle est dans le monde hyperactif d’Ébène, en plein dans des textes de loi. Mais le soir, Lutfiyah Nanhuck, 23 ans seulement, se transforme. Ses mains et ses pinceaux dessinent des formes, traduisent des émotions. Cette jeune artiste prépare en ce moment sa première collection qui, pour le moment, comprend une bonne douzaine de tableaux qui vont accoucher très probablement d’une exposition.

 

Mais l’heure est pour le moment à la réflexion, pour laisser parler les émotions du cœur. «J’ai toujours su que j’avais une connexion très forte avec l’art. Depuis l’école, même avec le collège, j’aimais toujours la peinture et la calligraphie quand je revenais à la maison», nous dit cette habitante de Beau-Bassin, qui a aussi une passion pour la photographie.

 

Avec le temps, son style s’impose un peu plus : notre interlocutrice aime faire parler ses émotions dans des tableaux colorés et abstraits, tendance acrylique et peinture à l’huile. «C’est une question de mood. Je viens avec les ressentis du jour et je laisse le pinceau me guider, et le tableau se fait tout seul. Je pense justement que le thème de ma collection sera l’émotion. Peut-être, dans une prochaine collection, que ce sera totalement différent», dit-elle. On attend donc de pied ferme les mois qui viennent, puisqu’on risque d’entendre parler de Lutfiyah Nanhuck bientôt.