• Mario Ponen dessine «Kuler nu ti zil»
  • Chanel, 18 ans : mon aventure dans la construction
  • Stage à Sheffield Utd : Expérience enrichissante
  • Ketty Lim Ka Lan : une belle aventure nommée Moka'mwad !
  • Swaranjali Group Grand-Bois : une histoire d’engagement
  • Son cas entendu devant le Privy Council : La longue quête de justice de Premchandra Bissonauth
  • Mo’Zar Espace Artistic : leur musique au-delà des frontières
  • Chaleur et perte d’appétit : comment y remédier ?
  • Astérix – Le secret de la potion magique | Tombons dans la marmite
  • Art martial japonais : Une fédération de kendo voit le jour à Maurice

Kas Poz condamné à «Kas pake»

Une ouverture, un rendez-vous. Tous les mois, il faudra compter sur la nouvelle publication de La Sentinelle Ltée, Kas Poz, qui a été lancée le mercredi 30 novembre. En couverture de ce magazine vendu à Rs 25 l'unité, Laura Beg vous ouvre les portes de son nouvel album.

 

Kas Poz traite de la culture et des arts, comme le dit le directeur des publications de La Sentinelle Ltée,Nad Sivaramen : «Il manquait dans le groupe un magazine proche de ses démarches citoyennes et qui accompagne ces initiatives.» Dans son discours, la responsable du magazine, Aline Groëme-Harmon, a déclaré qu'avec «le magazine Kas Poz, le groupe La Sentinelle et ceux qui en sont les gardiens montrent encore une fois qu’ils croient fermement en la culture mauricienne, dans toute sa diversité. L'objectif du magazine, c’est la culture pour tous. Toucher le grand public à travers les artistes. Mais aussi de rentrer dans la cuisine des gens. De manger avec eux, de nous nourrir de leurs idées.»

 

Kas Poz, c’est également l'extension, au-delà du cadre du petit magazine que vous tiendrez entre les mains. Axcel Chenney, responsable Web et multimédia à La Sentinelle Ltée, l'a bien souligné, évoquant la première et prochaine collaboration entre Kas Poz et lexpress.mu. Il s’agit de The Artist, concours qui permettra aux internautes de voter pour leur artiste de l'année.

 

Kas pake, comme dirait Aline Groëme-Harmon dans le texte d'ouverture du magazine.