Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Piratage de Facebook : ne paniquez pas !
  • Ramadan, Ugadi, Varusha Pirappu : Jeûne, piété et réjouissances
  • Highlands : en zone… d’inquiétude
  • Tottenham vs Man Utd : les Mancuniens en quête de revanche
  • Yeh Jawaani Hai Deewani : amis pour la vie
  • New Amsterdam : cet hôpital qui enchante les Mauriciens
  • Zones rouges : ce qui change
  • La démocratie sous respiration artificielle !
  • Judo à Rodrigues : le DTN Baptiste Leroy satisfait de sa visite
  • « Touni »… mais non

Le «déstressex»

Les embouteillages : out ! Les sorties : out ! Le temps passé à la maison : enn ta ! Alors, c’est le moment de faire vos devoirs de rattrapage sur la question grrr si vous avez votre chéri/e avec vous (si vous êtes seul/e, ne soyez pas sad, vous pouvez bien vous amuser en solo, ça marche aussi). Les examens oraux ne sont pas annulés pour vous et vous pouvez passer à la classe supérieure en multipliant les positions. Inutile de faire des calculs, le résultat doit toujours être le plaisir. Pour vous motiver à faire du miam-miam au lit votre activité préférée du confinement, voici une raison de plus : pratiquer l’art de l’amour, ça permet de déstresser. En ces moments d’anxiété, il faut bien ça pour relâcher la pression. Et c’est la science qui le dit ; faire l’amour, ça fait du bien. Koman ? Kifer ? On vous dit tout. 

Il n’y a pas que le boum. L’orgasme, c’est top ! Mais ce n’est pas la seule chose apaisante dans la sexualité ; donc, on peut se sentir bien sans avoir joui. L’étude d’un psychologue américain, Stuart Brody, publiée dans Biological Psychology, le démontre. 24 femmes et 22 hommes ont noté pendant deux semaines leurs ressentis après les jeux d’amour (pénétration, masturbation, pratique orale…). Le résultat : les personnes s’étant amusées étaient moins stressées (ceux et celles ayant fait l’amour avec pénétration étaient encore plus au top).

 

Une question d’hormone. Au moment du grand huit, le corps sécrète de l’ocytocine, l’hormone de l’attachement, qui apporte un sentiment de douceur et de tendresse. Un moment pour dire «ouf» dont on a bien besoin en ces grands moments de stress. Dans toutes ces hormones qui sont en mode libérées, délivrées quand vous faites crac-crac, il y a de la dopamine, hormone du plaisir qui apporte énergie et euphorie. Il y a de la sérotonine aussi pour un profond sentiment de bien-être. Et il y a de l’endorphine pour un état de relaxation au top.

 

Votre cœur vous dit merci. Le muscle, oui (pour le petit dessin rouge trop mignon, ce sera un autre registre). Faire l’amour aide le cœur, facilite la stimulation du système circulatoire et aide à mieux alimenter les organes. Et ça, ça fait du bien ! Ça permet d’être en tip-top forme.