• Kursley Favory, 43 ans, commet un autre viol après quatre ans - Ginette*, 80 ans : «Monn res fer lapriyer pou ki sa kosmar-la arete...»
  • Décès de Pankaj Udhas : cette voix d’or qui a marqué les Mauriciens
  • Manchester City vs Manchester United : règlement de comptes entre voisins
  • Quand Bruno Raya raconte Morgan Heritage et son chanteur décédé
  • Serge Moorjee : l’homme qui respirait le foot
  • Taekwondo : Sheldon Yan Too Sang aux Jeux d’Afrique
  • Huawei Matebook D16 : tout du bon côté
  • Mouvement pour le Progrès de Roche-Bois : l’agroécologie, un levier pour une meilleure intégration sociale
  • François Lindemann et sa rencontre musicale où «Tou korek»
  • Ishfaaq Mudhawo : politique, social et... chevaux

Journée mondiale de l’arthrite - Ashan Purmessur : «Un diagnostic précoce est important»

Améliorer la connaissance et la prise en charge, et sensibiliser sur les différents types de maladies rhumatologiques. Tel est l’objectif de la Journée mondiale de l'arthrite observée le 12 octobre de chaque année. Mais c’est aussi le moteur de l'Association of Rheumatology Concerns (ARC) depuis ses cinq années d’existence bientôt. Zoom sur cette maladie invisible, mais très douloureuse pour la personne qui en souffre.

L’arthrite, aussi appelée polyarthrite rhumatoïde, est une maladie auto-immune qui provoque une inflammation des tissus touchant aux articulations. Elle fait partie des rhumatismes et maladies musculo squelettiques (RMS). L’inflammation qu’elle engendre sur les articulations est susceptible de générer la destruction du cartilage et des tendons. Si une crise d’arthrite peut entraîner des lésions articulaires sévères, il est triste de constater que son diagnostic chez les patients se fait généralement tardivement. Alors que Maurice compte environ 120 000 personnes qui en souffrent. C’est pourquoi, Ashan Purmessur le président de l'Association of Rheumatology Concerns (ARC) souligne l’urgence et l’importance de communiquer à ce sujet massivement. «Un diagnostic précoce est important pour contrôler la maladie et prévenir les déformations ou les handicaps. Et si cette année, nous n'organisons pas d'événement physiquement, la campagne de sensibilisation se poursuit dans les médias et le travail continue en collaboration avec les autorités compétentes pour améliorer les services de santé dans nos hôpitaux. Il reste encore beaucoup à faire pour éviter d'avoir une population aux capacités limitées en raison d'un diagnostic tardif. La jeune génération souffrant d'arthrite, nous devons commencer notre travail dès le plus jeune âge car nous ne voulons pas mettre en péril la santé et la qualité de vie de la future génération», explique-t-il.

 

Ashan Purmessur avance aussi que la présence de l'ARC dans les médias et sur les réseaux sociaux vise aussi à faire évoluer la prise en charge. «Nos membres bénéficient de nombreuses réductions dans différents domaines de la santé, tels que les tests sanguins et l'admission dans des cliniques privées. Nous travaillons aussi avec des laboratoires privés où nos membres bénéficient d'une réduction sur le coût du test sanguin qui doit être effectué chaque trois mois. Mais le gouvernement doit comprendre que l'arthrite doit être considérée comme une maladie très grave qui affectera la population dans son ensemble à long terme. De ce faite, une meilleure médication et de meilleurs soins aideront à avoir une meilleure qualité de vie.»

 

Mais quels sont donc les symptômes ? «Une raideur des articulations, surtout au niveau des doigts et des genoux le matin, sont les premiers symptômes de la maladie. Surviennent ensuite la douleur, les rougeurs, le gonflement, la sensibilité ou encore une sensation de chaleur au niveau de l’articulation concernée», souligne notre interlocuteur. Si tous ces signes sont des symptômes courants de l'arthrite, il est fortement recommandé de procéder à un examen sanguin et aussi d'aller consulter un rhumatologue pour savoir de quel type d’arthrite il s’agit, car il en existe une centaine.

 

Outre la partie médicale, l’alimentation joue un rôle majeur dans la gestion de l'arthrite, fait comprendre Ashan Purmessur. Adoptez un régime alimentaire équilibré en privilégiant les aliments riches en nutriments essentiels tels que les fruits, les légumes, les grains entiers, les protéines maigres et les graisses saines. Consommez des aliments anti-inflammatoires. Les aliments riches en oméga-3, comme les poissons gras (comme le saumon et les sardines) et les noix, peuvent aider à réduire l'inflammation dans le corps. Les fruits et légumes frais, en particulier ceux de couleur vive, sont également riches en antioxydants qui peuvent combattre l'inflammation. Limitez aussi les aliments qui peuvent favoriser ou aggraver l'inflammation, comme les aliments transformés, les viandes rouges, les produits laitiers riches en matières grasses, les aliments frits et les aliments riches en sucre ajouté.

 

Le maintien d’un poids santé peut grandement aider. Car l'excès de poids peut augmenter la pression sur les articulations, aggravant ainsi les symptômes de l'arthrite. Ainsi, maintenir un poids santé peut aider à réduire la douleur et l'inflammation. Boire suffisamment d’eau peut aider à maintenir l'hydratation des articulations et à prévenir la raideur. Toutefois, il est recommandé de consulter un professionnel de la santé pour un traitement adéquat. «Chaque personne est différente, il est donc important de consulter un professionnel, tel qu'un nutritionniste ou un rhumatologue, qui pourra donner des conseils personnalisés en fonction de la situation de la personne», explique Ashan Purmessur.

 

Réduire les symptômes

 

N'oubliez pas que l'alimentation seule ne peut pas guérir l'arthrite, mais elle peut aider à réduire les symptômes et à améliorer la qualité de vie. Comment donc vivre avec l’arthrite au quotidien ? «Ce n’est pas évident car la personne qui en souffre a besoin de plus de temps pour les actions du quotidien. Par exemplem pour sortir du lit alors que d’autres ne peuvent même pas se brosser les dents ou faire d'autres choses simples du quotidien. C’est une condition invisible et les gens ne voient pas tout ce par quoi passe une personne qui en souffre. Une vie équilibrée est donc nécessaire pour bien vivre, en sus d’un bon soutien et de médicaments appropriés», soutient Ashan Purmessur avant d’ajouter : «Beaucoup de nos membres sont en âge de travailler et avec un traitement approprié, ils sont autonomes et contribuent financièrement à l’avancement de l’État. Mais si tel n’est pas le cas, ils peuvent devenir invalides et l'État devra leur accorder une pension d'invalidité, ce qu’aucun gouvernement ne souhaite.»

 

Ashan Purmessur conclut en avançant : «Nous prévoyons de rencontrer nos membres car, à cause de la Covid-19, nous avons connu un recul et nous devons maintenant redémarrer, d'autant plus que nous ne recevons aucun financement du NSIF et que tout ce que nous faisons est bénévole. Nous nous rendrons aussi dans différents ministères et organisations privées pour leur présenter, ainsi qu'à leur personnel, l'arthrite et ses conséquences dans notre vie quotidienne. De nombreuses personnes souffrent en silence. Et nous devons travailler avec le ministère pour qu'il y ait un département de rhumatologie comme dans tous les pays développés, ce qui permettra d'améliorer les soins aux patients.»

 

L'arthrite peut être une maladie difficile à vivre, mais elle ne vous définit pas. N'oubliez pas de prendre soin de vous en suivant votre plan de traitement, en restant actif dans les limites de vos capacités et en recherchant le soutien de professionnels de la santé et de vos proches afin de gérer cette maladie au quotidien et de vivre une vie épanouie.

 

À savoir

 

L’association est joignable au 5255 4094 ou par e-mail sur arcassociation.mu@gmail.com. Vous pouvez aussi taper Association of Rheumatology Concerns (ARC) sur Facebook et YouTube : @arcmauritius, afin d’obtenir plus d'informations et visionner les vidéos informatives sur l'arthrite.