• Krishna Pentayah : «Ma participation à la conférence internationale sur les petits États insulaires en développement»
  • Allemagne vs Ecosse : le pays hôte doit éviter une douche écossaise
  • Ki bon gajaks ?
  • Diffusion des matches : écran noir !
  • Analyse des entraîneurs mauriciens : l’Angleterre, la France et Mbappé ont la cote
  • L’Europe fait tourner le monde
  • Journée mondiale de l’environnement : quand Young Bros contribue à la protection de la planète
  • Six conseils pour bien prendre soin de sa peau pendant l’hiver
  • Enquête judiciaire sur le décès troublant de Pravin Kanakiah - Rama Valayden : «Paret finn ena cover-up de tre o nivo dan sa case-la»
  • Formations en maquillage : la Glow Up Academy d'El Mehsen vous ouvre ses portes

«Yoga» avec le «sample» de «Mo Capitain» : des membres de la famille Legris montent au créneau

Vous l’avez écouté et vous l’avez sûrement beaucoup apprécié, avec un sentiment de fierté. On parle ici du clip de la chanson Yoga de l’artiste africaine Asake, qui a inondé les réseaux sociaux ici avec sa particularité : on y entend, au tout début, la reprise de la chanson Mo Capitain de Michel Legris, faite par Jason Heerah, ce qui fait que cette chanson est encore plus appréciée par les Mauriciens. 

Sauf que ce morceau ne fait pas que des heureux ! Notamment du côté de la famille Legris qui nous a fait comprendre, durant la semaine écoulée, qu’elle compte entamer des démarches légales contre ce projet.

 

La raison ? Ce ne sont pas tous les membres de la famille qui ont donné leur aval pour aller de l’avant avec le projet, disent-ils : «Ce qui n’est pas une façon professionnelle ou légale de faire les choses.» Surtout qu’il est question de droits, de reprise d’une chanson qui va en plus vers des plateformes et réseaux internationaux. 

  

Tout d’abord, ces membres voudraient enlever, du moins temporairement, le fameux clip aux 5,5 millions de vues sur YouTube, avant de se décider de la suite des démarches légales. À l’heure où nous mettions sous presse, la Mauritius Society of Authors, de son côté, nous a confirmé un début de correspondance avec la famille et était en passe d’analyser la requête. Jason Heerah, pour sa part, s'est refusé à tout commentaire.