Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Vente illégale de vieille ferraille, pollution, routes impraticables… : Les habitants de Rughooputh Lane, Quatre-Bornes, montent au créneau
  • Festival du Livre de Trou-d’Eau-Douce : trois bonnes raisons d’y aller
  • Champions de cross-country - Rencontre avec Sébastien et Christopher Bonnapen : deux frères, une seule passion
  • Yogesh Siraz, côté jardin
  • Santé oculaire : ENL sensibilise les pêcheurs
  • Sahib Meerhossen condamné à perpétuité après l’assassinat de Lara Rijs - Son épouse Nazmeen : «Santans-la tro lour»
  • Ces Mauriciens «so in love» de La Casa de Papel
  • Athlétisme - Charge provisoire de détournement de fonds : Vivian Gungaram accusé et soutenu
  • Met Gala : attention les yeux !
  • À Montréal : quand la vie se conjugue avec la Covid-19

Vel Kadarasen : une année, des clichés, un livre, un homme

La famille Kadarasen entoure Rama Poonoosamy, directeur d'Immedia, et le vice-président de la République Eddy Boissezon.

Le lancement de l’ouvrage dédié à ce grand photographe de presse, qui nous a quittés en janvier 2018, s’est tenu le jeudi 22 juillet, avec des clichés qui couvrent notamment la riche année 1969… 

Il était un professionnel dévoué mais aussi un bon époux et père de famille. Il y avait donc le pro, le photographe de presse, et l’homme. Deux aspects indissociables de Vel Kadarasen, photographe de presse de l’express, qui nous a quittés en janvier 2018, laissant derrière lui un demi-siècle de clichés. C’est donc en toute logique que sa famille (ses filles, dont l’une, Pamela, a suivi ses pas de photographe, et son épouse) et ceux qui l’ont côtoyé ont voulu lui rendre hommage. Hommage qui nous vient avec ce livre, 1969, Vel Kadarasen, lancé à l’hôtel Hennessy Park, le jeudi 22 juillet, en présence de plusieurs personnalités, proches et amis.

 

Dans cet ouvrage, on trouve donc une soixantaine de photos de Vel Kadarasen, couvrant toute cette année, avec des portraits (Marcel Cabon, monseigneur Jean Margéot, Harilal Vaghjee, entre autres) mais aussi des instants de vie (notamment sur des métiers d’alors, comme ceux de charretier et de cireur de chaussures) et des événements comme des manifestations de cette époque post-indépendance. En somme, ce sont des clichés d’un homme qui a connu l’Histoire.

 

Rama Poonoosamy, directeur d’Immedia, qui publie le livre, parle d’un homme avec «une agilité de félin, une dextérité de magicien, toujours aux aguets, avec une carrière prestigieuse remplie de rencontres extraordinaires». Cassam Uteem, ancien président de la République, a, lui, fait ressortir «l’œuvre inestimable» de Vel Kadarasen, ajoutant que «le livre 1969 n’est qu’une infime partie de cette œuvre, qu’on pourrait qualifier de colossale».

 

La famille, quant à elle, met l’accent sur l’humain. La fille aînée de Vel Kadarasen, Vasanda, est revenue sur plusieurs anecdotes qui ont jalonné la vie trépidante du photographe : «Il sortait dans une bonne tenue et rentrait souvent en lambeaux (…) Une fois, il a dû payer un taxi pour SSR (…) La venue du pape en 1989 était pour lui une bénédiction divine car il avait une croyance infaillible (…) Il avait aussi du toupet sur le terrain. On a surtout appris de lui qu’il ne faut pas tout mettre dans l’argent, il faut aussi de l’intégrité, de la crédibilité et de l’humilité.»

 

Autre anecdote : le vice-président de la République, Eddy Boissezon, se souvient que Vel Kadarasen lui a fait sa photo dans le passé, pour son passeport. Photo qui est, pour le vice-président, la plus belle pour un passeport. Il souligne : «Vel avait cette qualité d’offrir une pérennité à l’insolite et l’éphémère…» 

 

Le livre est en vente dans les grandes librairies de l’île, à Rs 600.