Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Vente illégale de vieille ferraille, pollution, routes impraticables… : Les habitants de Rughooputh Lane, Quatre-Bornes, montent au créneau
  • Festival du Livre de Trou-d’Eau-Douce : trois bonnes raisons d’y aller
  • Champions de cross-country - Rencontre avec Sébastien et Christopher Bonnapen : deux frères, une seule passion
  • Yogesh Siraz, côté jardin
  • Santé oculaire : ENL sensibilise les pêcheurs
  • Sahib Meerhossen condamné à perpétuité après l’assassinat de Lara Rijs - Son épouse Nazmeen : «Santans-la tro lour»
  • Ces Mauriciens «so in love» de La Casa de Papel
  • Athlétisme - Charge provisoire de détournement de fonds : Vivian Gungaram accusé et soutenu
  • Met Gala : attention les yeux !
  • À Montréal : quand la vie se conjugue avec la Covid-19

Retour aux Chagos : quand Fernand Mandarin se livre…

C’est un peu l’Histoire. Mais c’est avant tout une histoire. Dure. Celle de ces Chagossiens enlevés de leur terre natale. Le livre Retour aux Chagos a été lancé le 20 juin, au Blue Penny Museum. Un ouvrage où le Chagossien Fernand Mandarin, leader du Comité social chagossien, se livre au conservateur du musée, Emmanuel Richon. Les deux se sont rencontrés il y a cinq ans, alors que Mandarin était passé au musée pour demander des informations concernant le naufrage du navire la Sainte Marthe. Au fil des recherches, les deux se sont liés d’amitié, à tel point qu’ils ont collaboré sur une exposition sur les Chagos il y a environ 18 mois. Pour les deux, ce n’était pas assez, et le projet d’un livre a tout naturellement germé par la suite.

 

Le combat pour le retour, la famille, le passé, Fernard Mandarin dit tout, et nous en apprend surtout beaucoup sur la culture chagossienne (cuisine, fêtes, rituels, traditions) en elle-même, dans cet ouvrage qui se situe entre biographie et livre d’Histoire. Avec raison, comme le souligne la préface de Philippe Forget : «C’est pour que tout ne disparaisse pas à jamais avec les derniers des Chagossiens, que ce Mémorial de Fernand Mandarin se devait d’être publié.»

 

On attend de découvrir cette plongée dans le passé, dans l’espoir d’un meilleur futur pour les Chagossiens.