Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Cannabis médical et récréatif, le «nouvel or» pour booster notre économie ?
  • Une fonctionnaire retrouvée morte au pied de l’Emmanuel Anquetil Building - Naushad Mooniaruth : «Mon épouse était harcelée moralement au travail»
  • JO 2020 : Floriane St-Louis officiera aux Jeux
  • Elle met au monde une petite fille après les décès tragiques de son fils et de son époux - Khushboo Gobin : «Je suis heureuse et triste en même temps…»
  • Maurice accueille à nouveau des visiteurs étrangers : la réouverture des frontières de tous les espoirs
  • Anne Murielle Ravina : les leçons de ma vie de Miss
  • Jeux olympiques 2020 : l’ambition de nos olympiens
  • Black Widow : Marvel déchaîne toujours les passions
  • Sur Netflix - Haseen Dillruba : quand la femme revendique ses droits
  • Tour de France 2021 - Alexandre Mayer : «Pogacar mérite sa victoire»

Mortal Kombat : duel de commentaires…

Plus d’une semaine déjà que la nouvelle adaptation de la franchise de jeux vidéo (où plusieurs combattants humains se retrouvent au cœur d’un tournoi secret qui implique de nombreuses dimensions…) est sur nos petits écrans. Et il faut l’avouer, le combat fait aussi rage au niveau des avis sur la réalisation de Simon McQuoid, un film violent avec ninja de glace, monstre à quatre bras, militaire aux bras bioniques et dieu du tonnerre. Sur notre ring, deux combattants s’affrontent, avec leurs opinions, bien évidemment…

Keven Mangalum, infographiste : Un «Kombat» mou

 

«On compte désormais trois adaptations de Mortal Kombat portées sur grand écran : celle de Paul W. Anderson (1995), suivie de sa suite, sous-titrée Annihilation, de John R. Leonetti en 1997, et maintenant, en 2021, il y a le récent film de Simon McQuoid. Si le premier Mortal Kombat fut une douce surprise et a connu un certain succès commercial, le second s’était planté lamentablement avec le sceau d’anathème que lui ont collé les fanatiques du MK Verse. 24 ans plus tard, la version de Simon McQuoid remet les pendules à l’heure, en assenant aux fans du jeu une Fatality (NdlR : le fameux coup fatal que l’on peut faire à la fin de chaque combat dans les jeux) de jouissance bien méritée.

 

Bien qu’on se délecte de chaque scène gore finement exécutée, le film ne s’affranchit pas de ses chaînes de Fan Service. Malgré la scène d’introduction qui laisse entrevoir de la castagne pure et dure, avec une certaine intensité dramatique, force est de constater que ce n’est pas le cas pendant le reste du film. Ça bastonne de façon assez molle pour s’empresser de terminer avec la fameuse Fatality. On est loin d’un film comme The Raid ou d’un John Wick dans l’exécution des combats chorégraphiques. MK 21 aurait certainement gagné en impact et en épaisseur.

 

Au niveau du casting cependant, le film est une réussite. Jessica McNamee est une découverte en Sonya Blade. Joe Taslim dans le rôle Sub Zero est à point et Josh Lawson en Kano vole la vedette à chaque apparition avec ses vannes lourdingues. Au final, le film reste plaisant et sympa à regarder, mais est hélas vite oublié, faute d’apporter un plus aux personnages et à l’histoire. En tout cas, vivement la suite, vu que ce premier film fait office de préquelle...»

 

Frédéric Lamarque, entrepreneur et «cosplayer»  : Un «Kombat» fun

 

«J’ai trouvé ce film super ! Certes, il n’est pas parfait mais les bons côtés l’emportent sur les mauvais. Alors, tout d’abord, les bons aspects du film. On va commencer par une sacrée séquence d’ouverture ! Les dix premières minutes montrent qu’on est face à des connaisseurs qui respectent l’univers et arrivent à donner de la substance dramatique à deux personnages que les joueurs comme moi adorent ! L’autre soin est apporté aux effets spéciaux, qui sont très soignés la plupart du temps, avec aussi du bon Fan Service et moult Fatalities et clins d’œil à l’univers. Ensuite, je trouve le casting plus ou moins parfait. Les ninjas Scorpion et Sub-zero, interprétés respectivement par Hiroyuki Sanada et Joe Taslim, sont juste nickels, Kano est un show stealer, et j’ai constaté qu’il y a un grand soin aussi au niveau des costumes.

 

Mais le film n’est pas parfait pour autant, même si le Fan Service est omniprésent : le montage des combats est très cut, souvent pas très fluides, on a l’impression qu’au montage, ils ont coupé des bouts ici et là tout au long du film pour une durée d’environ deux heures. Ensuite, le personnage de Cole, qui est un nouveau personnage inédit, censé permettre aux non-initiés de pénétrer dans l’univers Mortal Kombat, est peu charismatique et finalement inutile – on aurait bien pu passer par celui de Kano, plus intéressant à mon sens pour une introduction. En parlant de personnages, Shang Tsung et Raiden sont à mon sens ratés, peu présents et assez caricaturaux. Mais au final, tout cela est bien peu car, je le redis, les atouts du film font qu’on oublie ses défauts. C’est imparfait mais bien fun, surtout pour les fans des jeux.»