• Fred Chesneau, le «Globe Cooker», à la table d’une famille mauricienne
  • Tir à l’arc : Wasim Yacoob s’en est allé
  • Kisasa, un restaurant atypique au coeur de Port-Louis
  • À Grand-Baie : Beedeea, 63 ans, meurt dans des circonstances troublantes
  • Syndrome d’Alcoolisation Fœtale : L’art, une arme pour la sensibilisation
  • Ses jumelles siamoises se trouvent en Inde pour une séparation chirurgicale | Marie-Hélène Papillon : «Je prie très fort pour mes filles»
  • Noyades : Début d’année cauchemardesque pour quatre familles
  • Nouvelle année, nouveaux visages et nouveaux talents
  • L’affaire Medpoint au Privy Council : Pravind Jugnauth, un rendez-vous avec l’histoire
  • Quitte ou double !

Les affamés : Jeunes «bien amerde»  

Des jeunes bien décidés à changer leur vie…

Ou kapav krwar ! En fait, Zoé, 21 ans, n’en peut plus. Elle en a juste marre que, dans son quotidien, tout le monde justifie ses actions en lui disant «ben ouais, t’es jeune». Trop, c’est trop ! En plus, elle doit étudier, travailler, les deux en même temps, pour un salaire injuste. Elle décide alors d’essayer de changer les choses.

 

On voit bien, dans Les Affamés, réalisé par Léa Frédeval (adapté de son propre livre), une sorte de comédie sociale un peu militante mais bien traversée par de jeunes interprètes plutôt débordants d’énergie. Du coup, avec pas mal d’humour, le récit bien ancré dans notre temps passe plutôt bien, même si ça reste assez propre et gentil. Plaisant donc…