• Sahill Persand, 21 ans, meurt dans l’incendie de sa voiture en janvier - Ses parents : «Ena boukou kitsoz lous kinn deroule dan sa zafer-la»
  • Championnats d’Afrique d’haltérophilie jeunes et juniors : une troisième couronne africaine pour Khelwin Juboo
  • Décès du chanteur de «Gangta's Paradise» - le Mauricien Judex Rose : «Le jour où j'ai partagé la scène avec Coolio»
  • Sooraj Laljee en détention pour trafic humain allégué : son épouse l’accuse ; ses proches parlent de «coup monté»
  • Elle est sélectionnée pour l’OplinePrize International - L’artiste Vidya-Kelie, d’origine mauricienne : «Votez pour moi !»
  • [ PUBLI-REPORTAGE ] Use heart for every heart
  • Son nouvel album lancé en exclusivité et en live au J&J Auditorium - Mickaël Pouvin : «Je veux encore toucher le cœur des Mauriciens»
  • Agression sanglante à Résidence Barkly : comment j’ai échappé à une tentative d’assassinat à l’arme blanche
  • Spectacle de Norah Fatehi : le bonheur des sept Mauriciens qui danseront avec elle
  • Yuvan Sungkur, le faux avocat démasqué - Me Sanjeev Teeluckdharry : «Il a trompé beaucoup de monde, je ne comprends pas comment…»

Le paradis dans mes cheveux : Katty Laguette Labour illustre ses tranches de vie

La dame s'est inspirée de ses enfants pour ses dessins.

Le lancement festif de ce livre pour les enfants était prévu à l’Institut français de Maurice le samedi 3 septembre, avec atelier d’illustration et lecture en musique. Le paradis dans mes cheveux nous parle de Tima, petite fille espiègle qui n’aime ni coiffer ni laver ses cheveux. À tel point que ceux-ci vont devenir une sorte de jardin, avec des herbes, des papillons et autres petites bêtes. Une trouvaille très colorée avec les mots de Skye Robinson, auteure originaire de Roumanie et vivant à Paris, et surtout illustrée par la Mauricienne Katty Laguette Labour, jeune femme de plus en plus incontournable s’agissant de dessins et d’illustrations, et qui fait ici son premier livre jeunesse. Elle fait le point avec nous…

Le projet : «Corinne Fleury, qui dirige la maison d’édition l’Atelier des Nomades, m’a contactée car Skye Robinson avait ce projet de livre jeunesse et cherchait une illustratrice. C’était l’année dernière et je me suis sentie très honorée car ces éditions font du bon boulot avec leur variété de livres. Et dès qu’on m’a fait cette proposition intéressante, j’ai commencé à esquisser…» 

 

L’inspiration : «Il n’y a pas eu à chercher loin (rires). Je me suis grandement inspirée de mes enfants. Car je pense que c’est un souci de petite fille que de ne pas vouloir se coiffer ni se laver les cheveux. D’autant qu’on voulait un personnage principal métisse pour le livre. Je les ai donc observées et cela a grandement aidé dans le processus d’illustration. C’était aussi une façon touchante et parfois très fun de redécouvrir ses enfants et de comprendre un peu mieux ce qui se passe dans leur tête quand elles ont des soucis avec leurs cheveux. C’est un sujet où plusieurs enfants, voire même des adultes, peuvent se retrouver.»

 

Le parcours : «C’est un parcours tout de même bien rempli pour arriver jusque-là. Je me rappelle que j’étais très attirée par tout ce qui était stop motion et digital arts lorsque je faisais mes études au MGI. J’avais même présenté un court-métrage en stop motion lors d’une édition du festival de courts-métrages Ile Courts il y a plusieurs années. J’ai aussi participé à plusieurs expos, dont plusieurs éditions du Salon de Mai, toujours au MGI, et aussi à une exposition au Moulin Cassé. Récemment, j’ai aussi fait du live painting pour la dernière soirée musicale de La Isla Social Club et des designs de T-shirts pour le magasin KotPiale. Je n’ai pas de thème précis dans mes œuvres mais je parle en général beaucoup de la femme, des animaux, de la nature et je suis, bien sûr, très inspirée par mon île.»

 

La suite : «Je suis actuellement en train de bosser sur un autre livre jeunesse, toujours en tant qu’illustratrice. Ce sera une histoire de fée mais chut, je ne peux pas en dire plus (rires). Sinon, je prépare aussi ma propre exposition, ce qui va peut-être me prendre un peu plus de temps.»

 

Le livre est publié aux Éditions des Nomades et en vente dans les librairies de l’île.