• Championnats d'Afrique : l'athlétisme mauricien en quête de rachat
  • Vidushi Haulooman et sa poésie dans «Afflatus» 
  • Modigadu Govinden, 59 ans, renversé mortellement par une voiture - Ses proches : «Lalwa bizin pli sever»
  • Luchmeeparsad Bhowaneedin, 43 ans, décède après avoir été percuté par le métro - Son entourage : «Il voulait changer de vie et se stabiliser financièrement»
  • Mystère autour du décès de Kevin Sreeneebus, 33 ans, après une sortie de route - Ses proches et amis pleurent «un homme jovial et plein d'ambition»
  • Acquitté dans l’affaire du double drame de Sept-Cascades en 2012 - L’inspecteur Sookur : «Mo pli gran regre se ki mo pann resi sap lavi Nanon ek Binda»
  • Nula Groove et l’après «Mama mo tresor»
  • La lecture partisane et l’indestructible culture politique !
  • Post-Budget : ces espoirs tombés à l’eau
  • Dévoilement d’une statue de sir Anerood Jugnauth : hommage à «enn gran dimounn»

Jeanne Gerval Arouff et ses interstices poétiques

Elle s’interroge, elle contemple, elle vit aussi. Et c’est toute une leçon de vie que l’on découvre avec Dans les interstices – Révélations poétiques de Jeanne Gerval Arouff, une incontournable de la presse mauricienne (elle a bossé à 5-Pus magazine et l’express, et a beaucoup écrit sur l’art), doublée d’une artiste complète (littérature, poésie mais aussi arts plastiques depuis 1972). 

L’artiste de 86 ans nous convie ici à un voyage pour mieux comprendre comment elle perçoit l’existence et nous demande de prendre le temps de vivre et de garder le sens de l’émerveillement. «Enchanter à nouveau ses heures est plus que jamais une exigence ; pour soi, pris dans la course effrénée de l'homme contemporain, dans une société d'immédiateté, aux activités frénétiques, à l'ère de ‘‘l’ultratechnologisation’’ de la personne. Exigence aussi pour la Planète – aux dérèglements majeurs – essoufflée du comportement du terrien ; allant jusqu'à mettre en danger la survie de bien des peuples. Conséquences des dégâts irréversibles causés à l’environnement… (…) Ralentir. Prendre le temps. Et partager – dans le temps – par le biais de l'art – lieu de mission privilégié – par l'esthétique du passage du temps – des atomes d'émerveillement, empreints de pas du pèlerin dans le vent.»

 

 

Et nous voici partis avec ces réflexions poétiques sur plusieurs objets qu’elle a collectionnés au fil de sa vie… Un bout de bois, un cristal… Tout ceci la pousse à s’interroger sur notre condition et bien plus, à évoquer le temps qui passe et notre place dans le monde autour de nous. S’ensuivent aussi des haikus, ces petits poèmes japonais où elle évoque la contemplation et la nature. Et toujours, l’émerveillement.

 

 

Le tout s’achève avec le parcours extrêmement riche de l’auteure et une postface de la part de Robert Furlong, où il dit, entre autres, que «l’œuvre de Jeanne Gerval Arouff recèle des clefs essentielles ouvrant les portes d’une spiritualité pure, établissant un itinéraire liant notre univers au cosmos. Les étapes de ce voyage auquel elle nous invite sont dans ces totems qui jalonnent son œuvre et qui nous basculent du profane au sacré».

 

 

Une œuvre riche venant d’une artiste à l’œuvre conséquente. À découvrir !

 

Disponible dans les grandes librairies de l’île.