• J SummerSoul : de la country à la musique mauricienne
  • AFED : Un rempart pour sortir de l’impasse
  • Tir à l’arc : 25 aspirants entraîneurs en formation
  • Bless Junior Huteau, 4 ans, compte sur votre générosité
  • Président de la New Chinatown Foundation : Jean-Paul Lam en cinq moments
  • L’arrestation d’une quarantaine de Bangladais provoque l’indignation !
  • Intervention chirurgicale sur les jumelles siamoises : La longue attente de toute une famille
  • Mike Mounawah : être parmi les meilleurs en Angleterre
  • The Club House : la nouvelle adresse qui vous veut du bien !
  • Drame de Mapou | Quatre amis unis dans la mort : la douleur de leurs proches

Insidious : la dernière clé | Frayeurs archi-vécues

Gens effrayés et fantômes effrayants au programme surnaturel…

Des fantômes s’invitent dans nos salles cette semaine pour la énième fois. Prévoyez des sursauts et une ambiance tendue surnaturelle avec ce quatrième film de la franchise.

2010. Cette année-là sort le premier film Insidious, réalisé par James Wan, jeune mec responsable du premier Saw et du futur Conjuring. Un premier film bien foutu, plutôt effrayant, quelque part entre Poltergeist et les films d’épouvante asiatiques. Après un deuxième volet qui propose une histoire spatio-temporelle et un troisième opus oubliable, la donne ne change pas avec le nouveau : fantômes, suspense, tension.

 

Dans Insidious : la dernière clé, on retrouve Elise Rainier, la médium que l’on a suivie tout au long des films. Dans ce nouveau volet, on apprendra plus sur son passé puisque le personnage (l’actrice Lin Shaye) devra revenir dans la maison où elle a vécu. À l’intérieur, un puissant être paranormal embête tout le monde de façon dangereuse.

 

Et c’est reparti pour la virée en train fantôme, avec des moments de sursaut, des fantômes qui bougent de façon saccadée, une musique souvent tonitruante qui abrutit, entre autres gimmicks. Le réalisateur Adam Robitel ne fait finalement que recycler, sans génie ni inspiration, les codes propres à Annabelle et Conjuring, n’apportant rien de neuf à l’ensemble. Reste quelques apparitions sympathiques (le fantôme à la main clé) et assez de surnaturel pour les fans endurcis des films du genre.