• Mario Ponen dessine «Kuler nu ti zil»
  • Chanel, 18 ans : mon aventure dans la construction
  • Stage à Sheffield Utd : Expérience enrichissante
  • Ketty Lim Ka Lan : une belle aventure nommée Moka'mwad !
  • Swaranjali Group Grand-Bois : une histoire d’engagement
  • Son cas entendu devant le Privy Council : La longue quête de justice de Premchandra Bissonauth
  • Mo’Zar Espace Artistic : leur musique au-delà des frontières
  • Chaleur et perte d’appétit : comment y remédier ?
  • Astérix – Le secret de la potion magique | Tombons dans la marmite
  • Art martial japonais : Une fédération de kendo voit le jour à Maurice

Gino Lapunaire : Disparition d’un grand de la ravanne

Un visage connu. Et aussi très apprécié. Hélas, Gino Lapunaire, connu pour son travail de batteur et de ravannier au sein de plusieurs formations locales (Zot Sa, Cassiya, entre autres), est décédé le 10 octobre des suites d’une maladie  qui le rongeait. Gino Lapunaire a joué de la ravanne sur quasiment tous les albums où on pouvait en entendre et a fait partie de plusieurs délégations d’artistes qui se sont rendus à l’étranger pour faire vibrer notre musique.

 

Sur les réseaux sociaux, ils sont plusieurs, artistes, proches, amis, à faire ressortir son grand talent d’artiste, à l’instar d’Alain Ramanisum qui le décrit comme «l’irremplaçable roi de la ravanne» ou Chrisjo Clair qui parle «d’une grande personne, une grande perte pour la musique locale…»