Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Nouvel épisode sous le soleil de l’opposition
  • Hippisme - 12e journée : Rob Roy maître dans son jardin !
  • Cannabis médical et récréatif, le «nouvel or» pour booster notre économie ?
  • Une fonctionnaire retrouvée morte au pied de l’Emmanuel Anquetil Building - Naushad Mooniaruth : «Mon épouse était harcelée moralement au travail»
  • JO 2020 : Floriane St-Louis officiera aux Jeux
  • Elle met au monde une petite fille après les décès tragiques de son fils et de son époux - Khushboo Gobin : «Je suis heureuse et triste en même temps…»
  • Maurice accueille à nouveau des visiteurs étrangers : la réouverture des frontières de tous les espoirs
  • Anne Murielle Ravina : les leçons de ma vie de Miss
  • Jeux olympiques 2020 : l’ambition de nos olympiens
  • Black Widow : Marvel déchaîne toujours les passions

En streaming - Godzilla vs Kong : film bête mais «bebet» !  

Des êtres humains qui se faufilent dans un gros match entre deux créatures gigantesques !

Sorti sur HBO Max le 31 mars – et par la suite sur d’autres plateformes comme Apple TV et Amazon, ainsi que sur Google Play le 30 avril –, le film opposant deux monstres très populaires se révèle finalement fun, avec aucune erreur sur la marchandise : ça pète de partout ! 

On avait un peu peur mais finalement, c’est bien sympa ! Après un Godzilla : roi des monstres qui n’avait pas vraiment convaincu (le film se focalisait plutôt sur des personnages mal écrits que sur plein de monstres qui se tapent dessus et qui rasent des villes), on attendait, avec des appréhensions, ce Godzilla vs Kong, pas aidé non plus par un Kong : Skull Island trop dans la retenue. N’empêche, à l’arrivée, le blockbuster du moment (plus de 120 millions de dollars au box-office, le plus gros succès mondial en cette période de pandémie) est fun, nous procurant un plaisir qui fait du bien en ces temps difficiles.

 

Allez, on avoue que, pour l’histoire, on repassera (des personnages se servent de Kong pour aller chercher une source d’énergie au centre de la terre afin de contrer Godzilla qui a décidé de tout casser ; du délire !) mais après tout, on est surtout ici pour la grosse baston. Et s’il faudra attendre 40 bonnes minutes avant que ça commence à kas dan ta entre le zako et le gecko, on est contents de voir que les scénaristes ont fait des efforts pour nous pondre des personnages moins idiots et irritants (même si ce n’est pas la grande débandade intellectuelle non plus).

 

Ce qui nous amène au spectacle destructeur ; après tout, c’est pour ça qu’on va regarder le film d’Adam Wingard, réalisateur catapulté pour une adaptation du dessin animé Thundercats. On concèdera que c’est plus que généreux de ce côté-là : Godzilla vs Kong remplit son cahier des charges et demande à être vu sur le plus grand écran possible : on est bien servis en termes de destruction massive (la seconde moitié du film pète de partout), de grand spectacle de film d’aventure et de baston, avec rayon kraz partou, hache de guerre, missiles, rockets et bâtiments qui explosent dans tous les sens. Tant pis si ce n’est pas original. Tout y passe : Avatar, Transformers, Pacific Rim, le King Kong de Peter Jackson, voire Interstellar. Reste que c’est du fun à l’état brut, on s’amuse, on s’éclate devant tous ces gros effets spéciaux monstrueux à plusieurs millions de dollars et un son 5.1 qui dépote avec explosions et cris de monstres mécontents, ce qui fait de Godzilla vs Kong un film qui donne bien ce pour quoi on ira le voir : du gros boudoum badam !