• Forme : 20 minutes de sport à intégrer à la routine familiale
  • Distripharm Ltd, un magasin qui promeut le bien-être de tous
  • Political Financing Bill : l’impasse
  • Laura Béatrice Louis et son monde de fantaisie
  • Harold Leve Hang : Adieux émouvants à un King
  • Chute fatale à la montagne du Chat et de la Souris : Joseph On, la fin tragique d’un amoureux de l’effort vert
  • Leshav Beeharry meurt noyé dans un bassin | Ashiv, son frère aîné : «Il était prévu qu’il intègre l’université de Maurice en août»
  • Aboo Swaley Futta agressé mortellement | Son père : «Ils s’en sont pris à un homme sans défense et sans histoires»
  • L’ADSU sollicite Interpol après la saisie de 92,5 kg de cocaïne
  • Perry Ah-Why : White looks

Creed 2: Choc des générations

Sur le ring comme dans la vie, les protagonistes vont mener des combats.

On monte sur le ring cette semaine avec Rocky, Ivan et leurs protégés (son de cloche).

Et paf ! Et pouf ! Et on tombe ! 1… 2… 3… Bref, c’est un match de boxe ! Et de la boxe, vous allez en avoir dans ce second volet de Creed qui propose un choc des générations qui devrait ravir autant les fans des anciens Rocky que les plus jeunes qui ont adoré le premier Creed.

 

En 2015, la franchise Rocky a pris un nouveau souffle avec ce film qui raconte comment le vieillissant Rocky Balboa a pris en main le fils de l’un de ses anciens adversaires sur le ring, Apollo Creed. Le jeune Creed et Rocky vivaient alors une aventure humaine intense, un retour sur le ring très acclamé lors de sa sortie.

 

Pour cette suite réalisée par Steven Caple Jr. – jeune metteur en scène qui n’en est qu’à son second film –, l’équipe a vu les choses en plus grand, nous parlant maintenant de deux générations. D’un côté du ring : Rocky et le jeune Creed (le toujours très musclé Michael B. Jordan). De l’autre : le Russe Ivan Drago (ce bon vieux Dolph Lundgren) et son fils, lui aussi plutôt bien bâti.

 

Et la vie personnelle de tout ce beau monde est aussi bien mise en avant, pour un mélange explosif qui devrait donc faire l’effet d’un gros uppercut. L’équipe ne prend pas trop de risques et nous emmène sur un terrain archi connu de tous les films de boxe.

 

Ce qui est déjà pas si mal, avec toujours l’intensité d’être sur le ring avec les boxeurs. Pas de quoi mettre K.-O. mais c’est appréciable.