Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5-PLUS DIMANCHE

Pendant cette période de confinement, profitez de 5-Plus Dimanche, l’express, Business Mag, Weekly, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

  • Kolektif Rivier Nwar : des poules, des œufs et un appel au don
  • Jeux Olympiques 2021 : la machine se remet en marche
  • Kayne, 2 ans, souffre d’épilepsie générale : sa mère Jaya lance un appel à l’aide
  • La vie de fashionista de Zorah
  • Bien dan ou lapo
  • Quand Nata «Sing» dans le métro !
  • Le bioplastique, la solution de six jeunes contre la pollution
  • Le Top 4 des tisanes pour braver l’hiver
  • Faire son compost-maison : le guide
  • Ces entreprises qui proposent des solutions pour faire face à la crise

Coupe du monde de slam 2020 : la Mauricienne Kelly Ang-Ting Hone en pole position

Son parcours se dessine. Notre compatriote de 22 ans participera, cette année, à la Coupe du monde de slam qui se tiendra en France du 18 au 24 mai… mais en visioconférence. En attendant, la jeune fille se prépare et papote un peu avec nous. 

Préparation et encadrement : «Je répète tous les jours. Heureusement, je suis très bien encadrée, notamment par des personnes qui m’ont toujours soutenue depuis que je fais du slam, notamment Ziad Peerbux et Romi Poonoosamy. Et puis, je suis en contact avec tellement de slameurs du monde entier, dont certains vont aussi participer à la Coupe du monde cette année. Donc, on s’entraide beaucoup.»

 

Propositions : «Je vais présenter six textes, avec des émotions et des thèmes différents, qui sont tous en work in progress. Je vais opter à la fois pour l’anglais, le français et le kreol morisien. Et je compte aussi inclure dans un texte ou en partie, un peu de Madam Serre.»

 

Et la suite ? «J’étais très excitée à l’idée d’aller en France lorsque j’ai gagné le Concours national de slam l’année dernière. Mais par la suite, il y a eu la pandémie et il faudra participer à distance. C’est clair que nous allons nous organiser, peut-être avec mon sponsor (NdlR : Nin’s), pour organiser une rencontre des participants. Car le slam, c’est aussi et surtout du partage, pas que de la compétition.»