• Nouveau centenaire : Issac Jan Mahomed raconté par sa petite-fille
  • À Baie-du-Tombeau : un jeune trafiquant coffré avec Rs 29 M d’héroïne
  • Horizon Paris 2024 : les athlètes heureux de leur sélection
  • Marie-Kelly Somauroo ou l’art de créer des savons artisanaux
  • Allégations de complot contre Sherry Singh : quand le dernier «move» de Shameem One and Only «intrigue»
  • En cinq jours, il perd sa fille dans un accident et sa femme d’une maladie | Ignace Bothille, 80 ans : «Je suis effondré…»
  • Caroline Jodun dit «Merci» avec un troisième album
  • Arrestation de Bruneau Laurette : «Je serai un fighter jusqu’au bout»
  • Anaïs Lagrosse : ma toute nouvelle couronne de Miss University Africa Mauritius
  • Accusé de «Breach of ICTA» | Dhiren Moher : «Mo pann avoy okenn mesaz a karakter rasial»

Coupe du monde de slam 2020 : la Mauricienne Kelly Ang-Ting Hone en pole position

Son parcours se dessine. Notre compatriote de 22 ans participera, cette année, à la Coupe du monde de slam qui se tiendra en France du 18 au 24 mai… mais en visioconférence. En attendant, la jeune fille se prépare et papote un peu avec nous. 

Préparation et encadrement : «Je répète tous les jours. Heureusement, je suis très bien encadrée, notamment par des personnes qui m’ont toujours soutenue depuis que je fais du slam, notamment Ziad Peerbux et Romi Poonoosamy. Et puis, je suis en contact avec tellement de slameurs du monde entier, dont certains vont aussi participer à la Coupe du monde cette année. Donc, on s’entraide beaucoup.»

 

Propositions : «Je vais présenter six textes, avec des émotions et des thèmes différents, qui sont tous en work in progress. Je vais opter à la fois pour l’anglais, le français et le kreol morisien. Et je compte aussi inclure dans un texte ou en partie, un peu de Madam Serre.»

 

Et la suite ? «J’étais très excitée à l’idée d’aller en France lorsque j’ai gagné le Concours national de slam l’année dernière. Mais par la suite, il y a eu la pandémie et il faudra participer à distance. C’est clair que nous allons nous organiser, peut-être avec mon sponsor (NdlR : Nin’s), pour organiser une rencontre des participants. Car le slam, c’est aussi et surtout du partage, pas que de la compétition.»