• 15th Fazza Para-Athletics-GP Dubai : Maurice décroche 10 médailles
  • Realme GT Neo 5 SE : du milieu de gamme très premium
  • Jessie Mathews : le pouvoir de l’écriture
  • Le patron de l'ADSU de Rodrigues arrêté pour complicité dans une affaire de drogue - L'ACP Dhunraz Gungadin : «Une Maritime Intelligence Cell sera mise sur pied à Rodrigues»
  • Heritage Skin Care Paris : Sheila Dumas et son aventure beauté
  • Swaraj Seetal écope de 37 ans de prison pour avoir tué son épouse deux mois après leur mariage
  • Le Cirque Social de Cité la Chaux : pour aider les enfants à construire leur avenir
  • «Goulous» de Stanley Harmon : dessine-moi l’esclavage 
  • Sortie de route mortelle à Clemencia - Les proches de Ram Appadoo : «Deziem frer nou perdi dan enn aksidan»
  • Jeffrey Epstein et TOUS les autres

Bruno Raya : «Festival Reggae Donn Sa ti enn sikse»

Il est plus que satisfait ! Lui, c’est Bruno Raya, l’une des têtes pensantes derrière la grand-messe du reggae qui s’est déroulée au Morne le 5 novembre. «Festival Reggae Donn Sa ti enn sikse malgre divan, malgre tanpet ek bann baton dan larou. Nou inn pas enn siper bon moman dan linite», souligne-t-il. 

Une grosse foule était effectivement présente au Green Village pour cette dernière édition du Festival Reggae Donn Sa. La première avait eu lieu en 2005 avec Daddy Mory et Pierpoljak comme têtes d’affiche. Et cette année, les deux parrains étaient à nouveau sur scène en compagnie de Tiwony.

 

Les organisateurs ont mis en avant les reggaemen francophones pour cette neuvième édition. La première partie était assurée par Captain Hooligan, le nouvel homme fort de Rodrigues, ainsi que par l’infatigable Ras Zen, le talentueux Lion Vide, The Prophecy et l’OSB Crew. L’un des moments forts de la soirée a été l’interprétation de la chanson Kantik de Ras Mayul par son fils Soldat Nast et Mervin Clelie. Ceux présents ont également apprécié Jah O, le nouveau titre de Mervin Clelie et son groupe The Prophecy.

 

C’est Tiwony qui a enchaîné ensuite avec son puissant reggae/dancehall, suivi de l’éternel Pierpoljak, toujours vert et percutant malgré ses 58 ans. Daddy Mory, passé maître dans le domaine du ragga, dancehall et rap français, a terminé la soirée en apothéose aux petites heures du matin.

 

Cette soirée musicale concoctée par Live N Direk Entertainment, Ichos Production et Jorez Box, avec l’apport des autres sponsors, a également été marquée par les messages de solidarité des artistes envers l’activiste Bruneau Laurette et une collecte pour les enfants, organisée par l’ONG DRIP.

 

Vivement la prochaine édition !