• En cinq jours, il perd sa fille dans un accident et sa femme d’une maladie | Ignace Bothille, 80 ans : «Je suis effondré…»
  • Caroline Jodun dit «Merci» avec un troisième album
  • Arrestation de Bruneau Laurette : «Je serai un fighter jusqu’au bout»
  • Anaïs Lagrosse : ma toute nouvelle couronne de Miss University Africa Mauritius
  • Accusé de «Breach of ICTA» | Dhiren Moher : «Mo pann avoy okenn mesaz a karakter rasial»
  • Liverpool vs Arsenal : les Gunners à l’assaut d’Anfield
  • Ils ont été arrêtés pour vols avec violence à Floréal et Albion : Donovan et Noorina, un jeune couple à l’impressionnant «criminal record»
  • J’y suis, j’y reste !
  • Hippisme - 17e journée : Trippi’s Express gagne et Rameshwar Gujadhur repasse en tête
  • Hippisme - 18e journée : Rule The Night veut retenir la «princesse»

Anon Panyandee et sa troupe ne paieront pas

Une vieille histoire remise au goût du jour. La Mauritius Drama League, via son leader Anon Panyandee, propose la pièce Zero Peye, une adaptation libre de Can’t pay ?, Won’t pay ! du prix Nobel de littérature (1997) Dario Fo, les 3 et 4 août, au théâtre Serge Constantin, à Vacoas, et le 17 août à Pointe Canon, Mahébourg. Une histoire de personnages qui refusent de payer dans un supermarché menacé de vandalisme et dont l’adaptation mauricienne est sponsorisée par le National Arts Fund du ministère des Arts et de la culture. Anon Panyandee, metteur en scène, traducteur et comédien dans la pièce, nous donne des détails.

 

L’œuvre : «On peut dire que c’est une pièce avec laquelle j’ai grandi, avec une histoire qui marque toujours et que j’ai voulu mélanger à une sauce bien mauricienne.» 

 

L’adaptation : «Contrairement à une adaptation plus fidèle que j’ai faite il y a 25 ans, ici tout est en kreol morisien, mais pas que. Puisque j’ai adapté tout dans le contexte mauricien en parlant des actualités locales, de l’interculturel et du vivre ensemble. Et j’ai même enlevé plusieurs éléments qui, pour moi, n’étaient plus trop d’actualité dans la pièce d’origine.» 

 

Les acteurs : «Là aussi, gros challenge. Tous ceux qui monteront sur scène le feront pour la première fois. Il s’agit d’enseignants et d’aspirants enseignants, notamment en kreol morysien, du Mauritius Institute of Education où j’enseigne le théâtre. Ce sera une occasion pour eux de faire leurs preuves. En tout cas, ils sont très motivés.»