• Krishna Pentayah : «Ma participation à la conférence internationale sur les petits États insulaires en développement»
  • Allemagne vs Ecosse : le pays hôte doit éviter une douche écossaise
  • Ki bon gajaks ?
  • Diffusion des matches : écran noir !
  • Analyse des entraîneurs mauriciens : l’Angleterre, la France et Mbappé ont la cote
  • L’Europe fait tourner le monde
  • Journée mondiale de l’environnement : quand Young Bros contribue à la protection de la planète
  • Six conseils pour bien prendre soin de sa peau pendant l’hiver
  • Enquête judiciaire sur le décès troublant de Pravin Kanakiah - Rama Valayden : «Paret finn ena cover-up de tre o nivo dan sa case-la»
  • Formations en maquillage : la Glow Up Academy d'El Mehsen vous ouvre ses portes

Varusha Pirappu : la communauté tamoule en fête

Un moment de joie, de célébration et d’espérance. Aux yeux des Mauriciens de la communauté tamoule, c’est ce que représente le Varusha Pirappu, la nouvelle année selon son calendrier. Cet événement sera célébré le vendredi 14 avril par toute la communauté tamoule qui attend ce jour avec impatience. 

En vue de ce grand moment, les préparatifs ont déjà été entamés. Cette année, évidemment, affirme Chengan Coomarah, président de la Mauritius Tamil Temples Federation, les petits plats seront mis dans les grands pour marquer cet événement avec faste. Cette fois, cependant, pas de chiffres comme les années précédentes – 5124 en 2022 – en raison de la confusion qui règne autour de la numérotation. «Pour le moment, la Mauritius Tamil Temples Federation n’a pas mis de chiffres car il y a une confusion autour de cela, que ce soit à Maurice ou à l’étranger», dit-il.

 

Quoi qu’il en soit, ce n’est pas ça qui freinera les célébrations. En effet, pour accueillir comme il se doit cette nouvelle année, la fédération a prévu une grande fête culturelle qui aura lieu ce jour-là, à partir de 16 heures, au Mahatma Gandhi Institute (MGI). L’invité d’honneur sera le Premier ministre, Pravind Jugnauth. «Nous aurons un super spectacle culturel présenté par les enfants et les jeunes des différentes régions du pays. Pour nous, le Soba Kiruthu, aussi appelé le mangalam aandou, est un très grand jour synonyme de renouveau et de bon augure», lance Chengan Coomarah.

 

Comme c’est un grand jour pour les Mauriciens de foi tamoule, chacun y met du sien pour bien préparer ce Nouvel An, que ce soit au niveau de la famille, des temples ou des associations socioculturelles. «Il y a beaucoup de préparation en vue de cette fête. Les familles ont déjà commencé à procéder au grand nettoyage de la maison. Elles vont la décorer avec des feuilles de mangue, de coco, de banane et mettre sur le sol des dessins avec du riz coloré appelé le kolam. Tout ceci est fait dans le but d’attirer l’énergie positive car ce premier jour de l’an est considéré comme étant très favorable.»

 

Ensuite, chacun prendra un bain sacré et se drapera de ses habits flambants neufs, avant de se retrouver en famille pour une prière à la maison. Il faudra ensuite prendre la bénédiction des aînés de la famille, un rituel appelé l’assirvalum. «Tout le monde se rend ensuite au temple pour assister à une grande prière et écouter la lecture du panchangum qui récite les prédictions pour l’année à venir», explique Chengan Coomarah. Après les prières, la deuxième partie de la journée est consacrée à la fête, poursuit-il. «Il y aura plusieurs célébrations dans différentes régions du pays, sans compter notre événement national. Ce sera l’occasion pour la famille de se réunir, de s’amuser et de passer un bon moment ensemble.» Tout en démarrant, conclut-il, la nouvelle année du bon pied.