Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Mélasma : ces taches qui font de l’ombre au visage
  • Dans les marmites de Michael Korimbocus
  • Psycho-courrier : «Mon visage me dégoûte»
  • Décès tragique de Vinessen Magon, 20 ans - Sa mère Vimi : «Vaksin kinn touy mo zanfan»
  • Dr Deoraj Caussy : «Les petits sont aussi à risques, il faut les protéger»
  • Mort troublante de Keirah Esther, 15 mois, premier enfant à succomber au virus - Ses proches, entre révolte et chagrin : «Nous réclamons justice pour elle»
  • Noemi Alphonse : la fierté de son coach Jean Marie Bhugeerathee
  • Jean-Alain et Nathalie Alphonse : «Notre fille, notre force de la nature»
  • Elle atteint quatre finales et bat quatre records d’Afrique aux Jeux paralympiques de Tokyo : époustouflante Noemi Alphonse
  • Quatre pêcheurs disparaissent en mer - Les proches de Jovani Jackson : «La situation est de plus en plus angoissante»

Salaire minimum : les grandes interrogations

Un atelier de travail tripartite se tiendra bientôt pour examiner les recommandations émanant de l’étude sur l’introduction  d’un salaire minimum dans le secteur privé. Vincent d’Arifat, de la Mauritius Employers’ Federation (MEF), et Jane Ragoo,  secrétaire de la Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP), s’expriment sur le sujet.  

Que pensez-vous d’une éventuelle instauration d’un salaire minimum dans le secteur privé?

 

Vincent d’Arifat : Les syndicalistes sont libres dans leurs actions. Je dois toutefois  préciser que si un salaire minimum doit être instauré, il faudra prendre en considération tous les paramètres de notre économie. C’est fondamental de considérer ce fait.

 

Jane Ragoo : Plus de 100 000 personnes à Maurice, dont 85% de femmes, touchent un salaire de moins de Rs 6 000, d’où notre mobilisation. Nous connaissons la situation des personnes qui font un travail précaire avec un salaire très bas. Nous nous battons pour plus de justice sociale.

 

Selon le Conseil des ministres, un atelier de travail tripartite se réunira prochainement pour examiner les recommandations contenues dans une ébauche de rapport rédigée dans le cadre de l’étude sur l’introduction d’un salaire minimum dans le secteur privé. Votre avis ?

 

Vincent d’Arifat : Nous avons déjà un système très complexe où un salaire minimum existe. Comme nous sommes tous ici en faveur de la création d’emplois, d’un environ-nement de travail propice et d’un salaire décent pour tous, je ne peux qu’être pour cet atelier de travail. On va voir dans quelle mesure on peut avancer. 

 

Jane Ragoo : Nous n’avons cessé de tirer la sonnette d’alarme sur ce sujet et il est temps qu’il y ait des actions. Nous invitons tous les travailleurs à se mobiliser pour une marche le samedi 4 octobre dans les rues de Rose-Hill. Ce rassemblement va coïncider avec la Journée mondiale du travail décent, le 7 octobre. Il y a eu trop d’abus.

 

Comment arriver à un consensus sur le sujet ?

 

Vincent d’Arifat : Le salaire n’est qu’une partie d’un tout. Les lois du travail méritent aussi toute notre attention.

 

Jane Ragoo : Nous avons envoyé des lettres aux parlementaires. Et il est temps que les choses bougent. En tout cas, il faut que cet atelier se réunisse avant les élections pour trouver un compromis.  Les travailleurs ne cessent de venir nous voir pour nous parler de leurs difficultés. Trop de familles vivent avec un salaire de misère.