• Kursley Favory, 43 ans, commet un autre viol après quatre ans - Ginette*, 80 ans : «Monn res fer lapriyer pou ki sa kosmar-la arete...»
  • Décès de Pankaj Udhas : cette voix d’or qui a marqué les Mauriciens
  • Manchester City vs Manchester United : règlement de comptes entre voisins
  • Quand Bruno Raya raconte Morgan Heritage et son chanteur décédé
  • Serge Moorjee : l’homme qui respirait le foot
  • Taekwondo : Sheldon Yan Too Sang aux Jeux d’Afrique
  • Huawei Matebook D16 : tout du bon côté
  • Mouvement pour le Progrès de Roche-Bois : l’agroécologie, un levier pour une meilleure intégration sociale
  • François Lindemann et sa rencontre musicale où «Tou korek»
  • Ishfaaq Mudhawo : politique, social et... chevaux

Ces promesses électorales qui ne font pas l’unanimité

Navin Ramgoolam a annoncé, dimanche dernier, une augmentation des subventions versées aux associations socioculturelles et une détaxe de 100 % sur les voitures achetées par ces organisations. Le Dr Sangeet Jooseery, consultant en communication politique, et Dan Maraye, observateur politique, nous donnent leur avis sur le sujet.

Que pensez-vous de la promesse du candidat Navin Ramgoolam d’augmenter les subventions et avantages accordés aux organisations socioculturelles ?

 

Sangeet Jooseery : Je ne suis pas contre le subventionnement des organisations socioculturelles. Dans la mesure où ces subventions publiques sont utilisées pour œuvrer en faveur du bien-être de la population et pour plus de justice sociale. Je ne vois pas où est le mal.

 

Dan Maraye : À mon avis, il faudrait se demander quelle est la contribution de ces associations au  développement du pays et de la société. Si j’ai bien compris, celles-ci bénéficient déjà de 85 % de duty free sur les voitures. Ce que je voudrais comprendre, c’est comment certaines petites et moyennes entreprises (PME) qui investissent leur argent n’ont pas, elles, de duty free car. Il y a là une politique de deux poids, deux mesures.

 

Selon Navin Ramgoolam, ces associations mènent un combat dans l’intérêt de leurs membres et contre les injustices, d’où les mesures proposées. Qu’en pensez-vous ?

 

Sangeet Jooseery : Je suis moi-même président de l’Indo Mauritian Welfare Association à Beau-Bassin et nous ne percevons aucune subvention de l’État. L’organisation existe depuis plus de 65 ans et nous oeuvrons pour plus de justice sociale. C’est faux de dire que nous militons uniquement pour nos membres.

 

Dan Maraye : Je ne vois pas pourquoi il faudrait défavoriser quelques sociétés aux dépens d’autres et là, je pense particulièrement aux PME.

 

Que pensez-vous de ces promesses faites en campagne électorale ?

 

Sangeet Jooseery : En campagne électorale, c’est assez normal qu’il y ait des promesses. Celles-ci sont faites à partir d’un manifeste électoral. Il n’y a rien de mauvais dans cette pratique.

 

Dan Maraye : Je pense que l’Electoral Supervisory Commission devrait étudier la question. J’ai des interrogations autour des promesses faites pendant la campagne électorale, Navin Ramgoolam étant Premier ministre du gouvernement en place. Ce n’est pas encourageant pour  les entrepreneurs et les personnes honnêtes qui travaillent dur.