• Le bal des congrès du MSM ouvert : Pravind Jugnauth tire sur ses adversaires et se défend
  • Lettre anonyme qu’un Senior Advisor du PM aurait envoyée contre elle - Ameenah Gurib-Fakim : «C’est inacceptable qu’on m’ait mis tout ça sur le dos»
  • Accord PTr-MMM-PMSD : des observateurs entre espoir et scepticisme
  • Accord PTr-MMM-PMSD : les nouvelles cartes de l'opposition…
  • L’infini duel Jugnauth-Ramgoolam !
  • Laal Singh Chaddha : «Forrest Gump», aux saveurs de Bollywood
  • La Vierge Marie, la «mère douce et protectrice» au coeur des familles mauriciennes
  • Fête de l’Assomption : quand l’APEIM fait briller les couleurs de Marie
  • Chelsea vs Tottenham : nouvelle saison nouvelle ambition
  • 14e journée : Colour My fate sous 54.58s !

Ces promesses électorales qui ne font pas l’unanimité

Navin Ramgoolam a annoncé, dimanche dernier, une augmentation des subventions versées aux associations socioculturelles et une détaxe de 100 % sur les voitures achetées par ces organisations. Le Dr Sangeet Jooseery, consultant en communication politique, et Dan Maraye, observateur politique, nous donnent leur avis sur le sujet.

Que pensez-vous de la promesse du candidat Navin Ramgoolam d’augmenter les subventions et avantages accordés aux organisations socioculturelles ?

 

Sangeet Jooseery : Je ne suis pas contre le subventionnement des organisations socioculturelles. Dans la mesure où ces subventions publiques sont utilisées pour œuvrer en faveur du bien-être de la population et pour plus de justice sociale. Je ne vois pas où est le mal.

 

Dan Maraye : À mon avis, il faudrait se demander quelle est la contribution de ces associations au  développement du pays et de la société. Si j’ai bien compris, celles-ci bénéficient déjà de 85 % de duty free sur les voitures. Ce que je voudrais comprendre, c’est comment certaines petites et moyennes entreprises (PME) qui investissent leur argent n’ont pas, elles, de duty free car. Il y a là une politique de deux poids, deux mesures.

 

Selon Navin Ramgoolam, ces associations mènent un combat dans l’intérêt de leurs membres et contre les injustices, d’où les mesures proposées. Qu’en pensez-vous ?

 

Sangeet Jooseery : Je suis moi-même président de l’Indo Mauritian Welfare Association à Beau-Bassin et nous ne percevons aucune subvention de l’État. L’organisation existe depuis plus de 65 ans et nous oeuvrons pour plus de justice sociale. C’est faux de dire que nous militons uniquement pour nos membres.

 

Dan Maraye : Je ne vois pas pourquoi il faudrait défavoriser quelques sociétés aux dépens d’autres et là, je pense particulièrement aux PME.

 

Que pensez-vous de ces promesses faites en campagne électorale ?

 

Sangeet Jooseery : En campagne électorale, c’est assez normal qu’il y ait des promesses. Celles-ci sont faites à partir d’un manifeste électoral. Il n’y a rien de mauvais dans cette pratique.

 

Dan Maraye : Je pense que l’Electoral Supervisory Commission devrait étudier la question. J’ai des interrogations autour des promesses faites pendant la campagne électorale, Navin Ramgoolam étant Premier ministre du gouvernement en place. Ce n’est pas encourageant pour  les entrepreneurs et les personnes honnêtes qui travaillent dur.