• Le Cirque Social de Cité la Chaux : pour aider les enfants à construire leur avenir
  • «Goulous» de Stanley Harmon : dessine-moi l’esclavage 
  • Sortie de route mortelle à Clemencia - Les proches de Ram Appadoo : «Deziem frer nou perdi dan enn aksidan»
  • Jeffrey Epstein et TOUS les autres
  • Projet Métier de Beachcomber : des pépites de l’hôtellerie sacrées
  • Sylvio Isidore sombre dans le coma et meurt après une injection - Sa fille Stéphanie : «A-t-il été victime d’une négligence médicale ?»
  • Allégations de maltraitance infantile : l'enfance saccagée de *Géraldine, 5 ans
  • Nouveau décès lié à la Dengue : face à l’inquiétude, les autorités rassurent
  • Bob Marley : One Love - Ce film qui enchante les Mauriciens
  • VIKRAM HURDOYAL OUT ! - Quand l’opposition surfe sur la vague de la révocation

Pan Africa ILGA : les défis et les progrès de la communauté LGBTQIA+ à la loupe

«C’est une occasion unique de renforcer nos capacités à travers des échanges sur les meilleures pratiques et le partage d’expérience», a déclaré Jean-Daniel Wong, directeur du CAEC.

«Un tel événement est important pour améliorer l’inclusion des citoyens LGBTQIA+ dans tous les pays africains...»  Jean-Daniel Wong, directeur du Collectif Arc-en-Ciel (CAEC), parle là de la  6e conférence régionale de la Pan Africa International Lesbian Gay Bisexual Trans and Intersex Association (ILGA) que Maurice a accueillie entre le 31 juillet et le vendredi 4 août, et dont le thème était «Fierté et résilience». 

La Pan Africa ILGA, basée à Johannesburg, en Afrique du Sud, travaille pour faire respecter les droits humains en luttant contre toutes les formes de discrimination liées à l’orientation sexuelle, l’identité et l’expression de genre, et d’autres questions à caractère sexuel. Lors de l’assemblée générale de l’association ce vendredi 4 août, les membres ont élu ceux qui siégeront au Conseil d’administration pour les deux prochaines années. En 2021, la dernière édition de cette conférence régionale s’était tenue en ligne en raison de la pandémie de Covid-19.

 

Co-organisé par le Collectif Arc-en-Ciel et la Young Queer Alliance, ce rendez-vous, qui a eu lieu au Ravenala Attitude, était très attendu et réunissait plus de 300 organisations en Afrique, avec plus de 400 délégués issus de tous les pays du continent qui se sont penchés sur les progrès, mais aussi les défis auxquels sont confrontés les membres de la communauté LGBTQIA+ en Afrique.

 

Car si des avancées ont été notées, les membres des différentes organisations notent que certaines problématiques demeurent prégnantes et cette 6e édition a permis aux délégués ainsi qu’aux intervenants de partager leurs expériences et de débattre d’enjeux clés relatifs aux droits LGBTQIA+ dans une perspective panafricaine.   «Le Collectif Arc-en-Ciel et la Young Queer Alliance sont fiers d’être les co-organisateurs de cette conférence à Maurice.  C’est une occasion unique de renforcer nos capacités à travers des échanges sur les meilleures pratiques et le partage d’expérience. Tout cela permettra de consolider le mouvement et de renforcer la lutte contre la stigmatisation et les discriminations dont sont quotidiennement victimes les membres de la communauté. Nous sommes reconnaissants envers la PAI et le gouvernement mauricien pour leur soutien dans l’organisation de cet événement», a déclaré Jean-Daniel Wong, directeur du CAEC.

 

Pour Dhanalakshmi Goundan, directrice et chargée de loi des LGBTQIA+ de Young Queer Alliance, il est surtout question d’avancer ensemble : «La conférence régionale panafricaine de l’ILGA est une plateforme unique pour discuter des défis auxquels sont confrontées les communautés LGBTQIA+ en Afrique et pour formuler des solutions conjointes. Pour la Young Queer Alliance, cet événement est un carrefour opportun de réflexion pour construire ensemble et plus fort un mouvement renforcé à travers des partenariats des droits de l’homme au niveau local et international pour répondre aux défis auxquels sont confrontées les personnes LGBTQIA+ à Maurice.»

 

D’autres aspects de la conférence se sont déclinés en cinq axes : «Nos jeunes, notre avenir : embrasser la fierté et la résilience pour façonner notre vision panafricaine», «Queerly African : Vers un mouvement panafricain unique en son genre»,  «Mon corps, mon âme, mon espace, ma communauté : affirmer l’identité et la diversité», «Le développement durable : prendre position» et «Collaborations Sud-Sud : former des alliances mondiales»... Cela pour pouvoir s’attarder sur les défis et les progrès de la communauté LGBTQIA+ pour une meilleure société pour tous...