• Boxe thaï : première édition de «La Nuit des Nak Muay»
  • Badminton : les Internationaux de Maurice à Côte-d’Or
  • Trois univers artistiques à découvrir
  • Handicap et vie professionnelle : un pas de plus vers l’inclusion
  • Mayotte au rythme des crises
  • Une rare éclipse totale traverse l’Amérique du Nord : des Mauriciens au coeur d’un événement céleste spectaculaire 
  • World Thinking Day : les guides et la santé mentale
  • Mama Jaz - Sumrrà : prendre des risques musicaux avec le jazz
  • Karine Delaitre-Korimbocus : Kodel, une nouvelle adresse dans le paysage de Belle-Rose
  • Oodesh Gokool, le taximan attaqué au couteau : «Mo remersie piblik»

Natasha Magraja et Laetitia Dalais : prendre d'autres femmes par la main

Natasha Magraja et Laetitia Dalais nous ouvrent les portes de leur petit monde où l’entrepreneuriat et l’artisanat ont une place de choix.

C'est l'histoire de deux femmes qui ont décidé d'unir leur force pour permettre à d'autres de montrer leurs talents de femmes entrepreneures. À la veille de la Journée Internationale des droits des femmes ce mercredi 8 mars, zoom sur une belle initiative féminine...

Il est beaucoup question d’amour. De tendre une main vers l’autre et de l’aider à s’épanouir. Il y a aussi de l’investissement personnel : pour permettre à des talents d’éclore, de grandir, de s’épanouir, pour créer une synergie, une chaîne dynamique où la création est la base de tout. Et il s’agit aussi d’accompagnement, de cheminer aux côtés de toutes celles qui donnent de leur temps, de leurs connaissances et de leur travail pour produire et donner vie à quelque chose, un objet, un produit... le Made in Mauritius.

 

Mais c’est aussi un rêve, un désir, une volonté... de faire bouger les choses et aussi de permettre aux femmes de montrer de quoi elles sont capables pour contribuer au développement de notre économie et à l’avancement de notre petite île. Mais au-delà de tout cela, il y a surtout de la passion. Celles de deux femmes, Natasha Magraja et Laetitia Dalais qui, en unissant leur force, ont donné vie à un concept, soit la création d’une plateforme au service des femmes entrepreneures. Voici donc l’histoire de I love Mahébourg ek so palto artisans que nous content ces deux femmes dont la vision est de faire rayonner toutes celles qui ont des idées et des projets plein la tête.

 

Leur lieu très spécial promeut l’artisanat local conçu et réalisé par quelque 20 autres femmes entrepreneures mauriciennes toutes débordantes de créativité et qui portent chacune des histoires humaines très inspirantes. Destination : la Rue La Chaux à Mahébourg. Là se trouve une boutique pas comme les autres qui abrite des produits locaux.

 

À la tête de cette belle initiative donc : Natasha et Laetitia, qui se réjouissent de promouvoir la créativité, la résilience et la passion des femmes entrepreneures mauriciennes. Ces deux femmes d’affaires, partenaires, associées et amies se sont rencontrées lors d’un marché qui mettait en avant le savoir-faire des entrepreneures. Elles reviennent sur le chemin parcouru depuis qu'I love Mahébourg ek so palto artisans a vu le jour, mettant aujourd'hui en avant la Mauricienne forte, celle qui sait créer, qui sait transformer et produire.

 

Comment est donc née cette belle collaboration ? «C’est avec l’arrivée de la Covid. Et comme on dit que l’union fait la force... Avec la pandémie, il n’y avait plus de marché et comme Natasha avait cet espace, on s’est dit pourquoi ne pas l’utiliser et en même temps porter d’autres artisanes», nous explique Laetitia Dalais, motivée à nous parler de cette belle aventure où chaque personne au sein du groupe se nourrit de la force de l’autre pour avancer. Car, en effet, chacun travaillait de son côté avant de se mettre ensemble pour de nouvelles expériences enrichissantes.

 

L’objectif de la boutique, soulignent les hôtes, est clair : aider la Mauricienne à être indépendante, favoriser la transmission des connaissances, honorer le savoir-faire de la femme mauricienne et rendre hommage à la contribution passée, présente et future de l’entrepreneuriat au féminin. Les prix, expliquent Natasha et Laetitia, sont pour toutes les bourses «car nous sommes sensibles au contexte local qui devient de plus en plus difficile, mais nous saluons les facilités à travers les institutions mises en place par les autorités et qui promeuvent l’entreprenariat au féminin».

 

Et leur rôle, c’est d’être là pour écouter, épauler, conseiller, mais aussi «soutenir, transmettre notre expérience, permettre une ouverture pour les femmes, les encourager et accompagner dans ce cheminement qui peut être très difficile quand on ne s’y connaît pas dans le domaine». Que de chemin parcouru depuis ce 23 octobre 2021 quand tout a commencé. «Cette année, on va fêter nos deux ans. On avait commencé à trois et une parmi, Julie, est partie vivre une autre aventure en France. Avec Natasha, on s’est retrouvées à deux pour continuer dans la nouvelle direction qu’on avait choisi d’explorer. Il y a eu des difficultés pour tout redémarrer. Mais on s’est tout le temps dit qu’on allait y arriver et on a persévéré. On a commencé sans fonds, sans rien, il y avait des charges à payer mais on s’est accrochées», nous confie Laetitia qui croit beaucoup, souligne-t-elle, dans l’entreprenariat.

 

«Il y a toujours des hauts et des bas. Mais il faut bouger. Être femme entrepreneure demande beaucoup d’organisation car on sait qu’une femme généralement porte plusieurs casquettes : les enfants, la maison, son rôle d’épouse... C’est vrai, que le risque d’être débordée existe, mais c’est là aussi qu’on réalise que c’est important d’être bien entourée. Et avec ma collègue Natasha, j’ai trouvé une oreille et une épaule, pour parler, s’entraider et cela nous permet aujourd’hui de faire qu'I love Mahébourg ek so palto artisans garde le cap», souligne Laetitia, fière des produits exposés dans la boutique.

 

«À Maurice, il y a vraiment beaucoup de potentiel. On a des femmes qui viennent de toute l'île et dans le magasin, on trouve de tout. On a des femmes qui font des savonnettes, d'autres qui font des bijoux, entre autres», poursuit celle dont le domaine est la couture. «Pour nous cette solidarité entre femmes est importante. Ensemble, avec toutes les femmes et leur savoir-faire, on peut aller vraiment loin», admet Laetitia qui invite qui le veut à venir découvrir I love Mahébourg ek so palto artisans : «Ce support est important pour l’économie locale...»

 

Natasha est, bien évidemment, d’accord avec elle. «On est contentes de mettre en avant un savoir-faire. Cela se passe très bien depuis qu’on a commencé. Cette entraide féminine est vraiment importante. Seule, je n’aurais pas pu. Promouvoir le local est aussi important pour nous. Certes, il y a encore du chemin à faire pour que les gens comprennent le concept acheter et soutenir le local. Ce n’est pas facile d’être entrepreneure mais on dit qu'une femme a la capacité de porter plusieurs casquettes, ce qui fait que c’est tous les jours un challenge. On persévère, on fonce et on abandonne pas...»

 

Paroles d’une femme entrepreneure passionnée...