• Soan, gagnant de The Voice 2019 : nouveau single et film en approche
  • Espagne vs Allemagne : duel explosif
  • Police douteuse, interrogations légitimes !
  • 35e journée : Triple Fate Line comme à l’entraînement
  • Duke Of York Cup : Frosted Gold vise un troisième succès classique
  • Ces nouvelles «World Cup Songs»
  • Ils s’en foot !
  • Dans l’univers des mordus du Panini
  • World Cup 2022 : paroles d'enfants
  • Retraite internationale : The Last Dance

La richesse de NOU DIFERANS

Cette initiative met en lumière ceux qui condamnent une société mauricienne conditionnée par des stéréotypes discriminants.

Son objectif : être un socle sur lequel s'appuient tous ceux qui d'une manière ou d'une autre subissent ou ont subi une discrimination, qu’elle soit physique, morale, psychologique ou autre. Zoom sur un beau concept...

Plus qu’une plateforme digitale (https://noudiferans.mu/), c’est aussi et surtout une ode à l’amour. NOU DIFFERANS, une initiative de PhoenixBev, c’est la célébration de la richesse du peuple mauricien. Pendant tout le mois de novembre, cette campagne veut mettre en lumière ceux et celles qui «condamnent une société mauricienne conditionnée par des stéréotypes discriminants».

 

Selon les explications des responsables de la plateforme, le projet s’inspire initialement d’une étude effectuée au niveau national par Kantar Analysis et DCDM. Le document démontre ainsi que «92 % des Mauriciens considèrent que la discrimination est un réel fléau à Maurice, que les deux types de discrimination les plus répandues à Maurice sont à 95 % l’appartenance (politique, religieuse, croyances, statut familial…) et à 86 % l’apparence (le look, la peau, l’âge…), et que la discrimination se passe surtout au travail pour 96 % et ensuite a l’école à 43 %». L’étude évoque aussi qu’«en termes de profil, ce sont principalement les femmes, en zones urbaines dans les tranches 25-34 ans, qui semblent le plus en souffrir mais en général, tout le monde est concerné». C’est alors que NOU DIFERANS a vu le jour.

 

«Cette étude tombait à point nommé. Elle nous a permis de positionner le curseur de discrimination de Maurice vs d’autres pays de façon factuelle. Cela coule peut-être de source vu la nature intrinsèque même de notre population multiculturelle mais il n’existait pas de données sur le territoire avant celles-ci. Cette étude nous a donné des chiffres généraux mais également spécifiques à la génération Z, permettant de voir si la tendance était la même auprès des jeunes», souligne Nikil Jouan, Brand Manager chez PhoenixBev. Depuis, la plateforme, dont l’objectif principal est d’être un socle sur lequel s’appuient tous ceux qui d’une manière ou d’une autre subissent ou ont subi une discrimination, qu’elle soit physique, morale, psychologique ou autre, et tous ceux qui se sentent concernés par cette cause, fait son petit bonhomme de chemin.

 

Ainsi, Nou DIFERANS donne la parole à des professionnels – psychologues et ONG – et aussi à ceux qui s’inscrivent dans la dynamique de la tolérance et l’acceptation sur des sujets encore tabous comme le racisme, le bullying et l’orientation sexuelle. «Nounn desid pou selebre nou diferans, pou viv nou diferans; pou montre la bote ki ena dan diferans, sa mem ki rann nou Morisien, nou anvi montre li kouma enn lafors plito», explique Nikil Jouan.

 

Plusieurs artistes, sportifs et artisans se sont déjà joints à cette cause et d’autres ambassadeurs se joignent aussi au combat. Quatre thématiques sont cette fois mises en lumière : le vitiligo, la mixité, le LGBT et le handicap. Damien Laventure, Namrata Ramkorun, Sandrine Julien & Faimano Benoît, Léonie Zama & Edric Sin Fan Im, et Jean François Favory apportent ainsi leur contribution pour célébrer la différence. À découvrir, à suivre et à soutenir sur la page https://www.facebook.com/noudiferans ou sur le site Web https://noudiferans.mu/.