• Mario Ponen dessine «Kuler nu ti zil»
  • Chanel, 18 ans : mon aventure dans la construction
  • Stage à Sheffield Utd : Expérience enrichissante
  • Ketty Lim Ka Lan : une belle aventure nommée Moka'mwad !
  • Swaranjali Group Grand-Bois : une histoire d’engagement
  • Son cas entendu devant le Privy Council : La longue quête de justice de Premchandra Bissonauth
  • Mo’Zar Espace Artistic : leur musique au-delà des frontières
  • Chaleur et perte d’appétit : comment y remédier ?
  • Astérix – Le secret de la potion magique | Tombons dans la marmite
  • Art martial japonais : Une fédération de kendo voit le jour à Maurice

Ganesh Chaturthi : Les Mauriciens de Londres au cœur des célébrations

Pour Drushtee Ramah et Gavin Hunma, il est important de perpétuer les traditions.

Surnommé le dieu de l’intelligence et de la sagesse, Ganesh est vénéré par toute la grande famille hindoue et plus particulièrement par la communauté marathi.  À Londres, la Mauritian Marathi Society a déjà lancé les préparatifs.

Des milliers de kilomètres les séparent de leur terre natale, de ses coutumes et de ses rituels. Pourtant, de nombreux Mauriciens, installés en Grande-Bretagne et plus particulièrement à Londres, se réunissent régulièrement pour perpétuer et transmettre les valeurs mauriciennes et les traditions religieuses qui y sont propres. D’ailleurs, en marge de la fête Ganesh Chaturthi qui sera célébrée vendredi prochain, la Mauritian Marathi Society a prévu une grande nuit de prière, le jeudi 13 septembre, à l’intention du dieu Ganesh avant de procéder, le lendemain, à l’immersion de la statuette le représentant, un moment incontournable de cette célébration.

 

Chaque année, la Mauritian Marathi Society, basée dans la capitale anglaise, redouble d’efforts pour que les rites et les traditions de la communauté marathi soient connus, perpétués et transmis à la nouvelle génération. Cette année, assurent Gavin Hunma et Drushtee Ramah, deux membres de ce groupe qui existe depuis maintenant 35 ans, tous les moyens, comme les années précédentes, ont été mis en place pour que les Mauriciens de la communauté marathi, installés à Londres, puissent célébrer la fête qui marque la naissance de Ganesha, à qui ils demandent bénédiction et protection.

 

«Nous sommes l’un des premiers groupes à Londres à avoir commencé à organiser ce genre de manifestation religieuse. D’ailleurs, nous accueillons aussi les hindous d’autres pays qui viennent glorifier avec nous le dieu Ganesha», souligne Drushtee Ramah dont le père Nundun Ramah est l’un des fondateurs de ce groupe. Ce dernier ainsi que Major Abeemanyu Gunputh, Sambajee Bablee et d’autres Mauriciens rêvaient d’une plateforme qui permettrait aux Mauriciens de la communauté marathi de se rencontrer et de célébrer ensemble des événements importants.

 

Les activités de la Mauritian Marathi Society, dont l’objectif est de promouvoir la culture marathi, ont commencé, confie Gavin Hunma, en 1982. «Tout a commencé quand un groupe d’individus a décidé de faire un Jakri, une danse traditionnelle. C’est là qu’il a été décidé qu’une société devait être créée dans le but de rassembler les Mauriciens de foi marathi et de promouvoir notre culture autour de nous», raconte-t-elle. Aujourd’hui, souligne Gavin Hunma, ils célèbrent jusqu’à quatre festivals au cours de l’année dont Divali et Ganesh Chaturthi. Des événements importants pour tous ceux qui y prennent part. Pour Gavin Hunma, participer à de telles activités est une véritable chance. «Je suis né ici et avoir la chance de plonger dans cette ambiance, dans cette culture, dans ce temps de prière et de dévotion comme si j’étais toujours à Maurice est extraordinaire.»

 

Ainsi, dans quelques jours, tous les dévots se réuniront dans une grande salle où aura lieu la grande nuit de prière. Les chants, les danses dévotionnels et les prières rythmeront cette nuit spéciale. Les dévots se rassembleront tour à tour autour du murthi – la statuette de Ganesh préparée en terre cuite – avec des offrandes. «Les préparatifs ont déjà commencé. D’ailleurs, nous construisons nous-mêmes notre murthi avec de l’argile. Tout le monde met la main à la pâte.» Une manière pour eux de vivre intensément cette célébration religieuse. «C’est d’autant plus important pour nous car nous sommes loin de Maurice. Perpétuer cette tradition représente notre foi et notre dévotion envers Shivji et Ganesh. Nous voulons aussi inculquer ces valeurs à la nouvelle génération, celle qui est née ici et qui n’a pas les mêmes racines que nos parents. C’est un devoir de leur transmettre ces valeurs et ces traditions» confie Drushtee Ramah.

 

Si à Maurice, tous se dirigent, le lendemain, vers la rivière pour le visarjan qui consiste à immerger le murthi dans la rivière, la Mauritian Marathi Society ne dispose pas tout à fait des mêmes moyens. «Nous n’avons pas de rivière où nous pouvons immerger le murthi, alors nous utilisons un réservoir d’eau que nous avons placé juste à l’extérieur de la salle. C’est là que nous allons prier et procéder à l’immersion du murthi.» Une manière d’honorer une tradition et de rendre un bel hommage au dieu de l’intelligence.