• Boxe thaï : première édition de «La Nuit des Nak Muay»
  • Badminton : les Internationaux de Maurice à Côte-d’Or
  • Trois univers artistiques à découvrir
  • Handicap et vie professionnelle : un pas de plus vers l’inclusion
  • Mayotte au rythme des crises
  • Une rare éclipse totale traverse l’Amérique du Nord : des Mauriciens au coeur d’un événement céleste spectaculaire 
  • World Thinking Day : les guides et la santé mentale
  • Mama Jaz - Sumrrà : prendre des risques musicaux avec le jazz
  • Karine Delaitre-Korimbocus : Kodel, une nouvelle adresse dans le paysage de Belle-Rose
  • Oodesh Gokool, le taximan attaqué au couteau : «Mo remersie piblik»

Zuhayr McDoombukus : complètement... food !

«Enn bon burger bizin juicy and messy», confie Zuhayr, qui nous fait découvrir ses burgers et son restaurant à Eau-Coulée.

«Kan Covid-19 inn vini en 2020, mo ti parmi bann dimounn kinn retrouv zot o somaz. Au début, j'étais découragé. Ti nepli ena kas. Pa ti pe kone ki pou fer, ki la port pou tape. Peti a peti, monn koumans positiv mo lespri», nous confie Zuhayr McDoombukus, qui, depuis, a rebondi et lancé High Vibe Burger. Il nous invite à découvrir son histoire...

Parce qu'un délicieux burger, ça ne se crée pas en deux coups de cuillère... Il est surtout question de bons ingrédients, d’une recette originale et de bonnes techniques de cuisson pour arriver à un résultat à la fois visuel et succulent en bouche. Bienvenue dans le petit monde gourmand de Zuhayr McDoombukus, qui, après avoir fait un virage professionnel à 180 degrés, s'est lancé le pari fou d'ouvrir un restaurant où il promet tous les jours à ceux qui en franchissent les portes de vivre une véritable expérience gustative.

 

Mais avant de découvrir davantage son univers, une petite présentation s'impose. «J'ai 31 ans et je suis un designer à la base. J'ai travaillé pendant des années dans une entreprise de packaging avant de rejoindre une boîte de presse en tant que Graphic Designer, où j'ai également exercé comme reporter d'images, vidéographe et monteur de vidéos pendant quelques années», nous confie le jeune homme entre deux services dans son restaurant. Si aujourd'hui, il fait ses armes dans la restauration, il avoue que ses débuts dans le domaine  n'ont pas été faciles. «Kan Covid-19 inn vini en 2020, mo ti parmi bann dimounn kinn retrouv zot o somaz. Monn fer enn ta lezot aplikasion me sa lepok-la tou la port ti ferme parski la plipar konpagni ti pe sibir kriz Covid-19 zotsi. Pandan 1 an monn somer. O debu, mo ti mari dekouraze. Nepli ti ena kas. Pa ti pe kone ki pou fer, ki la port pou tape. Peti a peti, monn koumans positiv mo lespri et monn servi sa moman-la pou pans a bu ki mo ti ena depi touzour : vinn enn entreprener», raconte Zuhayr en revenant sur ses années de galère.

 

«J'avais beaucoup d'idées d'entreprises. Dan mo latet, pou dir ou fran, burger pa ti parmi. Kouma monn gagn lespri fer burger ? C'est après la levée des restrictions sanitaires. Monn al dan enn fastfood bien renome ki fer burger, ti pe mari anvi manz enn bon burger apre kinn konfine enn ta mwa dan lakaz. Me kan monn manze li, mo pann satisfe ditou. Lanvi-la pann pase... Kan monn rant lakaz, monn al rod enn reset pou satisfer mo pale. Et kan monn trouve ki li ti mari bon, monn dire mo mem : pourkwa pa sa ofe. Be mem kan lespri-la inn vini, mo ti pe dout momem parski mo pa enn sef. Apar bwi enn minn Appollo mo pa konn fer nanye. Monn koz sa ek mo bann pros. Monn met kestion lor social media pou sonde lezot dimounn, lerla apartir sa ki monn desid pou fer enn premye pa», poursuit le jeune entrepreneur qui a aussi été porté par son entourage : «Mes proches m'ont encouragé. Cela m'a motivé à aller de l'avant et  à me lancer dans l'élaboration de mes propres recettes. J'ai ajouté ma touche personnelle avec quelques recettes. Burger tou dimounn kapav fer li me enn bon burger bien rar pou gagne.»

 

«Des doutes»

 

Et puis, il a fallu faire le grand saut. «J'avais des doutes. J'ai donc eu recours à mon entourage pour goûter mes premiers burgers. Vu ki se bann dimounn ki al manzer partou, zot inn dir mwa mo lame mari bon, pa les sa talan-la dormi. Dayer, akoz samem monn swazir sa nom High Vibe Burger-la, parski sakinn manz li dir zot gagn enn bann bon vibrasion», ajoute Zuhayr qui, fort de l'accueil que ses burgers ont reçu, a alors décidé de passer à la vitesse supérieure. «Une fois que j'avais eu la bonne recette, j'ai entamé les démarches pour avoir mon permis d'opération et les procédures et autres démarches légales pour démarrer une entreprise. Comme je n'avais pas trop les moyens, j'ai mis à profit mes connaissances de designer et j'ai fait pas mal de Do it Yourself pour ouvrir ma petite baz dans mon garage. Tout s'est fait from scratch. Ramas enn palet par la, de la roue lot kote, enn drom, enn vye latab et monn aziste tousala pou donn zot enn nouvo lavi et rann mo baz serye. An mem tan enn ti recycling», raconte celui qui porte depuis la casquette de cuistot.

 

C'est ainsi que High Vibe Burger a vu le jour : «Monn ouver baz-la en 2021 zis avek beef burger. Kan monn trouv pe koumans gagn klian ek zot pe kontan, monn koumans met agno ek poule...» Petit à petit, Zuhayr a trouvé sa vitesse de croisière. «Pendant plus d'un an, j'ai travaillé dans mon garage. Mo ti pe fer zis take away, pa ti ena dine in. J'ai utilisé les réseaux sociaux – Instagram, Facebook et TikTok – pour me faire de la pub et à travers le bouche-à oreille, j'ai fidélisé une clientèle. Apre plis ki 1 an dan mo garaz, monn trouve kinn ariv ler pou gagn enn baz kot dimounn kapav asize manze an fami, ant kamouad ek kas enn poz. Depuis deux mois, je me suis installé dans un local à Eau-Coulée», raconte Zuhayr qui reconnaît que ce n'est pas facile d'être un jeune entrepreneur de nos jours.

 

«50-50 sa ! Il faut être fort dans sa tête. Il faut avoir du courage et de la patience. Et surtout être positif. An gro, to bizin enn traser. Kouma nou dir : “Bizin pa zet zarm.” To pou gagn enn ta dimounn ki pou ankouraz twa kouma ena enn ta osi ki pou extra decouraz twa. Ek saki to pa pou atann, se ki ena boukou parmi bann ki pou dekouraz twa-la, se banne pros», ajoute-t-il en retournant à ses fourneaux. En parlant de fourneaux, on s'intéresse forcément à ses burgers. Qu'est-ce qui fait, selon lui, un bon burger ? Pas d'hésitation, la réponse fuse. «Enn bon burger bizin juicy and messy. Si to pe manz enn burger to pa fer dezord sa ve dir li pa bon... Seki rann mo burger pli bon se ki mo fer li koumadir momem ki pou manz li. Mo prepar li ar pasion ek lamour.»

 

Et qu'en est-il de la petite touche qui différencie High Vibe Burger des autres restos ? «Des bonnes vibes uniquement. Mo ti kontan presize ki mo prepar mo bann patty ar fresh meat everyday. Mo al swazir mo laviann premie grad dan meat shop momem. Ek osi, la mo pankor bien amenaz mo nouvo baz, me sa pena nanie a vwar avek gou mo burger. Dans pas longtemps, il y aura aussi de nouveaux menus ; steak, wraps, etc.», souligne-t-il en invitant qui le veut à  venir découvrir son petit monde à Eau-Coulée, Curepipe, en face de THE GYM HUB (tel : 5770 1091). Vous pouvez aussi plonger dans son univers sur Facebook : High Vibe Burger ; Instagram : high.vibe.burger ; et Tik Tok : @high.vibe.burger. Vous y trouverez de quoi vous rendre complètement…  food !