• Sahill Persand, 21 ans, meurt dans l’incendie de sa voiture en janvier - Ses parents : «Ena boukou kitsoz lous kinn deroule dan sa zafer-la»
  • Championnats d’Afrique d’haltérophilie jeunes et juniors : une troisième couronne africaine pour Khelwin Juboo
  • Décès du chanteur de «Gangta's Paradise» - le Mauricien Judex Rose : «Le jour où j'ai partagé la scène avec Coolio»
  • Sooraj Laljee en détention pour trafic humain allégué : son épouse l’accuse ; ses proches parlent de «coup monté»
  • Elle est sélectionnée pour l’OplinePrize International - L’artiste Vidya-Kelie, d’origine mauricienne : «Votez pour moi !»
  • [ PUBLI-REPORTAGE ] Use heart for every heart
  • Son nouvel album lancé en exclusivité et en live au J&J Auditorium - Mickaël Pouvin : «Je veux encore toucher le cœur des Mauriciens»
  • Agression sanglante à Résidence Barkly : comment j’ai échappé à une tentative d’assassinat à l’arme blanche
  • Spectacle de Norah Fatehi : le bonheur des sept Mauriciens qui danseront avec elle
  • Yuvan Sungkur, le faux avocat démasqué - Me Sanjeev Teeluckdharry : «Il a trompé beaucoup de monde, je ne comprends pas comment…»

Wan Naglaa Boodhun : artistiquement vôtre

La jeune femme nous raconte son amour pour le cinéma.

Elle avait été sélectionnée pour représenter le pays aux World Championships of Performing Arts qui se sont tenus du 18 juillet au 1er août, à Los Angeles. Retenue suite à des auditions qui se sont tenues en 2019, celle qui s'estime heureuse d'avoir été la seule sélectionnée pour représenter Maurice n'a toutefois pu faire le déplacement faute de moyens. Cet événement, qui réunit des artistes de la danse, de la musique et du cinéma, entre autres, devait être pour elle un tremplin pour faire connaître notre île. Si Wan Naglaa Boodhun, 32 ans, n'a hélas pu participer aux Talents Olympics – qui se sont clôturés cette semaine –, elle revient sur son parcours...

Qui suis-je ? «Je m'appelle Wan Naglaa Boodhun. Je suis une femme avant tout mais je suis également actrice et je touche aussi un peu à la musique car j’aime ça. Je suis une passionnée d’art.»

 

Une histoire d'amour : «J’ai commencé depuis toute petite à faire du mannequinat, du théâtre et du chant. Et je suis tombée dans la marmite du septième art. J'y suis, j’y reste.»

 

Mon petit monde : «Mon domaine de prédilection, c’est le septième art. Ça a commencé avec mon prénom : Naglaa. Naglaa est une actrice égyptienne célèbre (elle est née en Égypte d'un père mauricien et d'une mère malaisienne). J’ai mis très tôt le pied à l’étrier avec Henri Favori, mon premier prof de théâtre. J’ai toujours voulu évoluer comme actrice et aujourd’hui, je le fais avec plaisir. Les films dans lesquels j’ai joué ont reçu plusieurs awards. J’ai reçu l’award de Best Actress parmi 195 pays à l'International Film Festival et j’ai été nominée demi-finaliste au Cannes World Film Festival. J’ai aussi reçu l’Arta Indianoceaka Creativity Award dans le secteur de la filmographie et du spectacle de l'Indian Ocean Consultancy & Development et Arta Indianoceanika. Je dois tout cela à mes mentors, coachs, profs, amis et fans, et surtout à Henri Favori, Yousuf Manjoo, Marie Raynal, Yousoof Elahee, Zaheer Hosany, Vikram Jootun, Julie Lucas et Sandra Marka. Aujourd'hui, je suis donc une actrice internationale avec une expérience en tant qu'actrice principale dans plusieurs films au cinéma, dans des courts-métrages et des publicités.»

 

D'une aventure à une autre : «J'étais l'actrice principale de San Twa Pena Mwa et Geet Gawai, et j'ai également joué des rôles secondaires, des petits rôles et j'ai été figurante dans plusieurs films et séries, à savoir : Le Coup Parfait, 22 Days, Singleholic, Amor De Madre, Haasil, Island Docteur et Prisonniers du Paradis. J'ai joué des rôles principaux dans plusieurs courts-métrages réalisés par Rezza Peeroo. Je parle couramment l'anglais, le français et le kreol morisien. Je parle aussi couramment l'hindi et l'arabe. J'ai acquis mes compétences, comme je l'ai dit, grâce aux cours de théâtre que j'ai suivis auprès d'Henri Favori depuis l'âge de 16 ans. J'ai fait partie d'une formation professionnelle dirigée par l'actrice et réalisatrice française Marie Raynal. J'ai également travaillé comme mannequin, réalisant des séances photo et des défilés pour plusieurs agences à Maurice.»

 

Une belle expérience : «Les World Championships of Performing Arts, aussi connus comme les Olympiques des Talents, est une compétition internationale qui regroupe tous les arts. J’ai été choisie pour participer à cette belle aventure et je devais proposer trois styles d’art de jouer : comique, classique et ouvert. Je n’ai hélas pas pu réunir le montant nécessaire pour le billet d’avion, les frais de l’hôtel et les frais de participation. J’irai en voyage un peu plus tard cette année pour rencontrer des personnes importantes. Je n’ai pas eu de soutien du gouvernement pour pouvoir représenter l’île Maurice à ces championnats dans la catégorie Acting. Cela m’aurait offert la chance de mieux connaître des personnes dans mon domaine, d’avoir des contacts, de pouvoir travailler à l’international. Je tiens à remercier toutes les personnes qui m’ont aidée et qui m’aident toujours afin que je puisse réaliser mes projets pour un meilleur avenir. Je pense surtout à Proctor Gallagher Institute, Fashion House, Irfaan Cadersaib, Ali Subratty Optometrist, Zaheer Hosany, Moustouf Comedy Club, House of Balinese and Javanese Spa, China Jiangsu, The Cloud, The Food Factory, Rockotton Ladies World Gym, Domaine de Labourdonnais, Radio TV Île Maurice, Nasser Rumjaun, Irfaan Sairally, Tropical Jam Studios et Ocean Indien (Radio TV) France, entre autres.»

 

Un rêve : «Bien que cela ne me déplaise pas de travailler à Maurice, j’aimerais avoir une ouverture sur le monde et faire briller notre drapeau mauricien à Hollywood.»