Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Mélasma : ces taches qui font de l’ombre au visage
  • Dans les marmites de Michael Korimbocus
  • Psycho-courrier : «Mon visage me dégoûte»
  • Décès tragique de Vinessen Magon, 20 ans - Sa mère Vimi : «Vaksin kinn touy mo zanfan»
  • Dr Deoraj Caussy : «Les petits sont aussi à risques, il faut les protéger»
  • Mort troublante de Keirah Esther, 15 mois, premier enfant à succomber au virus - Ses proches, entre révolte et chagrin : «Nous réclamons justice pour elle»
  • Noemi Alphonse : la fierté de son coach Jean Marie Bhugeerathee
  • Jean-Alain et Nathalie Alphonse : «Notre fille, notre force de la nature»
  • Elle atteint quatre finales et bat quatre records d’Afrique aux Jeux paralympiques de Tokyo : époustouflante Noemi Alphonse
  • Quatre pêcheurs disparaissent en mer - Les proches de Jovani Jackson : «La situation est de plus en plus angoissante»

Rachel Caprice et son ode à l’art

L'artiste utilise beaucoup de couleurs dans ses créations.

La jeune femme, artiste-peintre, a créé la page Mauritiusartcorner sur Instagram. Son objectif ? Être une plateforme qui valorise l'art et les jeunes talents locaux.

C’est son monde, son univers, là où elle se sent complètement elle-même. Lorsqu’il s’agit de peinture, Rachel Caprice, 25 ans, est dans son élément. Artiste-peintre autodidacte, elle s’est lancée à plein-temps dans l’art après le confinement afin de pouvoir explorer toutes les facettes de sa créativité et vivre de son art. «J’ai toujours aimé dessiner et peindre, cela depuis que je suis toute petite. Cette passion n’a fait que grandir au fil des années. Comme il n’y a pas vraiment de débouchés dans ce monde-là à Maurice, j’ai fait le choix, après le collège, d’étudier et de travailler dans le tourisme pendant un peu plus de deux ans.»

 

Lorsque la crise de la Covid-19 est arrivée et qu’elle s’est retrouvée à la maison, la jeune femme s’est décidée à revenir à ses premiers amours. «J’ai vécu une expérience qu’on appelle la projection astrale. C’est une expérience de vie. Pour moi, ça a été un déclic. Je me suis mise à faire des tableaux pour illustrer mes émotions et j’ai reçu beaucoup de compliments de mon entourage qui n’a pas tardé à passer des commandes.» Motivée, Rachel Caprice laisse libre cours à sa créativité et touche même un peu à l’artisanat, avec notamment la confection de bougies parfumées. «Je puise mon inspiration de moi-même, de mes émotions, de ce que je ressens, de ce qui m’entoure, de la nature. J’utilise beaucoup de couleurs, c’est ma signature. Quand je suis triste, j’utilise des couleurs froides et quand je ressens de la joie, ce sont des couleurs chaudes. Tout a une signification et un message.»

 

Pour aller encore plus loin dans son art, la jeune femme a créé la page Mauritiusartcorner sur Instagram, qui se veut, dit-elle, une plateforme pour les jeunes artistes qui souhaitent s’exprimer et partager leur art. «L’idée est de rassembler le plus de monde possible pour promouvoir l’art et partager nos expériences. Sur cette page, on retrouve le travail de plusieurs artistes dont les œuvres sont à vendre. Mauritiusartcorner, c’est un tremplin.»

 

Rachel Caprice travaille actuellement sur une expo-vente qui devrait avoir lieu bientôt. L’objectif est non seulement de promouvoir le travail de jeunes artistes mais aussi de faciliter les rencontres et les échanges entre artistes. «Se laisser inspirer par les autres est aussi important quand on est artiste. Nous travaillons aussi sur comment soutenir une cause à travers cet événement. Notre société souffre de plusieurs problèmes et l’art, quelle que soit sa forme, peut aider à conscientiser.» En attendant de mettre cet événement sur pied, la jeune artiste travaille sur un autre projet qui est la peinture japonaise.