• United Colors : Zulu annonce la couleur
  • Shotokan Martial Arts Federation (SMAF) : Couvre-feu sur les compétitions à l’étranger
  • Meurtre de Ritesh Gobin, 11 ans, en 2018 : le meurtrier présumé Sachin Tetree sur le banc des Assises
  • Kesweena Tacoorpersand et Uzma Peeroo : des femmes au cœur des chantiers
  • Manan Fakoo tué par balles : la terrible fin d’un homme au passé tumultueux
  • Zones d'ombre autour de la mort de Kanakiah et Kistnen : deux veuves à la recherche de la vérité sur la mort de leur mari
  • Décès du triathlète Jayrajsing Hazareesing au Morne | Son épouse : «C’était un homme exemplaire»
  • FA Cup | Man Utd vs Liverpool : dans l’oeil du cyclone
  • Lupin sur Netflix : Omar, voleur aimé et mal-aimé
  • Des mots et des manigances…

Michel Chui Chun Lam : chroniqueur gagnant

Pour la nouvelle édition de ce concours organisé par le Centre culturel d'expression française, cet ancien journaliste, passionné par le monde politique,  a fait mouche en parlant de la Covid-19 et du monde.

Et que la plume parle ! Michel Chui Chun Lam, 31 ans, est le grand gagnant de la nouvelle édition du concours de chroniques, la troisième, organisée par le Centre culturel d’expression française. Cette année, il fallait écrire une chronique sur un grand événement de 2020.

 

Et notre gagnant, ancien journaliste (de 2011 à 2013) qui bosse aujourd’hui dans la communication, a proposé, sous le nom de plume Le Nègre, une chronique appelée Ecrirons-nous sur la nécrologie du monde d’avant ?. Ceux qui ont été primés juste après lui sont Marek Ahnee, Camille Grenouille, Isabelle Motchane-Brun, Sandhya Ramenah, Joey Jean-Jacques Sauzier et Haddiyyah Tegally. La remise des prix s’est tenue le 25 novembre au Hennessy Park Hotel.

 

Il y a l’écriture, il y a notre interlocuteur, et entre les deux, il y a le monde politique. Car Michel Chui Chun Lam le dit d’emblée : «C’est la passion du monde politique, que j’ai depuis le collège, qui m’a poussé un peu plus vers l’écriture et le journalisme. J’avais même l’aspiration de devenir un jour éditorialiste», confie le jeune homme. N’empêche, s’il a pris ses distances avec la presse, il n’en reste pas moins un fin observateur du milieu politique.

 

Pour le concours de chroniques, Michel Chui Chun Lam le sujet était tout trouvé : «Je me suis inspiré de beaucoup de choses que je voyais et lisais. Le concours demandait de parler d’un événement majeur de 2020, et pour moi c’était inévitablement la Covid-19 et ses répercussions sur le monde. C’est comme ça que cette chronique a pris forme petit à petit, et le concours a été une belle opportunité de coucher tout ça sur papier.» Est-ce l'occasion pour lui de faire plus de chroniques et d'analyses ? «Nous verrons, j’observerai toujours ce qui se passe ici et ailleurs sur tellement de plans», répond-il, tout en avouant qu’il ne sait toujours pas ce qu’il va faire de son cash prize de Rs 30 000. En attendant, continuez à porter votre regard sur ce qui nous entoure, monsieur le chroniqueur.