• United Colors : Zulu annonce la couleur
  • Shotokan Martial Arts Federation (SMAF) : Couvre-feu sur les compétitions à l’étranger
  • Meurtre de Ritesh Gobin, 11 ans, en 2018 : le meurtrier présumé Sachin Tetree sur le banc des Assises
  • Kesweena Tacoorpersand et Uzma Peeroo : des femmes au cœur des chantiers
  • Manan Fakoo tué par balles : la terrible fin d’un homme au passé tumultueux
  • Zones d'ombre autour de la mort de Kanakiah et Kistnen : deux veuves à la recherche de la vérité sur la mort de leur mari
  • Décès du triathlète Jayrajsing Hazareesing au Morne | Son épouse : «C’était un homme exemplaire»
  • FA Cup | Man Utd vs Liverpool : dans l’oeil du cyclone
  • Lupin sur Netflix : Omar, voleur aimé et mal-aimé
  • Des mots et des manigances…

Meritess Beeharry : d’une aventure à l’autre

Ses trois enfants, son équilibre : Cameron, Clayton et Cayron.

Elle peut être sur plusieurs fronts à la fois. Et elle aime ça, dit-elle ! Relever des défis, dépasser ses limites et donner vie à des projets, c’est ce qu’elle aime le plus faire. Entre la Holdem Foundation qui est au chevet de personnes en situations difficiles, la Holdem Foundation Academy, qui encadre des enfants autrement capables, La Cuisine du coeur qui offre des repas chauds aux sans-abri et aux enfants en difficulté, et Holdem Events qui a organisé des événements comme la venue de DJ Snake à Maurice, elle porte plusieurs casquettes. Son dernier bébé : Lockdown Island, une émission de télé-réalité regroupant des jeunes Mauriciens : influenceurs, chanteurs et sportifs, entre autres, qui se retrouvent enfermés dans une villa. Mais à quoi donc carbure l’épouse de Jérôme Appavoo et la maman de Cameron, Clayton et Cayron ? Confidences...

Il était une fois... Holdem : «Holdem est une aventure qui a commencé il y a quelques années déjà. J’ai eu la chance de la voir naître et d’être la représentante du volet responsabilité civile de l’entreprise. Porter plusieurs casquettes à la fois peut parfois paraître difficile mais une équipe solide et une bonne coordination des idées sont les atouts pour réussir chaque projet entrepris.»

 

Moi, femme engagée : «Le social est une activité qui me tient à cœur depuis ma plus tendre enfance. La Holdem Foundation est un rêve qui s’est concrétisé très vite car j’ai toujours voulu aider ceux qui sont victimes d’injustices sociales. Mon deuxième projet, dont je suis encore plus fière, est l’école spécialisée, la Holdem Foundation Academy, qui accueille les enfants autrement capables. Nous avons cependant encore du chemin à faire, surtout quand on voit les récents événements avec des squatteurs. Nous travaillons en ce moment avec d’autres ONG afin de réunir au maximum nos capacités pour aider les personnes vulnérables.»

 

Mon enfance : «J’ai vécu dans un faubourg de Rose-Hill, précisément à Plaisance, considéré comme un endroit à risques. Mais je n’ai jamais éprouvé de sentiment d’insécurité ni celui de supériorité vis-à-vis de ceux qui étaient vulnérables. Mes parents nous ont toujours appris, à mes sœurs et moi, l’humilité. Même si rien ne présageait mon engagement dans le social, j’ai toujours voulu apporter mon aide aux autres en les encourageant à aller plus loin.»

 

Mon moteur : «J’ai été amenée à faire face à un grand nombre de challenges au cours de ma vie. Et j’ai appris avec le temps que, quoi qu’il arrive, il est important de croire en soi et surtout de ne pas se laisser atteindre par les mauvaises choses qui ne font que nous ralentir dans notre élan. La positive attitude joue un grand rôle.»

 

Mon rôle de maman : «Vous ne me croirez pas mais être maman s’avère être mon plus gros défi. Nous avons trois enfants, Jérôme et moi, et il est par moments difficile de gérer notre vie professionnelle et notre vie familiale. Je remercie mes parents pour leur soutien considérable.»

 

Moi, épouse... : «Jérôme et moi sommes complémentaires. Depuis près d’une décennie, nous avons vécu et créé tellement de choses ensemble. Il est mon mentor et celui qui me soutient dans mes projets et je lui en suis redevable.»

 

Au cœur de l'événementiel : «Nous espérons, dans un avenir proche, accueillir encore des artistes internationaux mais le monde de l’événementiel comporte déjà beaucoup de risques et le coronavirus n’a pas arrangé les choses. Nous oublions par moments que, dans notre île, nous avons une belle pléiade d’artistes locaux que nous avons pu faire découvrir sur notre plateforme live.mu. Je pense que nous irons plus dans ce sens-là jusqu’à ce que les choses s’améliorent.»

 

Et la politique ? «La politique en elle-même ne m’intéresse pas mais le progrès du pays oui. Sky is the limit !»

 

Des projets...  «2020 s’avère perdue pour entreprendre de nouveaux projets mais tout semble tourner autour du digital. Après le lancement en mars de live.mu, App mobile regroupant du streaming de musique locale venant de plus de 100 artistes locaux, le groupe a lancé, en mai, la première plateforme de streaming vidéos du pays, spot.mu, similaire dans son fonctionnement au leader mondial en la matière, YouTube. Tout ce que je peux vous dire, c’est que vous ne serez pas déçu du prochain projet qu'Holdem lancera dans les mois à venir.»

 

Autour d’une télé-réalité : «Quoi de mieux que de mettre en images le vrai concept d’une télé-réalité où les jeunes se retrouvent enfermés dans une villa, en étant réellement en total lockdown ! Holdem a toujours vu grand dans ses projets, après avoir fait venir l’un des plus grands DJ au monde sur notre petite île et comme nous ne pourrons plus organiser d’événements pendant un certain temps, nous avons décidé de mettre un peu de pep dans la vie des Mauriciens et d’apporter un peu de divertissement pour faire passer ce moment de crise auquel nous faisons tous face.»