• Championnats d'Afrique : l'athlétisme mauricien en quête de rachat
  • Vidushi Haulooman et sa poésie dans «Afflatus» 
  • Modigadu Govinden, 59 ans, renversé mortellement par une voiture - Ses proches : «Lalwa bizin pli sever»
  • Luchmeeparsad Bhowaneedin, 43 ans, décède après avoir été percuté par le métro - Son entourage : «Il voulait changer de vie et se stabiliser financièrement»
  • Mystère autour du décès de Kevin Sreeneebus, 33 ans, après une sortie de route - Ses proches et amis pleurent «un homme jovial et plein d'ambition»
  • Acquitté dans l’affaire du double drame de Sept-Cascades en 2012 - L’inspecteur Sookur : «Mo pli gran regre se ki mo pann resi sap lavi Nanon ek Binda»
  • Nula Groove et l’après «Mama mo tresor»
  • La lecture partisane et l’indestructible culture politique !
  • Post-Budget : ces espoirs tombés à l’eau
  • Dévoilement d’une statue de sir Anerood Jugnauth : hommage à «enn gran dimounn»

Karine Delaitre-Korimbocus : une multi-passionnée

«Une question que plusieurs personnes me posent, c’est si mon métier de tombaliste ne me prend pas déjà beaucoup de temps», nous confie la femme d’affaires qui nous présente les produits Kodel...

Fille de tombaliste, elle continue le travail de son défunt père. Mais pas que. Cette femme d’affaires adore se lancer de nouveaux défis. Elle nous parle de son dernier projet...

C’est un trait de sa personnalité : être une touche-à-tout, qui adore tenter de nouvelles choses tout en se donnant les moyens de réaliser ses rêves. Elle est comme ça Karine Delaitre-Korimbocus, une curieuse de la vie, une multi-passionnée qui a plusieurs cordes à son arc et qui adore en ajouter d’autres. Si vous semblez la reconnaître, c’est que Karine Delaitre-Korimbocus est surtout connue pour avoir marché dans les pas de son père en reprenant, avec son époux Michael, l’entreprise familiale. Cette fille de tombaliste est ainsi codirectrice de la compagnie Hervé Delaitre qui offre plusieurs services sous un même toit : les gravures, les photos ainsi que des fleurs en céramique, en plus de la construction et la rénovation des tombes, entre autres.

 

Mais Karine, c’est aussi un visage connu des réseaux sociaux comme étant la bonne amie des animaux, étant très active sur Facebook, notamment quand il s’agit de trouver une solution pour venir en aide à une bête qui est livrée à elle-même. Elle en connaît maintenant un rayon sur tout ce qui concerne le sauvetage des animaux en détresse. Et d’aventure en aventure, la voilà aujourd’hui qui surfe sur une nouvelle tendance nommée Kodel. Qu’est-ce que c’est ? La parole à la principale concernée. «Kodel est une marque créée par Michael et moi cette année. C’est une rencontre Korimbocus-Delaitre. Nous avons choisi de travailler avec des artisans locaux afin de valoriser leurs métiers et de donner une dimension créative à la marque car c’est ainsi que nous la visualisons», nous confie Karine. Voilà pour planter le décor.

 

Pour la suite, il est beaucoup question de création. «Concernant les produits de Kodel, tout est fait main avec soin et amour. Nous avons choisi les matières ainsi que les modèles en gardant à l’esprit les tendances du moment. Kodel se veut être un symbole de modernité mais qui s’inspire du passé, d’où le thème de notre lancement... Tout commence par une histoire», poursuit la jeune femme débordante de projets. Au programme donc, des découvertes. «Nous avons, parmi nos produits, des sacs de plage, des sacs à dos, des trousses, des bijoux, des porte-clés, des casquettes, des scrunchies et des coussins, ainsi que des accessoires en céramique pour la maison. Tout est fait localement. L’idée est de faire des éditions limitées et de sortir de nouvelles collections régulièrement», explique la femme d’affaires, enthousiaste.

 

Elle ne cache pas que derrière ce concept, il y a eu beaucoup de travail : «Cela a demandé beaucoup de préparation depuis le mois de juin où nous avons tout déclenché. Notre emploi du temps chargé ne nous laissait pas trop de temps pour les multiples rendez-vous avec les artisans mais ils se sont adaptés à nos horaires et c’est ainsi que souvent, on les rencontrait après nos heures de travail. D’ailleurs, nous leur en sommes reconnaissants car ils ont été très patients et compréhensifs. Pour toutes les créations de contenu pour nos réseaux sociaux, nous avons eu la collaboration d’Arcus Production et de Dario Baijoo, qui nous ont été d’une très grande aide. Comme nous n’avons pas encore de boutique, nous travaillons surtout via les réseaux sociaux et nous avons eu l’occasion de vendre nos créations en avant-première lors du lancement de la marque le 17 décembre à Twins Garden, et nous comptons organiser, de temps en temps, des ventes éphémères à travers l’île.»

 

Mais qu’est-ce qui fait courir ainsi Karine ? «Une question que plusieurs personnes me posent, c’est si mon métier de tombaliste ne me prend pas déjà beaucoup de temps. En fait, ce que j’aime et ce qui me passionne, c’est de me lancer de nouveaux défis, de créer de nouvelles choses et je pense que le secret, c’est de savoir planifier son temps pour jongler avec le tout. Je suis entourée de personnes formidables qui me soutiennent dans chacun de mes nouveaux projets et ma foi en Dieu m’aide grandement aussi. J’ai également monté, durant l’année écoulée, une société, Arcus Production, qui fait des vidéos, photos et créations de concept pour les contenus réseaux sociaux. Je suis aussi la créatrice de Kitchen Diary, une chaîne de vidéos culinaires qui a comme concept de faire la cuisine avec les ustensiles d’antan et dont l’hôte est mon mari. Et je me suis aussi engagée dans le sauvetage des animaux», précise celle qui a reçu l’award de la Women of the Year 2022 dans la catégorie Business and Entrepreneurship lors de l’événement Women of Excellence.

 

C’est qu’elle n’est pas près de s’arrêter en si bon chemin. Elle, la multi-passionnée qui a plus d’un projet dans son sac...