• Radha, victime de la folie meurtrière de son fils | Raaksha : «Je ne comprends pas comment mon frère a pu tuer notre mère»
  • Priscilla, 20 ans, accouche dans les toilettes de l’hôpital Victoria : «Mo ti kapav perdi mo zanfan»
  • Anne Murielle Ravina & Marie Anoushka Ah Keng : Rodrigues power !
  • Primary School Achievement Certificate : Ils récoltent le fruit de leur travail
  • Inondations : Le cauchemar des habitants de Cottage
  • À nos actes manqués
  • Akbar Patel vs Colin Bell : Duel au sommet du Club M
  • Yaaseen Edoo (Man Utd) : «L’enjeu est énorme»
  • Antish Rupear (Liverpool) : «Le match à ne pas perdre»
  • Liverpool vs Manchester Utd : Le match de la peur

Karen et Michael : So Africa, so fashion

Le couple propose des tissus traditionnels venant de différents pays d’Afrique.

Ils sont partout. Ils attirent, donnent des idées et des envies. Couleurs vives, imprimés de motifs typiques, ethniques, exotiques… les tissus africains sont de plus en plus populaires et tendance. Si c’est le cas à l’étranger, Maurice n’est pas en reste. De nombreuses Mauriciennes se voient souvent en African Queens. Et ça, Karen Kistnamah, 26 ans, l’a bien compris.

 

Pour elle, tout est parti d’une découverte de ce tissu emblématique mais pas que. L’année dernière, elle rencontre Michael Olawole, un Nigérien de 27 ans, installé à Maurice. Un vrai coup de cœur. «J’aimais déjà les tissus africains mais il m’a permis d’en découvrir plus et je suis devenue totalement fan», lance-t-elle. Très vite, elle commence à en porter et à chaque sortie, les questions fusent. «On n’arrêtait pas de me demander où est-ce que j’avais trouvé le tissu, comment j’avais fait et tout. Beaucoup voulaient avoir le même tissu. Il y avait vraiment un engouement pour ce que je portais.»

 

Un intérêt qui fait naître des idées dans la tête de Karen et de Michael, qui décident ensemble de faire venir quelques tissus du pays de Michael, histoire de voir si ça marche. La demande est là mais les premiers pas sont difficiles. Si les ventes se passent bien, les procédures administratives pour faire venir et dédouaner les cargaisons sont beaucoup plus compliquées. «Il y avait beaucoup de fouilles dans nos tissus pour voir s’il y avait de la drogue dans nos paquets. Il fallait payer des frais en plus pour le stockage», confie Karen.

 

Ils décident alors de s’y consacrer pleinement et lancent officiellement Proliafrique Ltd, leur entreprise qui propose du tissu africain à Maurice, plus connu comme Ankara Mauritius sur Facebook. «Depuis, tout est plus facile, plus fluide. Les tissus viennent du Nigeria, du Togo, de la Côte d’Ivoire et du Ghana. C’est ma maman qui les choisit. Il y a du wax, du batik et de la soie», explique Michael.

 

Ces dernières années, dit-il, le tissu africain est revenu sur le devant de la scène pour redonner un nouvel élan à la mode africaine. Une tendance lancée par des artistes comme Beyoncé, Rihanna ou encore le chanteur Tekno, qui ont arboré à plusieurs reprises des costumes africains sur scène comme à la ville. Coloré, trendy et imprimé à souhait, chaque tissu africain, souligne le jeune homme, est unique et a sa propre histoire.

 

Aujourd’hui, Michael et Karen ont des projets plein la tête. Depuis peu, ils proposent notamment du prêt-à-porter, des accessoires, des sacs et des bijoux. «Les gens aiment porter des motifs africains mais ils n’ont pas forcément le temps d’aller chez une couturière. Alors, on leur propose des vêtements déjà faits, dont les modèles sont disponibles sur notre page Facebook.» Ensemble, ils travaillent aussi sur l’ouverture d’une boutique afin d’emmener leur petite entreprise vers de nouveaux horizons.