• Championnats d'Afrique : l'athlétisme mauricien en quête de rachat
  • Vidushi Haulooman et sa poésie dans «Afflatus» 
  • Modigadu Govinden, 59 ans, renversé mortellement par une voiture - Ses proches : «Lalwa bizin pli sever»
  • Luchmeeparsad Bhowaneedin, 43 ans, décède après avoir été percuté par le métro - Son entourage : «Il voulait changer de vie et se stabiliser financièrement»
  • Mystère autour du décès de Kevin Sreeneebus, 33 ans, après une sortie de route - Ses proches et amis pleurent «un homme jovial et plein d'ambition»
  • Acquitté dans l’affaire du double drame de Sept-Cascades en 2012 - L’inspecteur Sookur : «Mo pli gran regre se ki mo pann resi sap lavi Nanon ek Binda»
  • Nula Groove et l’après «Mama mo tresor»
  • La lecture partisane et l’indestructible culture politique !
  • Post-Budget : ces espoirs tombés à l’eau
  • Dévoilement d’une statue de sir Anerood Jugnauth : hommage à «enn gran dimounn»

Jennifer Barbaray : «Ma découverte de la vie à la mauricienne...»

«Je suis ravie de l’accueil bienveillant et chaleureux reçu de tous ceux que j’ai rencontrés jusqu’à l’heure», nous confie la femme d’affaires qui a posé ses valises chez nous.

«Je découvre des Mauriciens contents de partager leur culture avec moi. Ici, on prend le temps de s’intéresser réellement à l’autre, que ce soit personnellement ou professionnellement, ce qui rend les relations plus construites...» De Paris à Maurice, la femme d'affaires Jennifer Barbaray raconte comment elle construit sa vie dans notre petite île...

Un nouveau pays, de nouvelles habitudes, une nouvelle vie... C’est ce que la Française Jennifer Barbaray a voulu retrouver en posant ses valises dans notre île avec sa petite famille. Depuis juillet 2022, les Barbaray se créent ainsi de nouveaux souvenirs loin de chez eux en vivant de nouveaux challenges professionnels mais aussi personnels. Découvrir, s’habituer, s’adapter... Voilà le quotidien de cette famille qui, petit à petit depuis qu’elle a débarqué chez nous, s’adapte à la vie à la mauricienne. Il s’agit de prendre un autre départ, de trouver de nouveaux repères et un équilibre dans un nouvel environnement.

 

Une petite présentation s’impose. Qui est donc Jennifer Barbaray, celle qui n’a pas eu peur de tout laisser derrière elle pour vivre de nouvelles aventures ? «J’ai 35 ans. Je suis mariée et maman de deux petits garçons de 5 et 8 ans. J’habite à Tamarin. Avec plus de 15 ans d’expérience dans des instituts d’études et de sondages français», nous confie la femme d’affaires. On comprend tout de suite que c’est pour des raisons professionnelles qu’elle se retrouve depuis quelques mois chez nous. «J’ai rejoint Great Place To Work® France en 2014 en tant que Survey Manager sur Paris, ayant la charge de projets d’envergure locaux et internationaux. Je cherchais à rester dans le domaine des études mais à y apporter un peu plus de sens et de lien avec l’humain que j’affectionne particulièrement. En 2016, Great Place To Work® France m’a donné la responsabilité des clients mauriciens avec qui j’ai pris un réel plaisir à travailler jusqu’à 2021 depuis Paris.»

 

Mais avant d’aller plus loin, une petite explication : qu’est-ce que Great Place To Work® France ? «Fondé aux États-Unis en 1992, Great Place To Work® est un groupe international actif depuis plus de 30 ans. Son expertise est axée sur l’accompagnement et la transformation managériale et culturelle des entreprises en se basant sur ses métiers : l’audit, le diagnostic, le conseil, la formation. Great Place To Work®, c’est 100 000 organisations auditées tous les ans, dont des groupes cotés en bourse et reconnus mondialement. Pour n’en citer que quelques-uns : Hilton, Cisco, DHL, Adobe, Groupe SEB, Decathlon. C’est 100 millions de salariés interrogés à travers 100 pays chaque année, qui évaluent la perception des collaborateurs et les pratiques des entreprises selon une méthodologie unique», explique l’expatriée, avant de nous dire plus sur son domaine professionnel : «Nous accompagnons une cinquantaine entreprises mauriciennes, dont une trentaine sont labélisées, et un palmarès publié récemment des 15 entreprises où il fait bon travailler. Au cœur de cette réussite, une notion-clé : la confiance sur laquelle a été fondée une méthodologie unique, permettant d’aider les organisations à créer un environnement de travail inclusif, à piloter leur stratégie RH et à améliorer leur performance. J’ai envie de dire que c’est le gros de notre travail car finalement, les certifications et labélisations ne sont que le sommet visible de l’iceberg.»

 

Voilà qui est plus clair... Mais comment Maurice s’est-elle retrouvée dans l’équation ? «L’île Maurice est un des pays les plus dynamiques de l’océan Indien, avec un vivier d’organisations de toutes tailles et de tous secteurs : une terre d’innovation. L’enjeu aujourd’hui est de pouvoir accompagner les entreprises mauriciennes à placer la question du bien-être au travail et de l’inclusion au centre de leurs priorités. Certaines le font déjà admirablement bien et nous allons nous atteler à les mettre en lumière. Pour les autres, nous les aiderons à se hisser à la hauteur de leurs intentions. Nous caressons le rêve de faire de Maurice une référence en termes de qualité de vie au travail et d’expérience collaborateur dans la zone de l’océan Indien afin de faire rayonner l'île au niveau de l’océan Indien», précise notre interlocutrice.

 

«Je découvre»

 

Si elle a débarqué chez nous pour le travail, Jennifer Barbaray ne cache pas qu’elle a vite eu un coup de coeur pour l’île, ses paysages, sa culture, ses habitants, son climat... «Depuis le mois de juillet, je me suis posée sur votre belle île avec ma petite famille. Dans le cadre de ma carrière professionnelle, j’ai eu cette opportunité de pouvoir venir sur place pour ouvrir le bureau de Great Place To Work® Mauritius – une décision stratégique mûrement réfléchie, qui nous permet plus de proximité avec les Mauriciens et leurs entreprises afin de mieux comprendre les spécificités de leurs problématiques et les enjeux locaux, tout en leur apportant notre expérience. Je suis ravie de l’accueil bienveillant et chaleureux reçu de tous ceux que j’ai rencontrés jusqu’à l’heure. Je découvre des Mauriciens contents de partager leur culture avec moi. Ici, on prend le temps de s’intéresser réellement à l’autre, que ce soit personnellement ou professionnellement, ce qui rend les relations plus construites...»

 

Dans ses mots, en évoquant le pays, il y a beaucoup de tendresse. «La vie est bien plus douce qu’en France du fait de la température plus clémente qui nous permet d’être plus souvent en extérieur mais aussi du fait de la culture et du rythme de vie. Nous avons une qualité de vie indéniable avec des passe-temps qui apparaissent très liés à la nature comme le trek et les balades en montagne. Je suis fière d’avoir fait ma première ascension du Morne il y a quelques jours. J’ai l’impression d’être en vacances tous les week-ends. Nous prenons le temps de vivre en famille. Entre les balades en mer, de l’île-aux-Bénitiers à Blue-Bay, le snorkeling, les sorties aux plages de Tamarin ou de Mont-Choisy, à Odysseo ou à L’Aventure du Sucre, en passant par les découvertes de Chamarel ou des Gorges de la Rivière-Noire, nous sommes comblés. Mon but est de vivre un maximum à la mauricienne, je sensibilise mes enfants au made in Moris et à des plaisirs simples locaux», poursuit Jennifer.

 

La femme d’affaires jette aussi un regard sur le monde du travail dans le pays. «Le plus gros constat est cette difficulté à recruter, à attirer de nouveaux talents dans les entreprises. Post-Covid, c’est compliqué ; les aspirations des employés ont changé. Ils recherchent une entreprise qui a plus de sens, des valeurs qui leur correspondent, avec des modes de travail qui évoluent dans le monde, à l’image du flex office. À Maurice aussi, il y a la réalité du trafic routier, d’où l’intérêt de pouvoir décaler ses horaires ou de travailler de la maison. Il y a clairement une aspiration à plus de liberté et de confiance dans la relation avec l’entreprise, ici tout comme ailleurs. Certaines entreprises sont encore réticentes à évoluer avec leur temps», conclut-elle, tout en continuant jour après jour à découvrir et à savourer la vie à la mauricienne... loin de son pays natal.