• Kursley Favory, 43 ans, commet un autre viol après quatre ans - Ginette*, 80 ans : «Monn res fer lapriyer pou ki sa kosmar-la arete...»
  • Décès de Pankaj Udhas : cette voix d’or qui a marqué les Mauriciens
  • Manchester City vs Manchester United : règlement de comptes entre voisins
  • Quand Bruno Raya raconte Morgan Heritage et son chanteur décédé
  • Serge Moorjee : l’homme qui respirait le foot
  • Taekwondo : Sheldon Yan Too Sang aux Jeux d’Afrique
  • Huawei Matebook D16 : tout du bon côté
  • Mouvement pour le Progrès de Roche-Bois : l’agroécologie, un levier pour une meilleure intégration sociale
  • François Lindemann et sa rencontre musicale où «Tou korek»
  • Ishfaaq Mudhawo : politique, social et... chevaux

Jean Alain Wong So - Rodrigues : opération séduction

«On a un slogan au sein du gouvernement :  on veut d’un développement inclusif et d’un patriotisme économique», nous confie Jean Alain Wong So, en parlant des projets touristique de la petite île.

Au salon de l’International & French Travel Market Top Resa (IFTM) à Paris Expo, Porte de Versailles, qui se tiendra du 3 au 5 octobre, la délégation rodriguaise partagera, comme chaque année, le stand aux côtés de la Mauritius Tourism Promotion Authority (MTPA) à l’emplacement M066. La petite île ambitionne de devenir une destination touristique écologique de premier plan en Europe, tout en préservant son authenticité et en évitant le tourisme de masse. Jean Alain Wong So, le commissaire du Tourisme, nous parle des ambitions de la «Cendrillon de l’océan Indien»...

Un pays et ses facettes : «Depuis qu’on a pris la Commission du Tourisme, on veut que Rodrigues puisse diversifier toute la gamme de sorties et d’amusements dont la population peut profiter dans le pays. Le touriste, quand il débarque dans l’île, aime avoir affaire à l’authenticité de ce peuple, c’est-à-dire que, quand il va chez l’habitant, il peut voir comment le Rodriguais vit culturellement et, en même temps, partager des moments de convivialité avec lui. Au niveau de la Commission, nous avons relevé que nous pouvions aussi donner une dimension sportive à la destination tout en gardant le cachet typique de l’île. En juillet, par exemple, le pays a vibré au rythme du Festival international de kitesurf, et tout au long de l’année, il y a d’autres événements qui montrent les différents aspects de l’île. Il y a notamment les régates ou encore les trails, sans oublier le côté culturel car nous voulons que le touriste découvre toutes les facettes du pays à travers, par exemple, les jeux d’antan comme le sapsiway, les billes et le cerf-volant, entre autres. Ce sont des rendez-vous qui mettent en avant le pays. Le Festival de kitesurf est un bon exemple, car il a un rayonnement mondial, ce qui est très intéressant. Il attire les kiters venant des quatre coins du monde qui recherchent des spots, et grâce à cela, Rodrigues est mis en lumière. À travers cet événement, il y a l’aspect touristique mais aussi les aspects sportif et culturel qui entrent en jeu.»

 

Une fenêtre sur le monde : «L’île mise sur les événements ayant un retentissement international. Concernant le festival international de kitesurf, par exemple, je peux parler de bilan super positif. On a une équipe super dynamique qui est derrière ce grand rendez-vous : le Rodrigues Kitesurf Association, qui est sous la présidence de Jean Christ Speville, qui fait un travail énorme pour la promotion du pays en tant que destination sportive. L’équipe a, bien évidemment, besoin du soutien du gouvernement pour pouvoir aller de l’avant et faire en sorte que leurs différents projets aboutissent. Nous n’avons pas de doute que le partenariat va continuer dans les années à venir et nous allons surtout essayer de donner une plus grande visibilité à ce rendez-vous à travers la presse locale et internationale, qui sont des soutiens précieux dans notre objectif de faire rayonner davantage Rodrigues à travers le monde.»

 

Une destination verte : «Le Go Green Concept est un sujet très important pour Rodrigues. Au niveau de la Commission du Tourisme, nous faisons en sorte que Rodrigues soit décrétée et reconnue comme une green destination. Nous sommes en pourparlers avec une organisation qui s’appelle le Global Sustainable Tourism Council. Le but, c’est que la petite île puisse être reconnue comme une destination green. Quand à travers le monde, un touriste va faire une recherche autour des green destinations, Rodrigues figurera parmi ces pays.»

 

Les projets : «Partant sur l’objectif de faire de Rodrigues une green destination, on va travailler à consolider toutes nos assises, toutes nos bases. Rodrigues est présente dans toutes les foires internationales. D’ailleurs, en ce début du mois d’octobre, on sera présent au salon de l’International & French Travel Market Top Resa (IFTM) à Paris Expo, Porte de Versailles, qui se tiendra du 3 au 5 octobre. Et on sera également en Afrique du Sud bientôt...»

 

Et Maurice... «Bien évidemment, Maurice joue un grand rôle dans cet objectif de faire rayonner Rodrigues. Maurice occupe une large part de notre marché en ce qu’il s’agit des arrivées touristiques. Sur dix visiteurs qui visitent Rodrigues, sept sont mauriciens. Mo kontan kan mo trouv Morisien à Rodrigues, parce qu’on prône un tourisme inclusif. Li inportan ki dimoun dan nou Repiblik mem vizit nou. Quand les Mauriciens visitent Rodrigues, ils consomment et achètent du Made in Rodrigues. Quand un Mauricien rentre à Maurice, il amène avec lui son petit pot de piment ou d’achard, so ourit, so dimiel, so sapo... Donk, li fer leconomi-la roule. À Maurice, nous étions au Salon du Prêt-à-Partir et nous faisons également des roadshows à travers l’île. À titre d’information, tous nos indicateurs concernant les arrivées touristiques à Rodrigues sont au vert parce que nos chiffres ne cessent d’augmenter, dépassant les chiffres d’avant. Ce qui démontre que toutes nos campagnes portent leurs fruits et que Rodrigues bénéficie d’une plus grande visibilité. Mais le plus important, c’est que Rodrigues est davantage reconnue pour son cachet authentique et c’est ce que les visiteurs viennent rechercher ici. Il ne s’agit pas d’un tourisme de masse, mais de visiteurs qui viennent pour retrouver l’authenticité, en se retrouvant chez l’habitant, par exemple. La population bénéficie ainsi du touriste qui visite l’île. On a un slogan au sein du gouvernement : on veut d’un développement inclusif et d’un patriotisme économique. Tou Rodrige bizin gagn so par gato. Nou le met an avan le Rodrige, qu’il soit partie prenante du développement économique.»

 

Autour des partenariats : «Pendant le Festival de kitesurf, nous avons accueilli l’ambassadeur des États-Unis à Maurice chez nous. Ce genre de soutien, et je dois dire qu’il est aussi question de celui de la Chine et de l’Angleterre, est important pour nous. Quand on voit des pays étrangers s’intéresser à Rodrigues, on sent qu’ils savent qu’ils ont besoin d’aider Rodrigues à bouger dans la bonne direction. Bien sûr, on a nos spécificités et nos façons de faire qu’on va garder et préserver, mais le soutien de ces pays amis n’est pas de trop et est important. On fait tout pour nourrir ces bonnes relations.»

 

En chiffres...

 

Rodrigues prône un tourisme de proximité et attire chaque année des milliers de Mauriciens qui se positionnent en tête du classement par pays de provenance. En 2019, 53 677 Mauriciens ont foulé le sol de Rodrigues contre 40 225 en 2020, 11 356 en 2021 et 51 745 en 2022. Alors que pour la période de janvier à juillet 2023, 37 407 Mauriciens se sont rendus à Rodrigues.

La France arrive en deuxième position avec 9 343 touristes en 2019, contre 2 630 en 2020, 37 en 2021, 6 315 en 2022 et, de janvier à juillet 2023, 5 032 français se sont rendus à Rodrigues. L’île de la Réunion se positionne à la troisième place avec des arrivées comme suit : 9 573 en 2019, 1 514 en 2020, 1 en 2021, 4 010 en 2022 et 5 783 de janvier à juillet 2023. La petite île ambitionne de devenir une destination touristique écologique de premier plan en Europe, tout en préservant son authenticité et en évitant le tourisme de masse. L’objectif ambitieux est d’attirer plus de 90 000 touristes d’ici la fin de 2023.

 

Destination ailleurs...

 

Et c’est parti pour un autre salon. Après avoir été présent au Salon Mondial du Tourisme et Destination Nature en mars dernier à Paris, au Salon du Trail, du Vélo et du Sport à La Réunion en juin et plus récemment au Salon du Prêt-à-Partir à Maurice, l’Office du Tourisme de Rodrigues mettra une nouvelle fois le cap sur la capitale française ce 2 octobre pour participer au salon de l’International & French Travel Market Top Resa (IFTM) à Paris Expo, Porte de Versailles, qui se tiendra du 3 au 5 octobre. Comme chaque année, la délégation rodriguaise partagera une nouvelle fois le stand aux côtés de la Mauritius Tourism Promotion Authority (MTPA) à l’emplacement M066.

 

Principale source de l’économie de la petite île, le secteur touristique rapporte chaque année presque Rs 1 milliard à Rodrigues. Les objectifs de la mission de l’Office du Tourisme de Rodrigues au salon IFTM se déclinent sous quatre axes principaux : rencontrer les partenaires actuels afin de resserrer les liens ; établir de nouveaux contacts avec les agences de voyages et tours opérateurs qui prônent comme valeur le tourisme durable et écologique, ainsi qu’au niveau des compagnies aériennes dans le cadre de l’agrandissement de l’aéroport de Plaine Corail, et de la presse et du réseau des influenceurs afin de mieux faire connaître la destination en Europe.