• Kursley Favory, 43 ans, commet un autre viol après quatre ans - Ginette*, 80 ans : «Monn res fer lapriyer pou ki sa kosmar-la arete...»
  • Décès de Pankaj Udhas : cette voix d’or qui a marqué les Mauriciens
  • Manchester City vs Manchester United : règlement de comptes entre voisins
  • Quand Bruno Raya raconte Morgan Heritage et son chanteur décédé
  • Serge Moorjee : l’homme qui respirait le foot
  • Taekwondo : Sheldon Yan Too Sang aux Jeux d’Afrique
  • Huawei Matebook D16 : tout du bon côté
  • Mouvement pour le Progrès de Roche-Bois : l’agroécologie, un levier pour une meilleure intégration sociale
  • François Lindemann et sa rencontre musicale où «Tou korek»
  • Ishfaaq Mudhawo : politique, social et... chevaux

Il atteint le camp de base de l’Everest avec son père et un autre Mauricien : Purvesh Jugnarain, la fierté de l’Afrique

 Le jeune homme (à. g) en compagnie de son père Praiyass (au centre) et leur ami Lomus Boodhun.

Ce jeune Nordiste est le plus jeune africain à atteindre le camp de base de l'Everest.

Les records sont faits pour être battus. Ce n’est pas Purvesh Jugnarain qui dira le contraire. Ce jeune homme de 16 ans, habitant Goodlands est devenu le plus jeune Africain à atteindre le camp de base de l’Everest située dans l’Himalaya après plusieurs jours d’ascension malgré le froid et la neige ; la température frôlait les moins 15 degrés. Il est rentré au pays, le 19 novembre dernier après avoir réalisé cet exploit en compagnie de son père Praiyass, un enseignant de 47 ans, et Lomus Boodhun, un Health & Safety Officer de 26 ans.

 

«C’est un rêve devenu réalité», explique cet étudiant du Ravindranath Tagore State Secondary School. Pour cause : son père avait réalisé cette aventure en solo deux ans plus tôt. L’idée d’escalader l’Everest est venue à Praiyass après sa rencontre avec une personne, en novembre 2019. Fasciné par les récits de son père, Purvesh a décidé d’emboiter le pays lui-aussi avec le soutien de ce dernier ainsi que celui de mère Venisha, 41 ans, et sa sœur Vaishnavi, 11 ans. L’adolescent a pris un vol pour Delhi, le 28 octobre, avec son père et Lomus Boodhun.

 

Les trois se connaissent très bien car ils pratiquent tous le shokotan karate. Purvesh Jugnarain est porteur d’une ceinture marron alors que son père et son ami détiennent, eux, une ceinture verte. De Delhi, le trio a pris un autre vol pour Kathmandu, le 29 octobre. Les préparatifs pour le trek vers le camp de base de l’Everest ont débuté, le lendemain. «L’acclimatation était essentielle. Nous avons gagné de l’altitude en peu de temps. Mon corps n’était pas en mesure de s’adapter rapidement aux conditions changeantes», se souvientle Purvesh.

 

L’adolescent qui est également un passionné de la nature, d’aventure et de natation a pu s’en sortir grâce à sa préparation physique comprenant l’escalade de plusieurs montagnes à Maurice, faire du vélo, la natation et la pratique du karaté. Il a ainsi réussi l’exploit d’être le plus jeune Africain à atteindre le camp de base de l’Everest dont le mont culmine à plus de 8800 mètres d’altitude. A ce jour, très peu de Mauriciens ont pu réaliser l’ascension du plus haut sommet du monde qui commence par le camp de base. Purvesh fait désormais la fierté de sa petite famille.

 

Le trio s’est d’abord rendu à Lukla, un des aéroports les plus dangereux au monde avec une piste étroite située à 2860 mètres d’altitude. Ils se sont ensuite rendus à Phakding, après quatre heures de marche et aussi à Namche Bazar, situé à 3 440 mètres d’altitude. Les Nordistes ont pu atteindre le camp de base en passant par Dingboche, à 4 260 mètres d’altitude et Lobuche où il faisait moins 10 degrés. Nos trois aventuriers ont dû traverser Gorakshep avant d’arriver au camp de base de l’Everest.

 

Sur place, ils ont fièrement fait flotter le quadricolore au pied du plus grand glacier du Khumbu à 5364 mètres d’altitude avant de prendre le chemin du retour. Ils ont célébré la fête de Divali, le 12 novembre dernier à Kathmandu au sein d’une famille népalaise. Ils ont profité de cette escale pour visiter la capitale qui est également la ville la plus populaire de ce pays qui compte environ 2,9 millions d’habitants en région urbaine. Le trio est rentré au pays, le 19 novembre avec des souvenirs innombrables. Purvesh ne compte pas s’arrêter en si bon chemin.