• Le bal des congrès du MSM ouvert : Pravind Jugnauth tire sur ses adversaires et se défend
  • Lettre anonyme qu’un Senior Advisor du PM aurait envoyée contre elle - Ameenah Gurib-Fakim : «C’est inacceptable qu’on m’ait mis tout ça sur le dos»
  • Accord PTr-MMM-PMSD : des observateurs entre espoir et scepticisme
  • Accord PTr-MMM-PMSD : les nouvelles cartes de l'opposition…
  • L’infini duel Jugnauth-Ramgoolam !
  • Laal Singh Chaddha : «Forrest Gump», aux saveurs de Bollywood
  • La Vierge Marie, la «mère douce et protectrice» au coeur des familles mauriciennes
  • Fête de l’Assomption : quand l’APEIM fait briller les couleurs de Marie
  • Chelsea vs Tottenham : nouvelle saison nouvelle ambition
  • 14e journée : Colour My fate sous 54.58s !

Florent Didier Marcel : les bonnes ondes d’un passionné

«J’essaie d’apporter du positif autour de moi. Je fais beaucoup de social pour partager ce que je peux», nous dit celui que l’on connaît plus comme Flo sur NRJ Maurice. 

Lui, c’est Flo qui donne le... flow ! Son rôle, dit-il, c’est de donner le flow le matin sur les ondes de NRJ Maurice. Voilà trois ans que Florent Didier Marcel fait son Morning Show. Pour marquer cette étape dans sa carrière, cette voix matinale se dévoile... 

Une mission : «Comment je me présenterais à ceux qui ne me connaissent pas ? Je dirais que je donne le flow tous les matins sur les ondes les plus fraîches. Et j’épaissirais le mystère en disant que je détourne et je contracte des mots pour créer du “crançais” : créole + anglais + français ! J’essaie de transmettre des good vibes à tous ceux qui sont réceptifs durant mes quatre heures d’émission quotidienne. Je suis donc Flo, alias Florent Didier Marcel.»

 

Mon histoire avec la radio : «C’est une longue histoire ! Auparavant, je faisais des voix off, des pubs radios et des jingles pour certaines radios. Et je me souviens avoir reçu un appel de Mary-Jane Gaspard quelque temps après ma participation à Vibe Moris en 2018. J’avais fait des voix pour Gary (son époux) et elle, quelques années auparavant. Comme j’étais déjà sur un gros projet professionnel au moment de son appel, je lui ai expliqué que je ne pouvais pas. Eh oui, j’avais refusé au départ ! Après quelques mois, mon projet n’avait pas abouti comme je le voulais et en discutant avec ma meilleure amie Caroline, elle m’a rappelé – pour ne pas dire qu’elle m’a tiré les oreilles – que je pouvais essayer de rappeler Mary-Jane. Et vous connaissez la suite...»

 

Un rêve : «Mon projet professionnel n’ayant pas abouti, je me suis totalement remis en question cette année-là. Faire de la radio était mon rêve d’adolescent. Comme je ne crois pas au hasard et qu’on m’avait tendu une main, je me suis lancé ce défi avec NRJ Maurice et je suis ravi de l’avoir fait.»

 

Le secret derrière ma constante bonne humeur : «Je l’avoue, c’est une déformation professionnelle. J’ai évolué dans le BPO pendant 17 ans, notamment dans la formation d’adultes et le contrôle qualité, et je me dois d’appliquer moi-même ce que j’exige de mes élèves : sourire, dynamisme, positivité et être d’humeur égale dans la relation client car tout cela s’entend au téléphone et à la radio.»

 

La personne que je suis derrière l’homme de radio : «Je suis un être humain tout ce qu’il y a de plus normal. Je mange, je dors, je fais le ménage, je m’énerve, je chante, je lave mon linge sale, je fais des selfies, je joue les influenceurs, je palabre... Et plus sérieusement, j’essaie d’apporter du positif autour de moi. Je fais beaucoup de social pour partager ce que je peux, comme durant les deux confinements où je faisais beaucoup de live et de vidéos dans lesquels je faisais du karaoké. J’apporte mon soutien et je fais du bénévolat avec des ONG comme Gender Links, Safe Haven Halfway Home, RekonekT, Caritas, APSA, le Rotary et le diocèse de Maurice. J’essaie d’aider autant que je peux et de tirer les personnes qui m’entourent vers le haut ou, du moins, j’essaie d’être un exemple à suivre...»

 

Il y a la radio mais il y a aussi le... chant : «Depuis que je suis monté sur scène pour la toute première fois à l’âge de 5 ans, le chant est le moteur de ma vie. Lorsque je suis en proie aux doutes ou que je dois évacuer des sentiments, je chante ! C'est la seule chose dont je ne peux me passer au quotidien, à la radio, comme sur mes live, je trouve toujours le moyen de chanter un refrain ou un couplet.»