• Sahill Persand, 21 ans, meurt dans l’incendie de sa voiture en janvier - Ses parents : «Ena boukou kitsoz lous kinn deroule dan sa zafer-la»
  • Championnats d’Afrique d’haltérophilie jeunes et juniors : une troisième couronne africaine pour Khelwin Juboo
  • Décès du chanteur de «Gangta's Paradise» - le Mauricien Judex Rose : «Le jour où j'ai partagé la scène avec Coolio»
  • Sooraj Laljee en détention pour trafic humain allégué : son épouse l’accuse ; ses proches parlent de «coup monté»
  • Elle est sélectionnée pour l’OplinePrize International - L’artiste Vidya-Kelie, d’origine mauricienne : «Votez pour moi !»
  • [ PUBLI-REPORTAGE ] Use heart for every heart
  • Son nouvel album lancé en exclusivité et en live au J&J Auditorium - Mickaël Pouvin : «Je veux encore toucher le cœur des Mauriciens»
  • Agression sanglante à Résidence Barkly : comment j’ai échappé à une tentative d’assassinat à l’arme blanche
  • Spectacle de Norah Fatehi : le bonheur des sept Mauriciens qui danseront avec elle
  • Yuvan Sungkur, le faux avocat démasqué - Me Sanjeev Teeluckdharry : «Il a trompé beaucoup de monde, je ne comprends pas comment…»

Caroline Fitz-Gibbon : dessine-moi un Queer Market

«Pour ceux qui ont vu les vidéos et les photos, je crois que les images parlent d’elles-mêmes. C’était magnifique, beau et le sentiment était indescriptible», raconte Caroline Fitz-Gibbon en revenant sur le premier Queer Market qui a eu lieu le dimanche 4 septembre.

«Le concept est tout simple : faire des marchés ponctuels afin de mettre en valeur les compétences de la communauté queer ainsi que de nos alliés...» Caroline Fitz-Gibbon de l'association RekonekT nous raconte le premier Queer Market, soit l'histoire d'une belle initiative...

Autour d'une idée : «Le concept était là depuis la phase d’idéation de RekonekT mais comme pour toute chose qui en vaut la peine, il fallait attendre et vraiment y aller étape par étape. Néanmoins, en toute honnêteté, le mois de juin – avec le Pride Month – a été l’élément déclencheur. Et je me suis dit qu'il fallait saisir le momentum. Pourquoi je parle de momentum ? Tout simplement parce que tous les ans, en juin, nous voyons les petites et grandes enseignes qui se mettent aux couleurs de l'arc-en-ciel pour montrer leur soutien. Parallèlement, elles mettent des produits queer sur le marché. Mais qu’en est-il du retour à la communauté ou même d’un investissement sur nos projets pour le renforcement des capacités ? Je pousse encore plus loin : quels sont leurs règlements internes ? Sont-ils inclusifs ? Ont-ils une politique interne qui prône la diversité et l’inclusion indépendamment de l'identité de genre, de l’expression de genre ou même de l’orientation sexuelle ? Ce sont donc les questions que nous nous posons et l’analyse indique que la majeure partie des enseignes le font comme signe de soutien, alors que leur politique interne n’est pas inclusive et surtout dans l’idée de profiter de l’aspect économique. Car il faut le dire, la personne LGBTIQ+ est aussi consommatrice, comme toute personne normale selon les codes de la société.»

 

Il était une fois... le premier Queer Market : «Le concept est tout simple : faire des marchés ponctuels afin de mettre en valeur les compétences de la communauté queer ainsi que de nos alliés car je pars du principe que si tu veux qu’on te soutienne dans tes activités, il faut aussi prêter mains et oreilles aux autres, que ce soit ONG ou SME, le soutien doit être réciproque, le principe fondamental du two way traffic. Le premier queer market était donc au Miss Daisy Bistrot, à Rose-Hill, le dimanche 4 septembre. Nous avions huit exposants et une programmation musicale de 11 heures à 17 heures. Il faut dire que nous avons bénéficié d’un soutien indéfectible de Jessica et Nicolas Lemerle de Miss Daisy Bistrot, qui nous ont accueillis malgré les critiques car tenir le queer market demande malheureusement du courage et beaucoup de bienveillance. Je dis malheureusement car cela ne devrait pas être le cas en 2022 dans une île Maurice dite moderne, avec une nation arc-en-ciel où tous devraient avoir une place au soleil.»

 

Tout un programme : «Nous avions donc plusieurs exposants, notamment Artclay avec ses magnifiques bijoux faits à la main et cuits au four, Oceane et ses services d’onglerie, Freedomilicious Karol et son stand S’explik, Ronny Rengasamy, représentant de Mauzenial, qui parle de neuroscience et de life coaching, soit comment utiliser les capacités de son cerveau pour optimiser les capacités intellectuelles et les mécanismes d’adaptation. Nous avions aussi les belles chemises de Casual Fridays, le stand de Ripple Project avec Djemillah Mourade Peerbux, Afritech de Véronique Couette, qui met en avant les initiatives STEM, et le dernier, le stand de RekonekT, où nous avions des produits en vente afin de lever des fonds pour nos activités. L’animation était assurée par Didier Anthony et son alter ego Chanel, et les artistes qui se sont manifestés pour montrer leur soutien sont Lionkklash, Olivier Sirop Mo Mem Sa et Bigg Frankii. Nous avons aussi reçu le soutien de sponsors : City Sport, Aldo, Call It Spring, Comptoir Gourmand, Miss Daisy Bistrot, The Beauty Sanctuary, la famille Bhowon d’Eugénie Foods, un groupe du Rotary de Moka, qui nous ont donné des cadeaux pour notre tombola, avec à la clé une corbeille ménagère d’une valeur de Rs 3 000 ; Jonathan Ramsamy pour le support logistique et le RIU Hotel que nous remercions énormément pour sa générosité et son soutien.»

 

Autour d'un objectif : «L'idée d’ensemble est de montrer que nous ne sommes pas tous des fêtards selon les étiquettes que la société nous colle au dos. Nous sommes des entrepreneurs, des consommateurs, des gens tout à fait banals en fait. On fait pipi, on fait caca, on va au marché, on cuisine, on rit, on pleure, on s’amuse et on s'ennuie, ainsi de suite, comme tout le monde. Le fait qu’on nous colle des étiquettes constitue un problème car on ne voit pas l’être humain mais sa vie privée ou l’expression du genre de la personne, et rien que cela comporte un obstacle à la liberté d’être des personnes queer. Hormis cela, l’ambition de ce marché, qui n’est que la surface visible, est de lancer le “pink economy” bien comme il se doit. De lancer le message aux aspirants entrepreneurs queer que c’est possible et de ne laisser ni les étiquettes, ni la société dicter leurs ambitions, leur créativité et leur talent. Rien n'est impossible, il suffit d’y croire, de s’entourer de personnes qui peuvent vous “uplift” et d’avoir les mentors, et RekonekT est là pour ça.»

 

Autour d'un défi relevé : «Je vais être honnête. Je crois en moi et en ma vision mais j’ai flippé quand, à mon réveil, j’ai vu qu'il pleuvait. Je me suis dit : “C’est mort !” Comme c'était le premier, je savais que ma vision était belle mais là où j’avais peur, c’est quand je me posais la question suivante : combien de personnes croient en cette vision, ce monde inclusif ? Pour ceux qui ont vu les vidéos et les photos, je crois que les images parlent d’elles-mêmes. C’était magnifique, beau et le sentiment était indescriptible. Nous avons accueilli plus de 150 personnes au cours de la journée, les personnes de la communauté mais surtout les familles, des nourrissons aux personnes âgées. Nous avons fait danser, chanter et rire tout le monde, et ça fait vraiment plaisir de voir les gens venir en famille pour nous soutenir et briser les tabous avec nous, c’est fort comme message. Pour moi, ce n’est pas un pari gagné, ça va au-delà de ça. Il faut savoir que les stands étaient gratuits pour tous et que nous n'avons reçu aucun financement pour ce marché. De ce fait, tous les frais ont été payés de mes fonds personnels et s’il faut le refaire, je n’hésiterai pas.»

 

La prochaine rencontre : «Le prochain rendez-vous sera le concours Miss des Miss, en collaboration avec Oceane et l'hôtel Casa Florida à Péreybère. Comme le mois d’octobre symbolise le Queer History Month, l’hôtel Casa Florida nous donne l’exclusivité d’un week-end rainbow pour marquer les 30 ans de carrière d’Oceane ainsi qu’un concours Miss des Miss. Cela se fera les 1er et 2 octobre, et nous aurons plusieurs tarifs selon la programmation. Le 1er, ce sera le concours Miss des Miss, avec dîner, spectacles et un accès à l'hôtel, et le 2, il y aura un day pass avec une fête privée pour célébrer la diversité et l’inclusion en famille. Pour plus de renseignements, vous pouvez nous contacter sur les numéros suivants : 5859 2555 ou 5859 0491 (voir hors-texte plus loin).»

 

Autour de… RekonekT : «RekonekT est une ONG qui prône le développement personnel, l’entente familiale, l’inclusion et la diversité dans plusieurs secteurs. Nous sommes un groupe de professionnels dans plusieurs milieux et notre pierre angulaire repose sur l’éthique, les principes et le standard du travail social, selon les critères et les règles de la profession. Je suis un travailleur social formé et ma spécialité, c’est le développement personnel, les droits de l’Homme et l'eco social work. Chaque membre de RekonekT est un professionnel, que ce soit dans l’informatique, l’art, le domaine juridique, le marketing, les ressources humaines ou la comptabilité.»

 


 

Liste des prix pour la soirée Moulin Rouge à Casa Florida

 

Pour le 1er octobre : Un adulte : Rs 3 000 comprenant une chambre individuelle pour la nuit, une place au spectacle Miss des Miss, une place pour le chill hour, une place pour la private party, et dîner, petit déjeuner et déjeuner pour un adulte – Deux adultes : Rs 5 000, comprenant une chambre individuelle partagée pour la nuit, deux places au spectacle Miss des Miss, deux places pour le chill hour, deux places pour la private party, et dîner, petit déjeuner et déjeuner pour deux adultes – Enfant de moins de 12 ans : Rs 1 250 – Package dîner et spectacle pour un adulte : Rs 1 250, comprenant une place au spectacle Miss des Miss, une place pour le chill hour et le dîner pour un adulte.

 

Pour le 2 octobre : package Private Party pour un adulte : Rs 750, comprenant une place pour la private party (10 heures à 16 heures), le déjeuner et une boisson gazeuse.