• Désir de maternité, problème de fertilité : comment faire face au mois de mai
  • Ebony Forest : protecteur de la nature
  • Un trentenaire agresse son épouse et leur fille de 4 ans au couteau - Ses beaux-parents : «Nou tifi inn pas boukou mizer depi linn marye»
  • Jasodah Boodhun, une centenaire bien dans sa peau
  • La flamme olympique en France : effervescence autour du feu sacré
  • Thyroïde : une petite glande, de grandes implications…
  • «Furiosa : une Saga Mad Max»  : encore de la fureur et de la ferraille
  • Enquête judiciaire au tribunal de Souillac - Rama Valayden : «Lapolis inn kwi vide ek lanket lor lamor Kanakiah»
  • Aurally Handicapped Persons Sports Federation : ne pas confondre athlètes sourds et para-athlètes
  • Journée internationale du thé : la Chartreuse, entre célébration et engagement pour une industrie équitable et durable

Ariel Lamothe de Stage’In : d’amour, d’événements et d’Atrium

L'entrepreneur parle de son petit bijou.

La poésie se retrouve dans l’instant. Elle apporte rythme et lumière aux rimes du moment. Imaginez-vous à un événement, protégé par une structure temporaire qui vous permet de voir les étoiles, la nuit, ou le paysage extérieur en journée. Un tour de passe-passe ? Pas vraiment. Mais le résultat s’approche de la magie. Il s’agit de la nouvelle proposition de Stage’In, entreprise d’événementiel mené par Ariel Lamothe et son équipe.

L’Atrium est arrivé dans l’île il y a quelques mois et est prêt à apporter de la féérie aux events. Ariel décrit un monde enchanté, un univers avec un supplément d’âme :  «L’Atrium a une structure noire et son toit peut être transparent ou beige. Sa forme à différentes hauteurs rappelle certaines serres anciennes que nous pouvons voir dans des châteaux en Europe ou ailleurs. La sensation de volume et de grandeur à l’intérieur peut aussi rappeler les plus grandes gares de train ou les halles.»

 

Toute une aventure de réflexion, de calcul et d’envie, surtout, ont mené à ce projet: «L’idée est toujours d’avoir un produit juste, qui soit compatible et à l’image de nos magnifiques lieux d’événements mauriciens, et de proposer de la nouveauté. Notre département design a, donc, travaillé d’arrache-pied avec les ingénieurs de l’usine afin d’adapter ce produit qui existait déjà aux États-Unis, mais dans des dimensions et proportions inadaptées pour Maurice.» Déjà pour se démarquer des propositions actuelles types marquises classiques, Stage’In avait, en 2017, lancé la Capsule, une cover solution en forme de dôme.

 

Oser. Rêver plus. Voir plus grand. Stage’In aime se conjuguer à ses émotions. Après la pandémie de la Covid-19, le secteur de l’événementiel a pris du temps avant de reprendre de ses couleurs éclatantes (voir hors-texte), mais Ariel Lamothe a toujours cru. Et n’a rien lâché depuis les débuts de l’entreprise fin 2015 : «Stage’In est une aventure qui a débuté grâce à l’arrivée de mes jumelles en 2014. J’étais seul à la maison avec mon laptop et une envie débordante de nouvelles aventures.» Pour nourrir ses envies, il y a eu des rencontres et des expériences : «J’ai d’abord eu l’opportunité immense de travailler sur le festival PORLWI by Light comme directeur technique, ce qui m’a donné l’opportunité de rencontrer quasi tous les acteurs de l’événementiel à Maurice.»

 

La suite ? Des liens qui se créent, des énergies qui se mettent en place, du travail, (beaucoup !) et de l’amour, toujours : «Ensuite, tout a été une question de confiance de la part des clients. Notre ascension a été assez fulgurante, telle une start-up à succès. Nous le devons uniquement au travail abattu par les équipes et à notre quête d’excellence. Il sera impossible d’oublier la solidarité extraordinaire qu’il y a eu durant la Covid au sein de l’équipe, mais aussi démontrée par nos clients.» Aujourd’hui, c’est ce qui sème des bonheurs et des joies sur la route de Stage’In qui fêtera ses 10 ans d’existence l’année prochaine : «Chaque nouvel événement est un challenge que nous relevons avec passion ; nous avons l’immense chance de vivre des moments incroyables !» Des instants de poésie…

 


 

Pandémie et résilience

 

L’événementiel aux arrêts pendant deux ; ça a de quoi plomber les envies et les rêves. Désormais, Ariel Lamothe savoure la reprise… 

 

Stage’In après la crise Covid, comment ça va ?  «Après deux années sans aucun travail ni revenus, nous avons eu la chance de bénéficier d’une reprise très dynamique. Il a fallu très vite reconstruire nos ressources, notamment humaines et logistiques, afin de pouvoir faire face à la demande "revancharde" de nos clients qui avaient envie, eux aussi, de se relancer au travers d’événements communicants, ou tout simplement de retrouver la fête. À ce jour, et grâce à cette reprise, nous avons doublé nos effectifs et pourvoyons une trentaine d’emplois à temps plein, ainsi que de très réguliers contrats freelances. La dernière année financière a été la meilleure depuis notre existence !»

 

Quelle est la vision de l’entreprise? «La pandémie est derrière nous ! Notre positivité et notre foi inébranlable en la beauté de notre métier nous donnent pleine confiance en notre avenir. Nous avons repris les investissements et souhaitons plus que jamais participer activement à rendre l’événementiel mauricien attractif. Nous gardons notre philosophie de collaboration et d’entraide avec nos confrères afin que chacun puisse bénéficier de cette reprise.»