• Nouveau centenaire : Issac Jan Mahomed raconté par sa petite-fille
  • À Baie-du-Tombeau : un jeune trafiquant coffré avec Rs 29 M d’héroïne
  • Horizon Paris 2024 : les athlètes heureux de leur sélection
  • Marie-Kelly Somauroo ou l’art de créer des savons artisanaux
  • Allégations de complot contre Sherry Singh : quand le dernier «move» de Shameem One and Only «intrigue»
  • En cinq jours, il perd sa fille dans un accident et sa femme d’une maladie | Ignace Bothille, 80 ans : «Je suis effondré…»
  • Caroline Jodun dit «Merci» avec un troisième album
  • Arrestation de Bruneau Laurette : «Je serai un fighter jusqu’au bout»
  • Anaïs Lagrosse : ma toute nouvelle couronne de Miss University Africa Mauritius
  • Accusé de «Breach of ICTA» | Dhiren Moher : «Mo pann avoy okenn mesaz a karakter rasial»

Snooker - Saison 2020 | Un tournoi en soutien aux organisations caritatives

La MBSF souhaite lancer un nouveau concept de tournoi cette année afin de venir en aide à des associations caritatives et en même temps faire découvrir une nouvelle facette de la discipline en la mettant au service du développement social.

Une nouvelle approche. Dans un monde constamment en évolution, l’univers du snooker s’apprête à connaître quelques changements dans les mois à venir. Pour cette saison 2020, la Mauritius Billiards & Snooker Federation (MBSF) souhaite également centrer ses activités sur le développement social à travers l’organisation d’un tournoi caritatif.

 

«Tout le monde connaît les compétitions de snooker à Maurice mais nous voulons montrer une autre facette de la discipline, celle de pouvoir contribuer au développement social dans le pays. Nous travaillons actuellement sur un nouveau concept de tournoi qui a pour but de lever des fonds afin de venir en aide à des organisations charitables ou des ONG locales. Cela peut être des associations pour personnes handicapées, qui viennent en aide à des personnes souffrant des maladies graves ou en difficulté ou encore pour des projets visant à améliorer la qualité de la vie des citoyens. C’est dans cet ordre d’idées que nous avançons», déclare Saleem Moosa, vice-président de la MBSF.

 

Si ce projet se concrétise, ce tournoi pourrait bien devenir un rendez-vous incontournable du calendrier national. La MBSF souhaite, dans un premier temps, organiser une édition par année et si le besoin se fait sentir il se pourrait qu’il y en ait un peu plus durant la saison. A la fédération on se réjouit de voir cette idée prendre forme d’autant que ce concept sera une première dans le paysage sportif local.

 

«Tout dépendra des moyens financiers dont nous disposeront. Sans le soutien des sponsors nous ne pourrons réussir. La formule est simple. Trouver un sponsor pour parrainer l’événement, disons à hauteur de Rs 100 000. En même temps identifier 16 associations que nous allons soutenir. Par la suite des joueurs sont désignés comme représentants de ses organismes. Ces derniers participent à un tournoi qui se fait en deux phases avec les préliminaires et ensuite la finale. En fonction du classement des 16 premiers joueurs à la fin du concours, un montant est remis aux associations qu’ils représentent», explique Saleem Moosa.

 

Le concept semble avoir conquis quelques sponsors et les organisateurs peaufinent un peu plus le projet avant de le présenter dans ses moindres détails. Le jour de la finale, la MBSF espère tenir un événement grandiose en invitant les organisations à y assister et découvrir ce qu’est le snooker.

 


 

La MBSF cherche un emplacement

 

Ouvert en juillet 2008, le Centre national de snooker, situé au troisième étage du Foodun Building à Rose-Hill, fonctionne à plein régime. Cet espace dédié à la formation et à l’encadrement des joueurs compte quatre tables de jeu et des gradins. Toutefois avec le nombre grandissant d’adeptes et la forte demande pour les séances d’entraînement, la fédération cherche une alternative pour pouvoir accommoder plus de monde. La MBSF envisage plusieurs options face à cette forte demande. «L’idéal serait de faire sortir de terre un bâtiment dans un endroit très accessible comme Port-Louis, Rose-Hill, Curepipe, Quatre-Bornes ou Vacoas et qui pourra répondre à nos exigences et accommoder six tables dans un premier temps avec des gradins et des options d’agrandissement. Sinon, trouver un local plus grand pouvant aménager six tables de jeu. Si le ministère dispose d’une telle facilité, ce sera un plus pour nous car cela va réduire nos dépenses en termes de loyer. Sinon il faudra trouver les fonds ou décentraliser nos activités avec un nouvel emplacement où nous pourrons aménager deux tables et ainsi satisfaire la demande de nos membres», remarque Saleem Moosa.

 


 

Un mini-snooker dans les établissements scolaires

 

Alors que plusieurs joueurs expérimentés approchent de plus en plus de la retraite, la petite famille du snooker mauricien a vu l’arrivée de nouveaux jeunes. Ces derniers se sont rapidement imposés dans le milieu. Toutefois, la MBSF ne souhaite pas s’arrêter là. Profitant de ce dynamisme de la jeune génération, la fédération souhaite injecter encore plus de sang neuf dans ce sport. Dans ce contexte, un programme de mini-snooker sera prochainement présenté au ministère de l’Autonomisation des Jeunes, des Sports et des Loisirs ainsi qu’à son homologue de l’Education dans le cadre d’une campagne d’initiation dans les écoles, les collèges et les universités. L’objectif est de permettre aux jeunes de découvrir ce sport et en même temps de connaître les règles de base. «En procédant de cette manière nous pouvons toucher à un plus grand nombre de jeunes, leur donner le goût du jeu et leur apprendre les techniques. En même temps nous espérons découvrir quelques talents, leur offrir une formation plus poussée afin qu’ils puissent participer à nos compétitions. A la fin de la saison nous espérons pouvoir installer une table dans quelques établissements», souligne Saleem Moosa.