Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Premier League : Manchester City règne sur l’Angleterre
  • Déconfinement et déconfiture
  • Coup d’envoi de la saison hippique hier : chutes en série… et décès du jockey Nooresh Juglall
  • Les trois frères Gurroby arrêtés après la saisie record de Rs 3,7 milliards de drogue - Anna, leur mère : «C’est dur de voir mes enfants accusés à tort»
  • Aidons à sauver le Musée de la Petite Collection
  • Se divertir malgré les restrictions : comme une envie de prendre l’air
  • Autonomisation des personnes en situation de handicap : Vibhesh Santoo, 22 ans, s’engage
  • Crime à Grand-Gaube : la version de Michelle Ropa intrigue les enquêteurs
  • Covid-19 : plusieurs personnes coincées à l'étranger depuis plus d’un an - La Mauricienne Ranini Cundasawmy, en Thaïlande avec son époux : «Comment nous nous sommes retrouvés bloqués là-bas»
  • Mon expérience de la quarantaine

Shotokan : la SMAF prête pour la reprise

L’entraîneur Rishi Bundhoo réalise des enregistrements vidéo pour permettre à ses karatékas de mieux suivre les entraînements.

Le confinement oblige, la Shotokan Martial Arts Federation (SMAF) a ajusté la préparation de ses karatékas en fonction de la situation actuelle. Cette instance met tout en œuvre pour maintenir ses adeptes dans les meilleures conditions en attendant un retour à la normale.

Les bouleversements provoqués par la pandémie de la Covid 19 nous ont appris à réadapter notre mode de vie. Des dispositions ont été prises pour permettre aux athlètes de rester actifs, même en cette période de confinement, comme c’est le cas à la Shotokan Martial Arts Federation (SMAF).

 

Forte de l’expérience acquise lors du premier cantonnement de la population en 2020, cette instance de karaté a tout mis en œuvre pour permettre à ses adeptes de bénéficier d’un encadrement adéquat, même loin des salles d’entraînements. «Nous évoluons dans un contexte difficile, avec la pandémie qui vient une nouvelle fois perturber nos plans, mais nous avons su nous adapter à la situation. Le confinement était quelque chose de nouveau pour nous l’année dernière, mais, cette fois-ci nous avons pu ajuster notre programme d’entraînement afin de poursuivre l’encadrement de nos sportifs à domicile», déclare Rishi Bundhoo, président de la SMAF.

 

À la tête d’une organisation qui regroupe 250 karatékas répartis en 12 clubs, celui qui exerce également comme entraîneur national a mis en place un suivi de ses poulains via les réseaux sociaux. «Tous les deux jours j’envoie une vidéo comprenant des exercices, des explications et des techniques à réaliser aux athlètes. Par la suite, ils envoient des enregistrements de leur  entraînement pour une évaluation, et, à mon tour je leur donne des conseils et les informe des retouches à effectuer pour améliorer leur technique. L’encadrement à distance n’est pas comme lorsque nous sommes regroupés en salle, mais ce suivi permet à l’athlète de poursuivre sa progression», soutient Rishi Bundhoo.

 

A travers cette disposition, le technicien national espère maintenir ses protégés dans de bonnes conditions. «Nous restons motivé et nous nous tenons prêts en vue d’un redémarrage car nous avons bien l’intention de rattraper ce retard. En karaté, comme dans tous les sports, pour progresser nous avons besoin de nous mesurer à d’autres adversaires», remarque le sensei.

 

Ce dernier espère que le confinement sera levé dans les prochaines semaines. Il s’attend que le sport soit de nouveau autorisé en plein air en attendant de retrouver les centres d’entraînements. Cette reprise permettra aux responsables de la fédération de se rencontrer en vue de la mise sur pied d’un nouveau calendrier d’activité pour les prochains mois.