• United Colors : Zulu annonce la couleur
  • Shotokan Martial Arts Federation (SMAF) : Couvre-feu sur les compétitions à l’étranger
  • Meurtre de Ritesh Gobin, 11 ans, en 2018 : le meurtrier présumé Sachin Tetree sur le banc des Assises
  • Kesweena Tacoorpersand et Uzma Peeroo : des femmes au cœur des chantiers
  • Manan Fakoo tué par balles : la terrible fin d’un homme au passé tumultueux
  • Zones d'ombre autour de la mort de Kanakiah et Kistnen : deux veuves à la recherche de la vérité sur la mort de leur mari
  • Décès du triathlète Jayrajsing Hazareesing au Morne | Son épouse : «C’était un homme exemplaire»
  • FA Cup | Man Utd vs Liverpool : dans l’oeil du cyclone
  • Lupin sur Netflix : Omar, voleur aimé et mal-aimé
  • Des mots et des manigances…

Liverpool vs Wolves : Li(VAR)pool vous dites ?

Un but de Mo Salah a été refusé par la VAR contre Brighton.

S’il y a un club qui semble être poursuivi par la poisse, ce sont  bien les Reds. Outre la série interminable de blessés (le dernier en date c’est le gardien de but Alisson Becker qui porte le nombre à 9 actuellement), le champion d’Angleterre doit composer avec un autre facteur qui ne semble pas être en leur faveur ces derniers temps. Il s’agit de l'assistance vidéo à l'arbitrage (VAR) qui est le sujet de plusieurs décisions controversées au grand dam des supporteurs de Liverpool. Un outil de travail pour permettre aux arbitres de prendre une meilleure décision sur des actions litigieuses, mais qui semble soulever des injustices au lieu de les corriger depuis son introduction, la saison dernière, en Premier League.

 

La dernière frustration est survenue à l'issue du nul concédé à la dernière seconde par les Reds contre Brighton  (1-1) le week-end dernier, suite à une décision de la VAR d’accorder un penalty discutable et discuté en faveur des coéquipiers de Danny Welbeck. Ce dernier a bénéficié d’une faute dans la surface de réparation de Liverpool après que le bout de ses crampons a été «balayé» par ceux d’Andy Robertson qui essayait de dégager le ballon. Un penalty transformé par Pascal Gross (90e+2) pour offrir l'égalisation aux Seagulls.

 

Ce qui a valu une sortie en règle du capitaine Jordan Henderson. «Si je pouvais décider, je le mettrais à la poubelle. Je ne veux pas parler pour tout le monde, mais je le ferai. J'ai vu Kevin De Bruyne dire dans une interview qu'ils avaient changé tellement de règles qu'on ne les connaissait plus vraiment. Pour moi, c'est un gros problème. On parle tout le temps de ces cas litigieux et plus de football. A mon avis, je préférerais jouer sans, oui», commente le milieu de terrain de Liverpool qui n’est pas d’accord sur le penalty à Brighton.

 

Ce match a été le centre d’une autre polémique à cause de la VAR avec un but inscrit par Mo Salah à la 34e minute et qui aurait porté le score à 0-2, mais a été invalidé par l’assistance vidéo. L’Egyptien était en position de hors jeu par quelques millimètres. Un autre but des Reds (inscrit par Sadio Mané) a été refusé par la VAR et cela était bien évident.

 

Liverpool (que les détracteurs appellent Li(VAR)pool) est loin d'être favorisé par la VAR. Depuis le début de la saison, neuf décisions ont été prises à l'encontre des Reds grâce à cet apport vidéo et qui a vu cinq buts être refusés sur des détails, qui auraient pu changer la physionomie des matchs. On peut énumérer le but refusé de Mo Salah contre Aston Villa, celui de Jordan Henderson contre Everton ou encore celui de Diogo Jota contre West Ham. Il faudrait, aussi, ajouter la non-sanction contre Jordan Pickford sur l’action qui a mené à la grave blessure de Virgil Van Dijk et le penalty accordé contre Fabinho à cause d’un tacle... en dehors de la surface de réparation contre Sheffield United.

 

De quoi mettre en colère Jürgen Klopp. En interview d'après-match contre Brighton, le coach de Liverpool s'est donc lâché, en insistant sur les nombreux buts refusés pour des hors-jeu à Liverpool cette saison : «On est habitués aux hors-jeu de l'aisselle ou du badge du club.» De quoi ironiser sur l'utilisation de la VAR en Angleterre, qui fait toujours autant polémique. Mais plus que la vidéo en elle-même, c'est son interprétation qui semble poser problème. Si à chaque journée de Premier League, un nouveau cas de figure suscite le débat, la VAR a encore bien du chemin devant elle avant de faire l'unanimité.