• Nouveau centenaire : Issac Jan Mahomed raconté par sa petite-fille
  • À Baie-du-Tombeau : un jeune trafiquant coffré avec Rs 29 M d’héroïne
  • Horizon Paris 2024 : les athlètes heureux de leur sélection
  • Marie-Kelly Somauroo ou l’art de créer des savons artisanaux
  • Allégations de complot contre Sherry Singh : quand le dernier «move» de Shameem One and Only «intrigue»
  • En cinq jours, il perd sa fille dans un accident et sa femme d’une maladie | Ignace Bothille, 80 ans : «Je suis effondré…»
  • Caroline Jodun dit «Merci» avec un troisième album
  • Arrestation de Bruneau Laurette : «Je serai un fighter jusqu’au bout»
  • Anaïs Lagrosse : ma toute nouvelle couronne de Miss University Africa Mauritius
  • Accusé de «Breach of ICTA» | Dhiren Moher : «Mo pann avoy okenn mesaz a karakter rasial»

Crossminton | Sébastien Jauffret : «Nous progressons chaque année»

La Mauritius Crossminton Federation (MCF) organise, le 7 décembre, l’Eco Mauritius Crossminton Open 2019 (voir en hors-texte). Une compétition qui s’annonce très disputée avec la participation des joueurs mauriciens et étrangers et qui clôturera la saison. L’occasion pour Sébastien Jauffret, président de la MCF, de revenir sur le développement et les nombreux défis auxquels fait face ce sport à Maurice.

Le crossminton est un mélange de badminton et de tennis. On le pratique sur un terrain délimité, sans filet et les joueurs évoluent avec des raquettes de tennis et un volant rapide. Ce sport est très connu en Europe, mais, à Maurice, ce n’est qu’en 2008 que cette discipline a commencé à faire son apparition.

 

Alors que 2019 tire à sa fin, la MCF espère, avec son dernier événement, terminer la saison sur une bonne note. Une année bien remplie marquée par le double sacre de Sendila Mourat et Shameen Elaheebocus en U18 aux derniers Championnats du monde de Crossminton en juillet à Budapest, en Hongrie. Pour Sébastien Jauffret, président de la fédération, ce sport a un bel avenir à Maurice malgré les difficultés à se développer.

 

N’étant pas une discipline reconnue  comme olympique, le crossminton ne bénéficie pas des mêmes avantages que d’autres sports. Néanmoins, avec le peu de moyens à sa disposition, ce jeu de raquette compte une centaine d’adhérents réguliers répartis dans les cinq clubs à travers le pays et un certain nombre moins régulier.

 

Pas mal pour un sport qui s’est implanté à Maurice en 2008 par l’entremise de Nicolas Constantin. Avec le soutien de Sébastien Jauffret, le crossminton, qui était connu à l’époque comme le speedminton, est entré dans le paysage sportif du pays avec la création de la fédération de crossminton. Et le premier tournoi a eu lieu en 2010.

 

Il faut dire que pour un sport qui est encore jeune, le crossminton compte presque autant d’adhérents, voire même plus, que certaine discipline olympique à Maurice. «Nous avons un très bon niveau de compétitivité dans le pays et nous progressons chaque année, la preuve, pour la deuxième fois de notre histoire, après 2015, nous avons des médaillés aux championnats du monde. Vu notre statut, nous ne bénéficions pas de suffisamment de soutien financier pour nous épanouir beaucoup plus et plus rapidement. Mais, nous ne baissons pas les bras. Nous sommes là et nous allons persévérer et continuer à faire connaître notre sport», déclare le président de la fédération.

 

Le Mauricien avance qu’avec le peu de moyens qu’ils ont, ils arrivent à placer Maurice sur la carte mondiale. L’un des plus gros défis de ce sport est celui d’avoir un local pour pouvoir le pratiquer.

 

«Nous n’avons rien à envier aux Européens, sauf au niveau des infrastructures. Ici, les gymnases sont déjà occupés par d’autres disciplines et nous avons besoin de trouver une alternative si nous voulons nous épanouir. Le crossminton peut se jouer en plein air, mais, pour se donner à fond à ce sport et éviter les caprices de Dame Nature nous avons besoin d’un espace couvert. Il y a aussi ce problème géographique car la majeure partie des tournois se déroulent en Europe, ce qui rend chaque déplacement très coûteux mais depuis deux ans ce sport est en pleine expansion en Inde et nous pouvons tirer profit de cette proximité pour nous améliorer», souligne Sébastien Jauffret.

 

Des échanges ont déjà lieu entre les deux nations depuis quelque temps déjà. Ce contact avec la Grande péninsule va grandement aider au développement de la discipline à Maurice, étant donné que l’Inde est en train de devenir l’une des nations émergentes de lce sport. Dernièrement une équipe de cinq joueurs mauriciens a fait le déplacement au pays de Gandhi pour prendre part à un tournoi de 250 points. Lors de cette sortie, Shameen Elaheebocus, le champion du monde, est revenu avec une médaille de bronze autour du cou. Un autre Mauricien, en l’occurrence, Yashveer Dunputh, qui étudie en Inde, sera engagé, lui, à la fin du mois de décembre dans une compétition. Cette manifestation se déroulera du 27 au 30 novembre à Greater Noida, New Delhi. Ce contact avec le crossminton indien va beaucoup aider les joueurs mauriciens dans leur progression.

 


 

Objectif 2020 : le crossminton dans les écoles

 

La MCF a de grandes ambitions pour la prochaine année. Cette instance veut se faire connaître davantage dans le pays. Pour ce faire, les responsables souhaitent miser sur le sport de masse en allant à la rencontre des jeunes des établissements scolaires. Depuis son lancement à Maurice, cette petite fédération a beaucoup accentué son travail sur la qualité de ses joueurs, ce qui a permis à ce sport de rapidement s’imposer sur la scène internationale. Maintenant, la MCF souhaite s’agrandir et toucher à un plus grand nombre de jeunes. Le but est d’avoir un réservoir de talents, et, en même temps d’assurer la relève et l’avenir de la discipline. «Nous souhaitons vulgariser encore plus ce sport en allant dans les écoles pour former des enfants et également des professeurs de sport. Par la suite, nous espérons voir l’émergence d’un championnat inter-écoles avec le soutien des instances concernées. C’est en faisant ainsi que nous allons pouvoir rendre ce sport encore plus à la portée des Mauriciens», soutient Sébastien Jauffret.

 


 

Les clubs faisant partie de la MCF

 

Curepipe Crossminton Club – Curepipe
Flacq Crossminton Club – Flacq
Northern Speeders Sports Club – Rivière-du-Rempart
Phoenix Sports Club – Phoenix
Quatre-Bornes Crossminton Club

 


 

L’Eco Mauritius Crossminton Open le 7 décembre à Curepipe

 

Une cinquantaine de joueurs, dont des étrangers. L’Eco Mauritius Crossminton Open 2019 promet d’être riche en événements et en spectacle. Cette compétition aura lieu le samedi 7 décembre au gymnase James Burty David, à Curepipe.

 

La compétition gagne chaque année en niveau et cette édition 2019 sera encore plus relevée avec la participation des deux champions du monde de la discipline qui sont Sendila Mourat et Shameen Elaheebocus. Outre la présence de ces derniers, celle des joueurs étrangers, notamment de La Réunion et de Hongrie, va rehausser encore plus le niveau de compétitivité du tournoi.

 

De plus, la compétition aura un cachet de 500 points d’autant plus que ce tournoi est homologué par la fédération internationale et permet aux participants de récolter des points dans l’optique d’améliorer leur classement au niveau mondial. Le tirage au sort aura lieu durant la semaine, et des têtes de série seront désignées en fonction du classement des joueurs sur le tableau international. 

 

«Nous nous attendons à un tournoi très engagé vu qu’il y aura les meilleurs qui seront présents lors de cette journée. Avec deux champions du monde et des joueurs étrangers, c’est sûr que le spectacle est garanti. Cette année nous organisons la compétition en un seul jour et nous espérons finir dans la soirée avec les finales», commente Sébastien Jauffret, président de la Mauritius Crossminton Federation (MCF).

 

La compétition se déroulera en cinq catégories, à savoir l’open senior hommes et dames, le double hommes et dames, et le +50 ans. Outre les médailles et les trophées remis aux vainqueurs, les organisateurs ont également prévu des cash prizes à l’intention des gagnants issus des deux catégories majeurs, à savoir l’open senior hommes et dames.

 

La compétition en simple se disputera d’abord par une phase de poule avant de se poursuivre par une phase éliminatoire. Quant à la compétition en double, elle se jouera en élimination directe. Les hostilités débuteront à partir de 9h30.