• Entrepreneur de l’année : Julien Faliu : Expat.com, sa petite entreprise qui ne connaît pas la crise
  • Judo – Hong Kong Asian Open 2019 : Une cinquième place prometteuse pour Legentil
  • Stéphanie Favier et Paco : Passionnés d’art et de créativité
  • Allégations de violence policière meurtrière | Le frère de Khaleel Anarath : «Il craignait pour sa vie en détention»
  • Contestation d’une loi visant la communauté gay | Abdool Ridwan Firaas Ah Seek : «L’article 250 concerne tout le monde, pas que les personnes de la communauté LGBT»
  • Firoz Ghanty, l’artiste par les artistes
  • Collision mortelle à St-Aubin : Jean Daniel Perrine ne verra pas grandir ses jumelles
  • Pradeep Roopun et Eddy Boissezon au château du Réduit : Regard d’observateurs sur des nominations qui suscitent de vives réactions
  • N’est pas rassembleur qui veut !
  • Nicolas Fanny : D’un défi à l’autre

Championnats du monde de Ju-Jitsu à Abu Dhabi | Jonathan Charlot : «J’y vais sans aucune pression»

Le jujitsuka Jonathan Charlot participera aux championnats du monde de ju-jitsu qui se dérouleront du 20 au 24 novembre à Abu Dhabi. Ayant échoué au pied du podium à deux reprises notamment en 2017 et 2018, le Mauricien a la ferme intention de figurer parmi les trois premiers cette année. Après de bons résultats au Grand-Prix de Thaïlande, aux World Martial Arts Masterships et à l’open des Balkans, le sportif se dit prêt à affronter l’échéance mondiale.

Vous préparez, actuellement, les championnats du monde de ju-jitsu qui se dérouleront en novembre à Abu Dhabi. Comment se passe la préparation ?

 

Actuellement, ma préparation se fait à Maurice. Tout se passe bien. Nous sommes arrivés au moment le plus crucial dans les préparatifs, à moins d’un mois de la compétition et tout se déroule sans la moindre anicroche.

 

Dans quel état physique et psychologique êtes-vous ?

 

Je suis déjà prêt mentalement pour l’échéance même si physiquement c’est très dur d’enchaîner, le boulot, les entraînements et les études en même temps. Je viens de terminer avec les Universiades Games auxquels j’ai participé avec l’équipe de la Mauritius Institue of Education. J’ai pris part aux épreuves d’athlétisme, de football, de volley-ball et de basket-ball. Ces activités m’ont permis de gagner sur le plan physique.

Vous sentez-vous prêt à aborder la compétition ?

 

Ça va être mon premier championnat du monde en -85kg et j’y vais sans aucun pression vu que je ne serais pas parmi les têtes de série. Ça m’enlève une petite pression contrairement si j’étais en -77kg où je suis le numéro 4 mondial. Ce sera un peu différent et je souhaite faire un bon parcours lors de ces Championnats du monde.

 

Qu’est-ce que vos récentes sorties dans les tournois internationaux vous ont apporté ou appris ces derniers mois ?

 

Malgré le fait que je sois nouveau dans la catégorie -85kg, j’ai eu la chance de rencontrer quelques cadors de la division notamment le Français Maxime Courillion, qui est le champion d’Europe de la catégorie et que j’avais battu en France. Puis j’ai enchaîné avec quelques bons résultats en Thaïlande, en Corée et en Roumanie, mais il y a beaucoup de choses à travailler encore pour pouvoir aller chercher ce podium. J’espère pouvoir l’atteindre lors de cette édition.

 

Comment envisagez-vous ces championnats du monde ?

 

Combattre en -85kg, c’est complètement différent, contrairement aux -77kg. Les adversaires sont plus costauds. J’étais vraiment bien en -77kg, mais le régime était infernal pour pouvoir arriver à se maintenir au poids. J’ai fait d’énormes sacrifices à chaque fois, car je devais perdre jusqu’à 12kg avant chaque compétition. Ce qui n’est pas évident mais en -85kg c’est beaucoup moins dur, et là je m’adapte petit à petit dans ma nouvelle catégorie.

 

Que pensez-vous de vos adversaires ?

 

Ce sont de sérieux clients et il ne faut pas les prendre à la légère. Lors de mes précédentes sorties, j’en ai rencontré quelques-uns. Je sais que mes adversaires me connaissent maintenant et ne vont pas me prendre à la légère. Ce sera pareil pour moi aussi, je ne vais pas les sous-estimer et je vais tout donner pour aller chercher ce podium.

 


 

 

Charlot et Perrine défendront les couleurs mauriciennes

 

Jonathan Charlot et Chandrine Perrine auront leur mot à dire lors de ces championnats du monde.

 

Un podium mondial comme objectif. Ils seront deux jujitsukas à défendre les couleurs mauriciennes cette année, à l’occasion des Championnats du monde de ju-jitsu qui se dérouleront du 20 au 24 novembre à Abu Dhabi. Les deux combattants mauriciens sont, en l’occurrence, Jonathan Charlot et Chandrine Perrine.

 

La Fédération mauricienne de ju-jitsu (FMJJ) alignera ses deux meilleurs éléments avec comme priorité la recherche d’un podium mondial. Une étape pas encore atteinte jusqu’à présent par cette instance et qui ces dernière années a souvent fait faux bond à ses représentants notamment Jonathan Charlot. Le jujitsuka a, en 2017 et 2018, disputé la finale pour la médaille de bronze dans la catégorie des -77kg et, à chaque reprise, a manqué la médaille.

 

Le Mauricien qui s’alignera cette fois-ci en -85kg s’annonce comme un sérieux prétendant pour le podium même si ce sera la première fois qu’il évolue dans cette catégorie. «Jonathan est beaucoup plus fort cette année. Son parcours durant la saison montre qu’il a beaucoup progressé avec des médailles dans des compétitions du même niveau que les championnats du monde à savoir le Grand Prix de Thaïlande et le World Martial Art Mastership Games où il a remporté l’or et l’argent à l’Open des Balkans en Roumanie. Ce sont des tournois importants et qui montrent que Jonathan a le potentiel d’aller chercher sa place parmi les trois premiers », commente Nuvin Proag.

 

Le président de la FMJJ pense que Chandrine Perrine a également toutes ses chances de faire un bon résultat en féminin. Celle qui s’alignera en -63kg a aussi réalisé un très bon parcours durant l’année avec notamment une médaille d’or au Grand Prix de Thaïlande et le bronze à l’Open des Balkans. Des résultats concluants selon le dirigeant mauricien et qui lui permettent de penser que la jeune femme aura elle aussi son mot à dire à Abu Dhabi.

 

En attendant le départ, la préparation finale bat son plein. Jonathan Charlot s’entraîne dans un dojo aménagé spécialement par la fédération, à Curepipe, étant donné que le dojo de Beau-Bassin n’est pas disponible, alors que Chandrine Perrine suit son programme au club de Citronnelle à Rodrigues. Cette dernière devrait prochainement débarquer à Maurice une semaine avant le départ de la délégation prévu pour le 17 novembre.

 

«Nous avons mis en place un plan de travail avec beaucoup d’accent sur les réflexes, la technique et le conditionnement physique. Outre le ju-jitsu, ils pratiquent d’autres sports comme le karaté, le judo, le foot, le handball afin qu’ils se développent encore plus en vue de cette échéance internationale. Les entraînements se font au rythme de deux sessions par jour, soit dix fois la semaine. Tout ce que nous souhaitons c'est qu’il n’y a aucune blessure avant le départ. Nos deux athlètes se donnent à fond à l’entraînement et ils seront fin prêts pour la compétition. Cet événement s’annonce grandiose et j’espère que l’arbitrage ne va pas nous jouer des tours à Abu Dhabi », commente le président de la FMJJ.

 

Jonathan Charlot sera en action le 20 novembre, et Chandrine Perrine le jour suivant. Cette année les deux sportifs mauriciens s’aligneront uniquement pour le combat qu'il devront livrer contrairement aux années précédentes. Le but étant de permettre aux deux athlètes de se focaliser pleinement sur leurs confrontations.