• Championnats d'Afrique : l'athlétisme mauricien en quête de rachat
  • Vidushi Haulooman et sa poésie dans «Afflatus» 
  • Modigadu Govinden, 59 ans, renversé mortellement par une voiture - Ses proches : «Lalwa bizin pli sever»
  • Luchmeeparsad Bhowaneedin, 43 ans, décède après avoir été percuté par le métro - Son entourage : «Il voulait changer de vie et se stabiliser financièrement»
  • Mystère autour du décès de Kevin Sreeneebus, 33 ans, après une sortie de route - Ses proches et amis pleurent «un homme jovial et plein d'ambition»
  • Acquitté dans l’affaire du double drame de Sept-Cascades en 2012 - L’inspecteur Sookur : «Mo pli gran regre se ki mo pann resi sap lavi Nanon ek Binda»
  • Nula Groove et l’après «Mama mo tresor»
  • La lecture partisane et l’indestructible culture politique !
  • Post-Budget : ces espoirs tombés à l’eau
  • Dévoilement d’une statue de sir Anerood Jugnauth : hommage à «enn gran dimounn»

3e journée - Betathantherest : toujours plus haut

Betathantherest a signé sa 9e victoire au Champ-de-Mars.

Les semaines se suivent et se ressemblent pour l’écurie Mahadia. Auteur d’un triplé samedi dernier, cette formation a appliqué le même tarif hier pour le compte de la 3e journée, avec comme point d’orgue la sixième victoire consécutive de Betathantherest.

Il a été tout simplement meilleur lors de ses six dernières tentatives. Forte d’une bonne préparation, la pépite de l’écurie Mahadia a repris les choses là où elle les avait laissées l’an dernier par une victoire nette et sans bavure.

 

Betathantherest ne prit pourtant pas le meilleur départ, mais ses 55 kg aidant, Sooful le sollicita pour se rapprocher de la tête du peloton, où Emblem Of Hope avait rapidement pris le contrôle. Prince Alf était troisième côté corde, devançant Colour My Fate et Blackburn Roc, la doublure de l’écurie Mahadia.

 

Le meneur évolua sous la menace du favori tout au long de la descente et c’est sans surprise que Betathantherest améliora sa position au passage de la route avant de passer franchement à l’offensive dans les derniers 300m. Prince Alf, qui avait eu un parcours un or durant le trajet, fit illusion à mi-ligne droite, mais le favori contra son offensive avec assurance. Prince Alf eut même le malheur de se faire remonter par Blackburn dans les toutes dernières foulées.

 

Betathantherest, rappelons-le, a débuté sa carrière mauricienne en 0-26 en juillet 2021, mais le moins que l’on puisse dire, c’est que nous ne connaissons pas encore ses limites, tant il élève son niveau à chaque nouvelle incursion.

 

Great Stohvanen : presque quatre ans après

 

Outre Bethantherest, l’écurie Mahadia a aussi visité le box des vainqueurs par l’entremise de Charlie Squadron et Giggin. Aligné dans un champ de quatre partants, le premier nommé n’a jamais été mis en doute une fois qu’il s’est élancé aux avant-postes. Le cinquième succès de Giggin au Champ-de-Mars fut tout aussi aisé. Accompagné de son jockey fétiche Rakesh Bhaugeerothee, il a survolé la 4e épreuve.

 

Les «causes perdues» sont devenues une spécialité pour l’écurie Nagadoo cette saison. Après avoir fait triompher Proficient lors de la journée inaugurale, la Purple Kingdom s’est trouvée un autre candidat pour le Patience Award avec le succès de Great Stohvanen, qui n’avait plus gagné depuis le 2 août 2020 !

 

Alors que la victoire semblait se jouer entre Yoho Mist et le nouveau Brave Sioux dans le dernier virage, Great Stohvanen (Bardottier) est venu mettre tout le monde d’accord. Le Mauricien fit d’ailleurs coup double avec One Day Or Day One, toujours pour le compte de l’écurie Nagadoo, dans l’épreuve de clôture. Pris en tenaille durant le trajet derrière l’éventuel vainqueur et Cloud Seeder, Swagger Jagger n’a, lui, jamais eu l’occasion de s’exprimer convenablement.

 

L’écurie Zaki maintient aussi la bonne dynamique. Même privé de son jockey maison, Jameer Allyhosain, suspendu, cet établissement a su tirer son épingle du jeu grâce à Stageworld, dont c’était la sixième victoire consécutive sur notre turf. Lancé aux avant-postes par l’apprenti Bhageeruthy, Stageworld s’est montré résistant à souhait. L’apprenti Ecroignard (Transonic) a tout tenté, mais la victoire s’était sans doute déjà jouée lors de sa mise en route ratée.

 

Master Keeku enchaîne également. Victorieux à ses débuts lors de la journée inaugurale, la nouvelle unité d’Amar Sewdyal a doublé la mise. Sa supériorité était telle qu’il a facilement pris le dessus sur ses adversaires malgré le fait d’avoir beaucoup «hang in». Il s’est imposé par 2,50 L alors que Rama l’a à peine monté en ligne droite. Definitely more to come !

 

Après Sassari lors de la journée précédente, le tandem Joorawon-Ramdin a encore fait parler de lui par l’entremise d’une nouvelle unité, à savoir Love Me Again dans l’épreuve d’ouverture. Pourtant, l’issue aurait pu être tout à fait différente, n’était-ce le métier de Joorawon en fin de parcours, qui parvient à rester malgré tout en selle dans les toutes dernières foulées alors que sa monture lui en avait fait voir de toutes les couleurs dans la dernière ligne droite.

 


 

Fin de l’aventure pour Jones ?

 

L’écurie Simon Jones vivrait apparemment ses derniers jours. En effet, les bruits de coulisses affirment que l’ancien jockey serait tout proche de rendre son tablier. Si l’écurie Jones était bel et bien présente lors du 3e acte, on prête l’idée à l’entraîneur de retourner sa Personal Management License pour des raisons de santé. Il serait même question d’une intervention chirurgicale à l’étranger. Si les nouvelles de fermeture se confirment, l’écurie Jones serait la troisième formation à jeter l’éponge cette année après Maingard et Rameshwar Gujadhur, sans compter la situation délicate dans laquelle se trouvent Shirish Narang et Vishal Ramanah, ainsi que Yashin Emamdee, sur qui pèse une charge provisoire dans une affaire de dopage présumé.