• Championnats d'Afrique : l'athlétisme mauricien en quête de rachat
  • Vidushi Haulooman et sa poésie dans «Afflatus» 
  • Modigadu Govinden, 59 ans, renversé mortellement par une voiture - Ses proches : «Lalwa bizin pli sever»
  • Luchmeeparsad Bhowaneedin, 43 ans, décède après avoir été percuté par le métro - Son entourage : «Il voulait changer de vie et se stabiliser financièrement»
  • Mystère autour du décès de Kevin Sreeneebus, 33 ans, après une sortie de route - Ses proches et amis pleurent «un homme jovial et plein d'ambition»
  • Acquitté dans l’affaire du double drame de Sept-Cascades en 2012 - L’inspecteur Sookur : «Mo pli gran regre se ki mo pann resi sap lavi Nanon ek Binda»
  • Nula Groove et l’après «Mama mo tresor»
  • La lecture partisane et l’indestructible culture politique !
  • Post-Budget : ces espoirs tombés à l’eau
  • Dévoilement d’une statue de sir Anerood Jugnauth : hommage à «enn gran dimounn»

Qu’est ce qui change dans notre quotidien ?

Est-ce que les Rs 20 000 accordées aux jeunes ayant atteint la majorité visent à séduire ceux qui voteront pour la première fois aux prochaines élections ? Toujours est-il que cette mesure budgétaire fait partie de celles qui ont pour but de créer un impact psychologique sur les Mauriciens !

 

Est-ce que cette allocation encouragera, pour autant, les fils et filles du sol à rester ici après leurs études ? Ce n’est pas si sûr quand on assiste au départ massif et sans retour d’une quantité de jeunes et également de moins jeunes, préférant s’en aller, délaissant un pays qui, à court de main-d’oeuvre dans nombre de secteurs, n'a d'autre choix que de s’en remettre aux travailleurs étrangers. Qu’est-ce qui est fait pour retenir ces compatriotes qui finissent par choisir des terres d’ailleurs, car trop étouffés par une vie difficile et précaire ici ? À cette question pertinente sur l'exode des Mauriciens, posée par le leader de l’opposition, il n’y pas de réponse.

 

Parce qu’encore une fois, le Budget de Padayachy n’a pas pour but de dessiner de grandes visions audacieuses, novatrices dans l’espoir d’une transformation sociale et économique ! En revanche, tout comme l’année dernière, l’exercice comprend nombre de mesures populistes qui s’insèrent dans une toile de fond de campagne pré-électorale et dans un contexte où tout est fait pour détourner l’attention des vrais enjeux. Le Budget lui-même, soit sa présentation, qui a lieu avec une semaine d’avance sur l’exercice de l’année dernière, répond à une stratégie de communication qui est de faire passer le renvoi anti-démocratique des municipales au second plan.

 

Le piège est en train de fonctionner avec l’éloignement progressif des débats autour de cet acte autocratique, violant ainsi les droits des citadins, avec la complicité du président de la République, exécutant les voeux du Premier ministre ! Toujours sur le plan de détourner l’attention, on a pu assister à la choquante arrestation de Sherry Singh – qu’on a envoyé à Alcatraz comme un vulgaire criminel –, qui s’apparente à une vile vengeance entre anciens frères d’armes, devenus ennemis pour des raisons que le public ignore toujours !

 

Une mise en scène qui, on l’aura compris, avait pour but de filmer la maison du couple Singh pour mieux faire oublier Yogida Sawmynaden, qui, interrogé le même jour aux Casernes centrales dans l’enquête sur l’emploi fictif de Simla Kistnen, a pu tranquillement rentrer chez lui sans l’inquiétude de voir des vidéos de sa demeure circuler sur les réseaux !

 

C’est dans ce climat où l’alliance gouvernementale fuit un scrutin et met en place diverses stratégies pour rester au pouvoir que le public – averti – a suivi l’oral de Padayachy. C’est ainsi que, sans surprise, l’annonce de la baisse de l’essence a été faite dans le Budget, avec le ministre des Finances qui se substitue au Petroleum Pricing Committee, comme pour bien faire comprendre que c’est le gouvernement qu’il faut applaudir.

 

C’est sûrement pour tenter de récolter des applaudissements que le ministre a jugé utile de nous emmener faire un tour de l’île, en s’arrêtant dans le moindre village, ici pour annoncer la construction d’une piscine ou là pour démarrer des travaux de drains, voire pour prévenir des glissements de terrain. Comme s’il s’agissait de cadeaux, alors que les projets annoncés font juste partie du travail d’un gouvernement sur le plan des infrastructures !

 

Encore que plusieurs mesures annoncées figuraient déjà dans des plans antérieurs sans avoir jamais vu le jour ! Car ainsi va chaque Budget annuel. De grands effets d’annonce, souvent sans délais d’exécution, qui se font rapidement oublier, d’autant qu’on ne sait pas dans la pratique comment ces propositions-là seront réalisables !

 

La vraie question pour les citoyens est de se demander, au lendemain de ce quatrième exercice de Padayachy, où est le changement dans leur vie ? Est-ce que la baisse sur les crayons, brosses à dents et cahiers d’exercice va les aider à remplir davantage leur panier de commission ? Qu’est-ce qui aura changé pour la majorité des Mauriciens, même s’il faut reconnaître la sagesse de plusieurs mesures ? Est-ce que le citoyen se sent plus confortable et rassuré après avoir été attentif au (trop) long discours de Padayachy ce vendredi ? Quelle est la différence entre le mood de l’avant et de l’après-budget ? Est-ce que les jeunes ayant atteint leur majorité sont séduits par les Rs 20 000 offertes ? Ce sont les réponses à ces questions qui nous donneront une idée de l’effet du Budget dans notre quotidien !

Ajouter un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.