• Kendo – Formation et passage de grade : Rishi Bundhoo décroche son premier dan
  • Callisto Protocol : prisonniers de l’horreur
  • Future Hope Maurice : quand les enfants chantent l’espoir
  • Collision entre une voiture et un camion : vacances meurtrières pour Dayaneebye Ganoo
  • Match de gala Maurice-Réunion : du football inclusif pour malentendants
  • Huawei Nova Y61 : de l’entrée de gamme sympa
  • Le diabète, un danger pour le cœur
  • Qatar : dans l’ambiance d’un pays en fête
  • FoodWise : des recettes gastronomiques, zéro gaspi et économiques
  • Le PM répond à leur lettre : les membres de la communauté rastafari «déçus» mais «le combat continue»

Lumière sur nos institutions bafouées !

Tout est là ! Le style, la vision et l’administration d’un pays ! La réaction du gouvernement face aux «findings» de la magistrate Mungroo-Jugurnath révélés (par Télé Plus) dans l’affaire  Kistnen, la grossière attitude du Premier ministre lors de la première PNQ post-rentrée parlementaire, la tentative de ses ministres de défendre un des leurs, confirment le mépris du MSM envers les institutions.

 

La tactique est visible : attaquer l’opposition parlementaire, le judiciaire et la presse alors que ces trois parties ne font qu’exercer leur rôle en toute indépendance dans un pays où le gouvernement tente de mettre l'ensemble des institutions sous sa coupe !

 

Ainsi, pendant que l’opinion publique est choquée par les révélations de Nawaz Noorbux sur des extraits d’un rapport accablant, le ministre Ganoo qualifie le leader de l’opposition d’irresponsable, parle de «prétendu rapport» qu’on aurait «tripatouillé» et montre son intérêt pour une enquête sur la fuite dans la presse. Tandis que son collègue Hurreeram accuse l’opposition de vouloir déstabiliser le Parlement ! S’il est vrai que le gouvernement essaie maladroitement de faire du damage control, avec Gobin plaidant pour la non-diffusion du rapport, en contradiction avec son collègue Ganoo qui va dans le sens inverse, tandis que Collendavelloo s’est ridiculisé en étalant son ignorance sur une question de watermark, l’on retient la posture condamnable du gouvernement tentant de décrédibiliser des institutions indépendantes !

 

Doit-on rappeler au Premier ministre qu’il dirige le pays avec moins de 40 % des voix, et que l’opposition, votée par un grand nombre de Mauriciens lors des dernières législatives, représente des citoyens en droit de savoir pourquoi, deux ans plus tard, le gouvernement ne semble nullement intéressé à apprendre la vérité sur Kistnen ? Pour quelles raisons, Jugnauth – ou encore Jugatpal – tente de convaincre que «Sawmynaden pena nanye a fer» dans l’histoire de Kistnen alors qu’un nouvel interrogatoire de l’ancien ministre est finalement prévu pour la semaine prochaine ?

 

Ces questions légitimes et sans réponse autour de l’assassinat de l’agent politique Kistnen sont plus que jamais d’actualité quand l'on sait que le rapport évoque une police qui atteint un «New level of incompétence.» 

 

Quand l’on sait également que le rapport évoque des motivations d’éventuels assassins : «the death could be related to contract allocations…», «the possibility that the death is related to the revelations contained in the Kistnen papers cannot be discarded», il est clair que ces informations-là sont d’intérêt public ! Pas aux yeux du MSM pour qui la presse doit ressembler à un paillasson en répliquant l’image de la MBC, où une journaliste peut être suspendue sur simple mécontentement d’un élu de la majorité ! 

 

S’il y a une autre institution qui n’est pas soumise au pouvoir, c’est bien le judiciaire que le gouvernement orange tente de contrôler depuis son arrivée au pouvoir ! Doit-on revenir sur la tentative de placer le bureau du DPP sous la tutelle de l’Attorney general, provoquant ainsi le claquement de porte salutaire du PMSD ?

 

Doit-on également rappeler les tracasseries subies par la personne du DPP, que la police voulait arrêter en 2015 ? Du reste, le nouveau bras de fer DPP-gouvernement, auquel nous avons assisté ces derniers jours, avec du côté du DPP la publication d'un communiqué sévère, suivie de sa prise de parole indiquant son intention d’informer la veuve Kistnen sur les développements de l’affaire, nous montrent à quel point il faut défendre les droits de nos institutions !

 

Ces agitations vulgaires du pouvoir, ces tentatives de brimades, ces critiques contre ceux qui ne demandent qu’à connaître la vérité dans l’affaire Kistnen sont l’illustration d’un gouvernement voulant empêcher les contre-pouvoirs d’exercer leur devoir ! Par conséquent, ce sont les voix citoyennes que le pouvoir veut étouffer !

 

À un moment où tout un pays se prépare à célébrer la magnifique fête de Divali, l’on ne peut que souhaiter que lumière soit enfin faite sur ce cruel assassinat que nombre voulaient faire passer pour un suicide ! Et que nos institutions indépendantes continuent de briller !

Ajouter un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.