• Championnats d'Afrique : l'athlétisme mauricien en quête de rachat
  • Vidushi Haulooman et sa poésie dans «Afflatus» 
  • Modigadu Govinden, 59 ans, renversé mortellement par une voiture - Ses proches : «Lalwa bizin pli sever»
  • Luchmeeparsad Bhowaneedin, 43 ans, décède après avoir été percuté par le métro - Son entourage : «Il voulait changer de vie et se stabiliser financièrement»
  • Mystère autour du décès de Kevin Sreeneebus, 33 ans, après une sortie de route - Ses proches et amis pleurent «un homme jovial et plein d'ambition»
  • Acquitté dans l’affaire du double drame de Sept-Cascades en 2012 - L’inspecteur Sookur : «Mo pli gran regre se ki mo pann resi sap lavi Nanon ek Binda»
  • Nula Groove et l’après «Mama mo tresor»
  • La lecture partisane et l’indestructible culture politique !
  • Post-Budget : ces espoirs tombés à l’eau
  • Dévoilement d’une statue de sir Anerood Jugnauth : hommage à «enn gran dimounn»

Le rêve des citoyens désabusés !

Des entraînements assidus d’avant-match ! Pendant que les politiques des deux blocs traditionnels (MSM-ML et PTr-MMM-PMSD) s’époumonent sur les plateformes publiques ; pendant que l’on assiste à une guerre de communication, sinon de foule à chaque sortie ; pendant que s’impose progressivement l’idée d’un chaud duel Jugnauth-Ramgoolam, l’on constate l’émergence d’un autre courant dont le message est «Ni Pravind, ni Navin».

 

Pour l’heure, c’est Bhadain qui se fait le porte-parole de ce slogan, mais il n’en demeure pas moins qu’il existe un électorat blasé et déçu par une pratique du pouvoir qui se ressemble, indépendamment des gouvernements ! Ce qui provoque une impression d’assister aux mêmes dérives une fois que l’équipe victorieuse arrive au sommet ! D’où un certain rejet de la politique traditionnelle par une frange de l’électorat en perte de repères. Ces citoyens désabusés veulent rêver à une autre force au-delà des deux fronts classiques ! Mais est-il possible de casser la logique des blocs dans un pays où le système politique a favorisé le bipartisme avec, pour finalité, une alternance au pouvoir répartie uniquement entre deux patronymes ?

 

Si l'on assiste à cette désillusion à une année des élections, c'est parce que chaque équipe qui se succède n’essaie pas de corriger les erreurs de son prédécesseur, mais pense, au contraire, détenir un contrat pour répéter les mêmes travers, sinon faire pire ! Et ce, quitte à contourner les lois, car, au bout, seul compte le clientélisme politique, le copinage et un système profitable permettant à ceux entrés en politique d’en faire un business lucratif, en confondant souvent leurs bourses personnelles et l’argent public !

 

L’illustration du non-respect des lois, de l’hypocrisie et du manque de courage politique nous vient lors d'une émission animée par Anabelle Savabaddy sur les ondes de Radio One jeudi dernier. Des habitants de Bambous ont fait état de la construction illégale d’un lieu de culte sur un terrain appartenant à l’État, dont les travaux se font à la tombée de la nuit. La manigance dure depuis deux mois. Quelques habitants qui squattent le même terrain ont, par voie de pétition, alerté les autorités, protestant contre l’érection de cette bâtisse en dur, en rappelant qu’ils avaient souhaité en faire un coin pour enfants mais que leur demande avait été refusée.

 

L’on apprendra, au courant de cette émission, que le Conseil de district de Rivière Noire (par la voix de sa présidente) n’a délivré aucun permis pour cette construction. L’on découvrira également que ni le vice-Premier ministre Steven Obeegadoo, ni Sandra Mayotte, députée de l’endroit, ni la présidente du Conseil de district ne semblaient être au courant de cette construction qui dure depuis deux mois ! Alors même qu’il y avait une pétition de protestation !

 

Qui a donné le feu vert pour cette construction illégale, y a t-il des politiciens qui pensent qu’il faut fermer les yeux sur ce projet ? Comment réagiront les autorités maintenant que la chose a été dévoilée sur les ondes d’une radio ? Quand l’on sait que des squatters de cette région n’ont ni eau ni électricité, et qu’ils se demandent si le nouveau lieu de culte, construit illégalement, sera pourvu de toutes les aménités, on ne peut que faire le constat d’une injustice ! Que les plus défavorisés n’ont aucun droit, pendant que ceux qui sont bien connectés politiquement ont toutes les libertés allant jusqu’à des constructions illégales sur des terrains de l’État !

 

Cet exemple mérite d’être souligné et relayé dans une ambiance de pré-campagne électorale où les politiques ne reculeront devant rien pour plaire et faire des cadeaux indécents à leurs électorats respectifs. A Maurice où la religion est un argument très fort en politique, les lieux de culte sont  les lieux des symboles pouvant attirer quelques votants réticents. Et c’est ainsi que certains ont déjà débuté une sombre campagne, un peu à la manière de cette construction et de ses travaux à la tombée de la nuit ! En attendant le match des élections générales, les entraînements s’annoncent assidus !